Accéder au contenu principal

Effet de seuil cumulatif

Puisque je suis au début de la rédaction d'un nouveau roman, je suis en plein dans cette phase où je dévore plein de documentation de façon totalement obsessionnelle. Bouquins, films, cartes géographiques, fiches wikipédia, je fais feu de tout bois. Le but avoué est de m'immerger pleinement dans mon sujet (le but réel, en fait, c'est juste de satisfaire à ma maniaquerie compulsive, mais je ne le dis pas parce que ça fait moins genre).

Dans le cas présent, le gros de la doc c'est tout ce que je peux trouver sur les îles britanniques au cinquième siècle et sur les bases les plus profondes de la légende arthurienne. Je ne suis pas le premier à jouer à ce jeu-là, mais ces périodes de genèses mythiques sont fascinantes (il en va de même sur la période présumée de la Guerre de Troie) (les deux époques se ressemblent assez, d'ailleurs, avec de grands effondrements politiques s'accompagnant de grands mouvements de populations) et j'y reviens souvent.

Et en fait, même si l'idée de ce bouquin ne m'est venu qu'il y a quelques mois, je m'aperçois qu'en fait ça marinait depuis longtemps. J'ai toujours aimé l'arthurien et toujours lu des trucs à ce sujet. Et ça fait quelques années que je potasse en profondeur toute la période qui entoure directement la fin de l'empire romain, grosso modo de la bataille d'Andrinople (crise migratoire des Goths) à celle de Vouillé (fin du royaume gothique de Toulouse et suprématie franque sur la Gaule), soit un siècle et demi de mutations profondes en Europe Occidentale. Cette étude du sujet n'a rien de systématique, mais quand je tombe sur des bouquins là-dessus, je prends. Du Patrick Geary, du Alessandro Barbero,  voire du Ferdinand Lot, des ouvrages de synthèse, les rares textes survivants de la période, etc. Au fil du temps, j'ai accumulé du matos. Je me suis fait des opinions assez précises sur certaines choses. J'en ai précisé d'autres (ce qu'on nous apprend à l'école là-dessus est au mieux infime, au pire inepte).

Et de temps en temps, toutes ces infos accumulées, ces bribes de compréhension et ces faits qui s'assemblent peu à peu se cristallisent d'un coup. Il y a quelques années, ça s'est retrouvé dans ma grosse conférence sur le Moyen-Âge en BD, par exemple (même si elle se centrait plutôt sur la période 1000-1500, elle évoquait frontalement le problème de la limite plus que floue entre Antiquité Tardive et Haut-Moyen-Âge).

Depuis, j'ai continué à accumuler. Et d'un coup, paf, ça s'est cristallisé à nouveau. Et quand je parle de cristallisation, c'est exactement ça. Je ne sais pas si vous avez déjà vu ce genre de trucs : dans une solution sursaturée, on introduit un bout de cristal, et d'un coup, sa structure "infecte" le tout, elle se propage et la solution cristallise en masse d'un coup (c'est une astuce connue dans l'industrie, notamment), c'est très spectaculaire. Eh bien c'est ce qui m'est arrivé quand, il y a quelques mois lors d'un voyage en bus, j'ai lu (de travers, d'ailleurs, mais ça n'a aucune importance), un commentaire sur les plus anciennes sources galloises du mythe arthurien. Pouf, plein d'idées qui me clapotaient dans la cervelle se sont assemblées en masse et j'avais le plan de mon bouquin quasiment tout cuit dans le bec avant même d'être arrivé à mon arrêt (de l'importance d'avoir un calepin sur soi en permanence pour noter ce genre de trucs).

Mais le plus drôle là-dedans, c'est que c'est maintenant que commence vraiment le boulot de documentation. Aller rechercher des infos dans les bouquins déjà lus, puis en vérifier d'autres dans d'autres bouquin, comparer des textes, vérifier des points de détail, trouver les éléments de vie quotidienne que les grosses synthèses sur les bouleversement politiques n'évoquent même pas, etc.
Tout ça pour faire de l'arthurien, soit un machin qui (on en parlait ici même y a quelques semaines à peine) n'a jamais réellement existé, et dont personne ne m'en voudrait si je me vautrais dans la fantaisie pure.

Et avec tout ça, le plus triste, c'est que, quand j'aurai fini de l'écrire, ce roman, je ne pourrai plus voir en peinture toute cette masse de doc accumulée et que je serai pressé de passer à autre chose. Ça me l'a fait pour Saint Louis, ça me l'a fait pour Burton, ça me l'a fait pour Lovecraft, ça me l'a fait pour un scénar sur Ian Fleming qui est terminé et dont je ne sais même pas s'il sortira un jour… Et alors je me vautrerai dans autre chose, dans le Siècle d'Or espagnol, par exemple, ou la Conquête Normande, ou la fin de la Guerre de Cent Ans, suivant ce qui se débloquera d'un coup. Ou alors je me lancerai dans un nouveau truc de pure SF qui me demandera surtout de contrôler la crédibilité de mes délires technologiques (ce qui est beaucoup moins chronophage que la recherche historique)…

Commentaires

BettyTheme a dit…
Et donc c'est quand que "la flemme est l'avenir de l'homme" ?
Anonyme a dit…
Il faudra que je te retrouve un vieil article de Guerre et Histoire qui explique que ce n’est pas Saint Jacques qui est enterré à St Jacques de Compostelle, mais le roi Arthur. Il est cependant possible qu’il y ait un peu d’humour dans cet article.
Krka
Alex Nikolavitch a dit…
de toute façon, plus le temps passe, et plus Arthur devient l'empereur de l'europe, mieux que Charlemagne. Surtout quand les auteurs utilisent des références au royaume de "Logres" qu'ils ne comprennent plus (le mot désignait au départ la partie romanisée de la Bretagne insulaire, inutile de dire qu'après trois siècles d'occupation saxonne, plus personne ne savait ce que ça voulait dire)
Tonton Rag a dit…
dans le n°5 de Guerres et Histoire, article page 114, signé Charles Turquin. L'article est, comme tu le dis, à prendre sur le ton de l'humour mais le raisonnement est intéressant.
Alex Nikolavitch a dit…
Faudra me montrer ça !

Posts les plus consultés de ce blog

Les singes et les scarabées

 C'est assez récemment que j'ai découvert l'existence du groupe The Monkees. Alors, bien sûr, j'en connaissais plein de morceaux. Des trucs comme "I'm a believer" et tout, j'ai vu Shrek comme tout le monde. Simplement, dans ma tête (c'est pas les seuls, hein, c'est le cas de plein de morceaux pop de cette époque), tout cela se rangeait dans une vaste catégorie de ma tête intitulée "Beatles", avec "Mister Blue Sky" (j'ai découvert y a peut-être dix ou douze ans que c'étaient pas les Beatles) et d'autres trucs dans le même genre. C'est pas pour dire, mais les mecs cherchaient un peu aussi Je me doute que ça doit vous faire marrer, c'est le signe de ma profonde inculture musicale. Autant, ces colonnes en sont témoin, je peux aller creuser les sujets obscurs pendant des mois pour aller trouver ce qui me semblera une pépite de savoir aberrant (qui ne fascinera que moi, d'ailleurs, et éventuellement un ou

Fouille les bacs d'abord

 Là, j'ai un peu d'actualité côté traduction. Alors, vous allez me dire, j'ai TOUJOURS de l'actualité côté traduction, vu que j'en signe deux à trois par mois et donc qu'elles sortent à peu près au même rythme. Mais c'est bien d'en causer un peu quand même en passant. D'autant que l'une d'entre elles est un petit évènement, vu que c'est le premier tome d'une intégrale de Madman par Michael Allred. Série complètement foutraque et faussement naïve, Madman a connu pas mal d'incarnations au fil du temps. J'étais très content qu'on me confie cette traduction, parce que j'étais loin d'avoir tout. J'avais pris le train en marche à l'époque, au début des années 90, avec la deuxième série, puis j'avais essayé de choper la première (il m'en a toujours manqué un numéro depuis lors) puis j'avais attaqué la série régulière, puis... Les vicissitudes des années 90 m'avaient fait lâcher le truc. J'y r

Petites news

Aujourd'hui, dimanche 26 juin, je suis en dédicace au Storyboat, un bateau théâtre à l'ancre sur les quais de Conflans Ste Honorine (à hauteur de la place Fouillère) dans le cadre du Salon des Auteurs du Coin.   Samedi 2 juillet, au Tales of Gourmet, un rade au début du Quai des Martyrs de la Résistance, toujours à Conflans (genre 300 mètres du lieu précédent), on a organisé une micro-convention, avec plein d'auteurs chouettes. Et le samedi 6 août, je serai à Noailles, en Picardie, pour un atelier BD et une dédicace dans le cadre du festival Curiosités.

Branle bas et mets la gomme, ce soir on canonne

 Dans mon rêve de cette nuit, une attaque surprise ennemie avait déferlé sur les quais. La résistance s'était organisée, on avait sorti de Dieu sait où une vieille pièce d'artillerie, un genre d'obusier de 1914 pour pilonner les barges de débarquement. C'était quand même la panique. Il en arrivait de partout. Pataugeant dans l'eau du fleuve, désorganisés, moi et les autres essayions de pointer nos pièces, de trouver des obus, de récupérer du matos sur les soldats et les compagnons morts. Nous étions peu à peu repoussés. Dès que nous trouvions un coin de terrain à l'abri, nous réinstallions notre canon et lâchions un ou deux obus avant de repartir. L'objectif, empêcher la mise en place d'une vraie tête de pont. À un moment, on m'a demandé de servir de pointeur. À l'aide d'un vieux rapporteur et d'un compas, sans papier, je déterminais des angles imprécis, et des distances qu'il fallait corriger après un premier tir. Lever la tête par-d

Arkham Parano

J'ai des camarades de jeux dangereux, sur les internets. Genre, qui diffusent des images de ce genre, tirées d'un bouquin sur les voyages de Lovecraft :    Forcément, ces collisions m'inspirent. Short, bob, et voyages farfelus, ça me fait penser à Hunter S. Thomson. Et donc, j'ai répondu par : "what kind of rat bastard would feed ghouls at that ungodly hour?   - As your attorney, said Doctor Gonzo, I'd advise you to find the closest dive.   God. I didn't need no beer. I wanted mescaline." Et maintenant, j'ai envie d'écrire ce bouquin, un Fear and Loathing in Arkham par Hunter P. Loveson. Je suis irrécupérable.

Intelligence des singes

La « querelle du singe » qui avait en apparence été tranchée par les tribunaux en 1925 n'a en fait jamais cessé de faire parler d'elle. Et figurez-vous que ces singeries sont importantes. Mais peut-être faut-il revenir d'abord à la nature de cette querelle, parce que peut-être ne la connaissez-vous pas. Il s'agissait d'un procès opposant l'état du Tennessee à l'un de ses professeurs, un certain Monsieur Scopes. Celui-ci avait, en contravention des lois locales, enseigné le darwinisme alors qu'il était interdit aux enseignants de nier le récit biblique de la Création dans leurs cours. Etant donc un hors-la-loi caractérisé, il fut condamné à cent dollars d'amende, ce qui à l'époque représente une belle somme. (si le jugement fut ensuite cassé par la Cour Suprême de l'état en vertu du Premier Amendement, la loi Butler sur l'enseignement, cause de tout ce bazar, ne fut pourtant abrogée que 45 ans plus tard). Mais au niveau de l

Writever août, part 1

  1/ Drôle d'endroit pour une rencontre. La princesse Wulfagarde croisa le sabotier Martibert en cherchant son chemin dans la forêt interdite. Ils trouvèrent la sortie ensemble, furent embastillés séparément et se retrouvèrent dix ans plus tard à l'autre bout du monde.   2/ Martibert et Wulfagarde se passèrent alors du consentement royal et se marièrent sur une barcasse dont le patron pêcheur avait été nommé capitaine pour l'occasion. Il les emmena ensuite sur l'île d'Hybernon, à laquelle aucun des royaumes voisins ne s'intéressait.   3/ Les deux guerriers mythiques du royaume, Dachille et Jonathocle, partageaient tout, les repas, les honneurs, la bataille, les armes, les butins, la tente, et même le grabat. D'après les exégètes, c'était la preuve qu'ils étaient "très bons amis".   4/ Le roi Arthulf et la reine Gontrade avaient souffert de leur mariage arrangé. Puis était née une complicité, ils s'ingéniaient à dresser les courtisans dé

Writever août, part 2

Et encore une volée de writever. Truc marrant, ça fait trois mois que je continue à broder dans ce contexte médiéval farfelu, et je commence à gamberger une espèce de truc un peu pratchettien, ce qui n'est pas raisonnable parce que j'ai déjà plusieurs romans sur le gaz. 16/ Les lettres d'amour du moine Ardubélard et de la belle Godolise furent retrouvées et compilées par des copistes qui se les passaient sous le manteau. On vit apparaître des imitateurs, et ces textes servirent à leur tour d'inspiration à des amants qui en manquaient.   17/ Saint Aldubéric reste comme l'auteur d'une fulmination contre le rire, "propre de l'homme et sale de la hyène" dont chaque monastère a une copie. Ce qu'on sait moins, c'est qu'elle lui fut inspirée par une courtisane qui éclata de rire à la vue de ses attributs.   18/ Ardubélard proposa la douceur comme attribut du divin, ça lui valut un procès en hérésie s'éternisant après sa mort. La publicati

Writever juillet part 1

 Avec un peu de retard (j'étais le nez dans le guidon tout le début du mois) voilà un bout de Writever pour juillet. La suite probablement demain ou après-demain.   1/ Une naissance princière était un événement. Bébé était examiné sous toutes les coutures par les oracles. Le temps que Bébé règne on avait oublié leurs prédictions. Sauf quand son royal père canait dans l'année. C'est ainsi que le régent Dongulf fit pendre les oracles.   2/ Le duc aimait beaucoup son fils aîné, issu de sa première femme notoirement volage. Pour éviter toute contestation avec les demi-frères lors de la succession, il décida de l'adopter. Le duc était du genre prudent. Bien sûr, la procédure fut contestée bien plus tard.   3/ La reine Gotrade (noble turgonde, un peuple nouvellement conquis) prit le contrôle à la cour. Elle plaça ses mignons, isola le roi, mena les affaires. Les accidents de chasse étaient si courants dans la vieille garde que le végétarisme fit son apparition aux banquets.  

Riche en fibres

 Bon, mes problèmes d'internet semblent à peu près réglés. Ce blog pourra donc reprendre un semblant de vitesse de croisière. Les infos en vrac : L'Ange du Prolétariat, dessiné par Felix Ruiz, est sorti la semaine passée.   Le dimanche 26 juin toute la journée, je dédicacerai à la péniche Storyboat (Place Fouillères, Conflans Ste Honorine) dans le cadre du salon des auteurs du coin. Le samedi soir 2 juillet, je dédicacerai au Tales of Gourmet, bar restaurant du Quai des Martyrs de la Résistance, toujours à Conflans (300 m en amont par rapport au Storyboat) avec une brochette d'auteurs d'imaginaire et de pop culture triés sur le volet !