Accéder au contenu principal

Star Turc


Poursuivant mon exploration nonchalante des séries Z les plus improbables de la galaxie, je me suis enfin confronté à Turist Ömer Uzay Yolunda, le célébrissime Star Trek turc. Autant le dire tout de suite, c'est moins extrême dans le résultat que le Star Wars turc, mais ça reste un opus assez aberrant pour mériter d'être étudié en détail.

   
Kapitan Kirk dans : Les Dents de l'Espaaaace !

Il faut savoir que le Turist Ömer du titre (doit-on traduire ça par "Homère le Touriste" ? Personnellement, je ne m'y risquerai pas, mais si ça vous fait marrer, libre à vous, hein.) est un personnage comique récurrent du cinéma turc, vivant des aventures improbables aux quatre coins du monde (voire ici de l'univers). L'acteur, Sadri Alisik, est un de ces galériens du cinéma turc, qui a pas mal de films à son actif, y compris des drames, et ce qui semble être un Lucky Luke turc (Atini seven kovboy), à moins que ce ne soit une version gaguesque des Sept Mercenaire (avec le cinéma turc, tout est possible). Pour ce que j'en sais, le bonhomme n'a pas donné la réplique à Cüneyt Arkin, mais il faut dire qu'ils n'évoluent pas tout à fait dans le même registre. Là où Cüneyt Arkin est un action hero au physique d'Alain Delon du Bosphore, Sardi Alisik allie un jeu qui évoque un croisement improbable entre Aldo Maccione et un Jean Lefebvre des mauvais jours au physique de Tuco dans Le Bon la Brute et le Truand s'il en existait une parodie signée Emir Kusturica.

  
Dans l'espace, personne ne vous entendra gober des champis

 Mais foin de présentations longuettes et passons au corps du délit. Tout commence comme un vrai épisode de Star Trek à l'ancienne, générique inclus. Sauf que le générique est tiré d'une bande vidéo de troisième génération, mangée et sursaturée, qui nimbe l'Enterprise d'un halo orange du meilleur aloi psychédélique. Il faut dire que le film date de 1973, et j'ignore totalement la qualité du matériel à la disposition des studios turcs à l'époque (les stock shots du Star Wars turc étaient un peu moins bouffés, mais c'était déjà dix ans plus tard). Les crédits qui s'affichent sont par contre ceux du casting turc. Puis on passe sur la passerelle du vaisseau, reconstituée à l'arrache, mais pas trop mal réussi (en tout cas pas plus ringarde que l'originale), avec un équipage looké Star Trek Classic, le costumier a bien fait son boulot. Mister Spak, joué par Erol Amaç, un acteur qu'on aura pu voir aussi dans Seytan, la version turque de l'Exorciste, (un jour, faudrait que je vous en fasse une recension, de celui-là, il doit en trainer un exemplaire quelque part dans mes archives) est plutôt réussi. Sauf qu'il a parfois du mal à garder son sérieux quand il balance ses répliques, personne n'est parfait.

Pavel McTchekov 

Ferdi Merter est pas mal en Pavel Tchékov, c'est presque le sosie de l'original. Sauf qu'il joue le docteur McCoy, ben oui. Bon, et il est accessoirement le scénariste du film, et on sent bien qu'il s'est plongé à fond dans l'univers Star Trek, il restitue bien l'ambiance de la vieille série. Lui aussi, au passage, a joué dans Seytan. Plus difficile est le rôle de Cemil Sahbaz (un habitué des Turist Ömer), puisqu'il joue le rôle du Kaptan Kirk. Oui, il est parfait dans le style autorité virile, il a une vraie coupe de cheveux Star Trek, mais il a un sourire à la Lecanuet qui fait tâche, quand même. Et puis mention spéciale à la petite Füsun Olgaç, une top model turque, qui reprend le rôle d'Uhura, et dont l'uniforme est super trop court, ce qui n'est pas déplaisant ma foi.

  
Vous ne rêvez pas, on voit le cul d'Uhura

En tout cas, l'Enterprise arrive au-dessus d'une planète où l'attend le professeur Krater. Mais Krater n'est pas spécialement ravi de voir débarquer chez lui l'élite de Starfleet. En effet, il partage son laboratoire souterrain avec des androïdes stupides à la démarche raide et une créature métamorphe (vous vous rappelez les effets spéciaux de Mystique, dans X Men ? eh bien oubliez) qui se nourrit, si j'ai bien compris, du sel que contient l'organisme humain. Mentionnons au passage les superbes décors hélénistiques dans lesquels sont tournés les séquences en extérieur, et la musique de Pink Floyd (extraite de Echoes, sur l'album Meddle, si mes sens abusés ne m'abusent).

Pour se débarrasser de la fine équipe (dont un membre se fait bouffer par la métamorphe, et c'est là qu'on mesure l'abîme qui sépare ce Star Trek pirate de l'original : ici, les "chemises rouges" sont vertes), Krater a un plan diabolique...

   
Dans le doute,  collez aussi des électrodes sur le chapeau
On ne sait jamais

Pendant ce temps, sur Terre, Turist Ömer est traîné de force devant le maire par deux hommes armés, sans doute les frères ou les cousins d'une demoiselle assez godiche avec laquelle on suppose qu'il a pris du bon temps dans une meule de foin. Au dernier moment, quand on lui demande de dire "Oui" un pistolet sur la tempe, il implore l'aide d'Allah pour qu'il le tire de ce mauvais pas. Et se retrouve téléporté devant le labo de Krater, où il est alpagué par un androïde en slip qui ferait passer C3PO pour un contorsionniste.

 Aurait-on retrouvé Patrick Duffy ?

Le plan de Krater est effectivement diabolique : il lâche Turist Ömer sur l'équipage de l'Enterprise, dont l'entraînement interstellaire s'avère insuffisant pour contrer une telle menace. Car Turist touche à tout, détraque tout, fout la zone partout où il passe. Même Mister Spak a du mal à garder son calme légendaire...

 
Alors toi, tu vas te calmer tout de suite,
sinon je te taille les oreilles en pointe !


Sans spoiler outre mesure, notons que ça se termine bien à la fin et que, de retour dans son pays, Omer se sert du "Vulcan Nerve Pinch" pour se débarrasser des marieurs, pendant que l'Enterprise repart pour de nouvelles aventures.

À l'arrivée, on a l'impression d'avoir eu presque un vrai épisode de Star Trek Classic, sauf que dans le vrai Enterprise, le mobilier est boulonné au sol et donc ne bouge pas quand un acteur le heurte par inadvertance, que le sol n'est pas dallé, et que les tricordeurs ne sont pas attachés au mur avec un fil pendant à un clou, mais sinon, c'est pareil.

 
Vers l'infini et au-delà !
 
C'est moins hystérique que le Star Wars avec Cüneyt Arkin. Moins violent. Parfois même nettement mieux foutu, et sans doute même nettement plus second degré (quoi que bon, c'est peut-être moi qui ai projeté du second degré sur ce machin, j'en sais rien, j'avais pas les sous-titres et c'était quand même en Turc d'un bout à l'autre), et du coup, c'est super sympathique. Après avoir épuisé les toréadors d'Espagne, les indiens et la découverte du monde, quand les producteurs de la série Turist Ömer ont décidé, au mépris du danger, de le faire avancer vers l'inconnu dans l'ultime frontière, ils y sont allés à fond, avec leurs petits moyens, et se sont plutôt bien démerdés. Les Charlots, en France, auraient voulu se faire un Star Trek, ils n'auraient probablement pas exploité le matériel original aussi efficacement.

Et c'est pour ça, aussi, que j'aime le cinéma de genre Turc.

 
Et hop, téléportation !


Ce papier date de… 2006, déjà ! Je l'avais publié sur Superpouvoir.com. De ma trilogie sur le cinéma de genre Turc, seul l'article sur le Star Wars n'a pas été rapatrié ici, du coup, faut que j'en retrouve le texte dans mes archives.

L'article sur un film de capes et d'épées turc est ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dans l'espace, personne ne vous entendra avancer

Je repensais à ces longs travelings sur des vaisseaux spatiaux qu'on voit dans plein de films, d'Alien à Star Wars, et parodiés dans La Folle Histoire de l'Espace. Pour ce que j'en sais,  le premier du genre est dû à Kubrick dans 2001. La caméra y regarde longuement passer le Discovery, ce qui nous donne à la fois une idée des dimensions du bidule, mais aussi de la lenteur (relative : la vitesse d'un machin pareil sur une telle trajectoire doit dépasser les 11 km/seconde) des voyages spatiaux. Ces plans magnifiques donnent une impression de majesté et sont toujours hyper importants dans l'icônisation d'un gros engin de ce genre.

Et comme souvent, un tel plan n'a de sens que cinématographique. Dans la réalité, je vois mal comment un observateur quelconque pourrait se trouver en situation d'observer un tel déplacement par un vaisseau. Il faudrait une trajectoire absolument synchrone, hormis en ce qui concerne la vitesse, qui me semble difficile à obt…

Projet Péniche

Bon, mon prochain roman a atteint aujourd'hui les 300.000 signes, ce qui est à peu près la taille que faisait L'Île de Peter. Et il est loin d'être bouclé, le bougre. Je pense qu'il culminera à 450.000 signes, voire 500.000, ce qui le rapprocherait du format d'Eschatôn.

Curieusement, je n'en ai pas encore écrit la fin, contrairement à mon habitude. Les grandes lignes en sont déjà tracées, bien sûr, mais je me réserve la possibilité de prendre quelques chemins et canaux de traverse. C'est déjà le cas, d'ailleurs : le narrateur de la portion que je vous donne à lire aujourd'hui était un personnage assez secondaire au départ, dont j'ai fini par étoffer le rôle, histoire de multiplier encore un peu plus les points de vue (ce sera un roman choral, un patchwork de textes très différents les uns des autres, comme le sera un autre bouquin que je prépare, un recueil de nouvelles à fil conducteur dans lequel on trouvera pèle-mêle coupures de journaux, réc…

Cosmonautes 3

Suite de ma petite série de rediffs en hommage au cinquantenaire du débarquement sur la Lune. Aujourd'hui, le 2001 de Kubrick :


Si Stanley Kubrick est sans doute trop bien éduqué pour le formuler ainsi, ce qu’il cherche à faire avec 2001, l’Odyssée de l’espace (2001: A Space Odyssey, 1968)*, c’est bien à ringardiser le cinéma de science-fiction spatiale tel qu’il se pratiquait depuis les années 1950. Il cherche à créer une expérience totalement inédite tout en employant des motifs visuels familiers aux spectateurs. Il faut dire qu’à l’époque, la course à l’espace bat son plein et que la Lune est en ligne de mire et à portée de main. L’imagerie du film, d’un réalisme glacial issu des bureaux d’étude de la NASA (qui a largement contribué au projet) oppose formellement l’espace infini et ouvert du cosmos à des espaces infiniment clos qui se referment de plus en plus : intérieur du vaisseau spatial, puis intérieur de la capsule de sortie, puis intérieur du scaphandre, dernière protect…

Super-traumas de destruction massive

On le sait tous, pour peu qu'on ait un peu mis le nez dans les illustrés racontant les aventures de l'un ou l'autre super-slip combattant au nom de la vérité, de la justice ou de quoi que ce soit du même genre : leur origine est généralement lié à un traumatisme personnel plus qu'à l'obtention des pouvoirs. Pas de Spider-man s'interrogeant sur ses responsabilité sans la mort de l'Oncle Ben. Pas de Batman en croisade, sacrifiant sa vie dorée de milliardaire à une guerre sans fin sans l'agression subie par Thomas et Martha Wayne. Pas de Billy Butcher sans le viol de Rebecca et ses conséquences. (oui, bon, Butcher n'est pas exactement un super-héros, je sais). Pas de Docteur Strange sans la perte de sa dextérité de chirurgien qui l'a conduit à chercher des solutions drastiques et irrationnelles et à se remettre totalement en question sur le plan personnel. Pas de Wolverine en quête de lui-même sans les tripatouillages du projet Arme X. Et d'a…

Hail to the Tao Te King, baby !

Dernièrement, dans l'article sur les Super Saiyan Irlandais, j'avais évoqué au passage, parmi les sources mythiques de Dragon Ball, le Voyage en Occident (ou Pérégrination vers l'Ouest) (ou Pèlerinage au Couchant) (ou Légende du Roi des Singes) (faudrait qu'ils se mettent d'accord sur la traduction du titre de ce truc. C'est comme si le même personnage, chez nous, s'appelait Glouton, Serval ou Wolverine suivant les tra…) (…) (…Wait…).

Ce titre, énigmatique (sauf quand il est remplacé par le plus banal « Légende du Roi des Singes »), est peut-être une référence à Lao Tseu. (vous savez, celui de Tintin et le Lotus Bleu, « alors je vais vous couper la tête », tout ça). 
C'est à perdre la tête, quand on y pense.
Car Lao Tseu, après une vie de méditation face à la folie du monde et des hommes, enfourcha un jour un buffle qui ne lui avait rien demandé et s'en fut vers l'Ouest, et on ne l'a plus jamais revu. En chemin, il prit juste le temps de dic…

Le super-saiyan irlandais

Il y a déjà eu, je crois, des commentateurs pour rapprocher le début de la saga Dragonball d'un célèbre roman chinois, le Voyage en Occident (ou Pérégrination vers l'Ouest) source principale de la légende du roi des singes (ou du singe de pierre) (faudrait que les traducteurs du chinois se mettent d'accord, un de ces quatre). D'ailleurs, le héros des premiers Dragonball, Son Goku, tire son nom du singe présent dans le roman (en Jap, bien sûr, sinon c'est Sun Wu Kong) (et là, y aurait un parallèle à faire avec le « Roi Kong », mais c'est pas le propos du jour), et Toriyama, l'auteur du manga, ne s'est jamais caché de la référence (qu'il avait peut-être été piocher chez Tezuka, auteur en son temps d'une Légende de Songoku). 

Le roi des singes, encore en toute innocence.
Mais l'histoire est connue : rapidement, le côté initiatique des aventures du jeune Son Goku disparaît, après l'apparition du premier dragon (et pour cause : l'initiat…

Quand vient la fin

Les super-héros sauvent le monde, c'est leur métier, c'est bien connu. Même un petit joueur comme Peter Parker l'a fait une bonne quinzaine de fois, alors des poids lourds comme Supes ou Reed Richards, je ne vous en parle même pas. Ce besoin quasiment maniaque de sauver le monde tous les quatre matins est une des données du genre, mais pas que de lui : James Bond lui aussi sauve le monde assez régulièrement. Mais tel la demoiselle en détresse attachée au rails par le super-méchant, le monde a parfois besoin d'être plus souvent sauvé à certains moments qu'à d'autres. Car si le super-héros n'est jamais autant à la mode qu'en des périodes d'incertitude et de tension, ces tensions ont parfois été plus délirantes que tout ce qu'il pourrait imaginer. Mais revenons un peu en arrière. Dans la deuxième moitié des années 1940, la menace nazie est conjurée. Deux grandes visions du monde se retrouvent face à face : le capitalisme libéral des Américains et…

Tirer les cartes

Je vous parlais y a pas longtemps de mon prochain roman, dont l'idée me trotte dans la tête depuis deux ans, et sur lequel je bosse sérieusement depuis l'été dernier.

Et si, comme d'habitude, j'ai une foultitude de pages de notes (parfois incohérentes : je note plein d'idées, et à mesure que j'en développe certaines, je me vois obligé d'en supprimer d'autres, qui viendraient en contradiction avec la façon dont l'histoire et l'univers grandissent), j'ai pour la première fois depuis bien longtemps tracé une carte de mon univers pour m'y retrouver. Je n'en avais pas besoin pour les Trois Coracles, vu qu'elle existait déjà (c'était celle de la Bretagne à la fin de l'Empire Romain), ni pour mes autres romans.

En fait, j'ai produit pas mal de cartes de ce genre à mon époque rôliste, y a donc un sacré bail, et quand j'ai développé des univers de fantasy pour des projets de BDs qui ne sont pas allés bien loin, donc vers …