Accéder au contenu principal

Anál nathrach, urth’vháis’s bephad, dochél déndhè

La citation du jour est de John Boorman :

"Au début des années 70, United Artists m'avait commandé une adaptation duSeigneur des anneaux, de Tolkien. J'ai planché sur le scénario pendant près d'un an avec un collaborateur. C'était un projet très coûteux à l'époque car les effets spéciaux étaient encore rudimentaires et il fallait investir des sommes folles dans les décors. United Artists était alors au bord de la faillite et leur situation financière ne leur a pas permis de mener à bien ce projet. Je pense que c'était finalement une bonne chose. Car si j'avais fait ce film, contraint et forcé de bricoler avec les moyens du bord, la trilogie de Peter Jackson n'aurait peut-être pas vu le jour. Peter Jackson a une grosse dette envers moi."

Et on se dit que s'il avait fait le Seigneur des Anneaux, il n'aurait pas fait Excalibur, surtout. Et ça aurait quand même été une sacrée perte. Mais bon... Nicol Williamson en Gandalf et Helen Mirren en Galadriel... Hum... **frout frout** (bruit du Niko qui se caresse la barbe d'un air pensif)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Y a d'la joie

 Bigre. Pour la première fois de puis des mois, je ne suis plus complètement écrasé de boulot. J'ai rendu ces dernières semaines une foultitude de traductions, de textes pour des bouquins divers et de boulots rédactionnels, et si j'ai encore du travail au planning, c'est avec des délais relativement confortables.  On va pas se mentir, ça me fait tout drôle. Mieux encore, comme je me suis fait pfizeriser et que plein de trucs rouvrent, je peux commencer à nouveau à envisager de bouger. Ça tombe bien, j'ai plein de gens à voir (dans le respect rigoureux des gestes barrière, ceci dit). Du coup, j'ai même organisé une séance de dédicaces. Si tout va bien, on pourra se retrouver le 25 juin au Tales of Gourmet , un bar/restau geek de chez moi. C'est 1 rue Bourbon, à Conflans Ste Honorine, ça donne sur les quais de Seine et c'est super sympa. Comme c'était l'occasion de revoir des copains, je ne serai pas là seul, mais les auteurs des Moutons électriques vo

Writever mai, part 2

Mai se termine avec un début de beaux jours, je vais sans doute profiter de juin pour bouger plus. En attendant, voici ma deuxième volée de micronouvelles pour ce mois. 16/Fenêtre La fenêtre de tir du vol vers Triton était étroite, quelques jours seulement, et les engageait ensuite pour 18 mois de vol sans possibilité de demi-tour. D'une main légèrement tremblante, il fit signe qu'il était prêt. La puissance des moteurs le plaqua à son siège.   17/Fuite La station vénusienne aurait pu être un paradis : spacieuse, bien conçue, elle permettait aux scientifiques d'étudier la planète à même le sol. Sans les fuites d'acide sulfurique dans les parois, empuantissant l'air, elle aurait été parfaite.   18/Escalade Ça avait commencé par la pizza au lait de coco, à quoi il avait été répondu par les bouchées à la reine au caramel. Bientôt, les nouvelles recettes devinrent intolérables et le conflit culinaire transalpin quitta les fourneaux pour se régler à l'arme lourde.  

À part l'appart

 Dans mon rêve de cette nuit, je venais de m'installer dans un vieil appart, dans un bâtiment de guingois, au fond d'une ruelle tortueuse. J'y accédais par un escalier branlant, et devais me contorsionner pour en passer la porte, pas du tout à mes dimensions, pour découvrir qu'une autre porte, bien plus grande, donnait dans l'escalier principal dont j'ignorais jusqu'alors l'existence, mais que l'agence ne m'avait probablement rien dit pour pas que je me mélange avec certains voisins. J'étais obligé de m'expliquer avec l'un d'entre eux, un petit vieux qui stockait ses bibles dépareillées chez moi et à qui je dus offrir une bière. À mesure que je prenais mes marques, je découvrais des pièces dont on m'avait caché l'existence. Le plafond du salon était fait de briques de verre dépoli, jointoyées au ciment opaque. Elles laissaient passer un peu de lumière, juste assez pour savoir quand quelqu'un se déplaçait au-dessus. On

Tombé du ciel

 Je profite d'une collision de calendrier pour évoquer à nouveau le vol spatial. Hier, l'astronaute français Thomas Pesquet à rallié l'ISS à bord d'une capsule Crew Dragon de la société Space X. C'était son deuxième voyage en orbite, et le premier vol habité d'une capsule recyclée. Nous entrons petit à petit dans l'ère de l'espace low-cost (toutes proportions gardées bien sûr : ce genre d'expédition continue à coûter une blinde, mais les prix d'envoi d'un kilo de cosmonaute là-haut s'effondrent néanmoins). Hier marquait également le triste anniversaire du crash de Vladimir Komarov à bord de Soyouz 1. La capsule, toute nouvelle, n'était pas encore totalement au point (il y aura un autre drame quelques années plus tard, tuant trois occupant de Soyouz 11 de retour de la première station spatiale). Soyouz, c'est justement le véhicule qu'avait employé Pesquet lors de son vol précédent, et ce système (fusée + capsule) est le cheval

L'apéro au cognac, je trouve ça hardcore quand même

Je sais pas pourquoi, je recommence à faire des rêves absurdes. Je veux dire, plus absurdes que d'habitude (et j'ai des habitudes solidement ancrées en la matière). Pas forcément windsormccaysques, mais pas forcément très loin quand même. (note à moi-même : ne pas essayer de populariser l'adjectif "windsormccaysque", c'est quand même assez bordélique à orthographier) Là, dans mon rêve de cette nuit, j'avais rendez-vous à Paris. Pas le vrai Paris, hein, le Paris que je vois en rêve, celui où les bâtiments ne sont pas couverts de suie de diesel et de crottes de pigeons, dans lequel la Seine est plutôt un joli canal qu'on traverse par des ponts piétonniers assez pimpants, avec des gens aimables et du ciel bleu. En fait, ça ressemblait un peu à Venice, Californie, mais sans les surfers et les bodybuilders. Ou alors à la ville bizarre de Babe 2 . Bref, encore une de ces villes qui n'existent que dans mes rêves mais que je visite souvent (il y a une ét

Writever mai, part 1

 Nouvelle fournée de micro-nouvelles, décidément un exercice qui me fait du bien. Par ailleurs, je bouillonne de projets d'écriture, en ce moment, dont des choses à quatre mains dont je vous reparlerai peut-être bientôt. Et deux nouvelles sont sorties ce mois-ci, "Cuisines de la Terre lointaine", dans l'anthologie Marmites & Micro-ondes aux éditions Gephyre , et "L'abomination du Confluent", disponible gratuitement dans l'anthologie Etranges Provinces de l'association Miskatonic .   1/Compte à rebours 3… 2… 1… Zéro ! La sonde se met en mouvement pour quitter l'orbite et traverser la porte stellaire s'ouvrant à l'instant t. Elle est aspirée et disparait. Au sol, le général reprend le décompte. Il sait qu'elle ressortira dans 17 secondes, affreusement transformée.   2/Studio Il appréhendait toujours le moment d'entrer en studio. Vêtu du collant bardé de réflecteur il se plaça devant les capteurs, les laissa prendre ses mesur

Etat des travaux

 C'est dimanche, alors bon dimanche, sous vos applaudissements. Et sous l'influence positive d'une camarade d'écriture (et merci encore), j'ai réussi à reprendre un rythme extrêmement régulier sur mon prochain roman, une suite aux Trois Coracles publiés il y a déjà deux ans. Pour vous mettre l'eau à la bouche, en voici un petit extrait, sorti il y a deux jours de mes papattes et de mon clavier :     Image non contractuelle (c'est du Arthur Pyle*, incidemment) « Lancelot » était le nom qu’il déchiffra avec peine sous un portrait, une fresque malhabile peinte sur un mur blanc, ne lui ressemblant guère, mais mettant en valeur l’arme énorme. Alors qu’il examinait l’image avec incrédulité, une petite foule s’attroupa autour de lui. « C’est lui ! » entendit-il. Les voix se firent brouhaha, puis grondement sourd. Il comprit en saisissant des bribes que ses compagnons du marais étaient passés la veille, et avaient raconté ses exploits le soir au banquet