Accéder au contenu principal

Effet de seuil cumulatif

Puisque je suis au début de la rédaction d'un nouveau roman, je suis en plein dans cette phase où je dévore plein de documentation de façon totalement obsessionnelle. Bouquins, films, cartes géographiques, fiches wikipédia, je fais feu de tout bois. Le but avoué est de m'immerger pleinement dans mon sujet (le but réel, en fait, c'est juste de satisfaire à ma maniaquerie compulsive, mais je ne le dis pas parce que ça fait moins genre).

Dans le cas présent, le gros de la doc c'est tout ce que je peux trouver sur les îles britanniques au cinquième siècle et sur les bases les plus profondes de la légende arthurienne. Je ne suis pas le premier à jouer à ce jeu-là, mais ces périodes de genèses mythiques sont fascinantes (il en va de même sur la période présumée de la Guerre de Troie) (les deux époques se ressemblent assez, d'ailleurs, avec de grands effondrements politiques s'accompagnant de grands mouvements de populations) et j'y reviens souvent.

Et en fait, même si l'idée de ce bouquin ne m'est venu qu'il y a quelques mois, je m'aperçois qu'en fait ça marinait depuis longtemps. J'ai toujours aimé l'arthurien et toujours lu des trucs à ce sujet. Et ça fait quelques années que je potasse en profondeur toute la période qui entoure directement la fin de l'empire romain, grosso modo de la bataille d'Andrinople (crise migratoire des Goths) à celle de Vouillé (fin du royaume gothique de Toulouse et suprématie franque sur la Gaule), soit un siècle et demi de mutations profondes en Europe Occidentale. Cette étude du sujet n'a rien de systématique, mais quand je tombe sur des bouquins là-dessus, je prends. Du Patrick Geary, du Alessandro Barbero,  voire du Ferdinand Lot, des ouvrages de synthèse, les rares textes survivants de la période, etc. Au fil du temps, j'ai accumulé du matos. Je me suis fait des opinions assez précises sur certaines choses. J'en ai précisé d'autres (ce qu'on nous apprend à l'école là-dessus est au mieux infime, au pire inepte).

Et de temps en temps, toutes ces infos accumulées, ces bribes de compréhension et ces faits qui s'assemblent peu à peu se cristallisent d'un coup. Il y a quelques années, ça s'est retrouvé dans ma grosse conférence sur le Moyen-Âge en BD, par exemple (même si elle se centrait plutôt sur la période 1000-1500, elle évoquait frontalement le problème de la limite plus que floue entre Antiquité Tardive et Haut-Moyen-Âge).

Depuis, j'ai continué à accumuler. Et d'un coup, paf, ça s'est cristallisé à nouveau. Et quand je parle de cristallisation, c'est exactement ça. Je ne sais pas si vous avez déjà vu ce genre de trucs : dans une solution sursaturée, on introduit un bout de cristal, et d'un coup, sa structure "infecte" le tout, elle se propage et la solution cristallise en masse d'un coup (c'est une astuce connue dans l'industrie, notamment), c'est très spectaculaire. Eh bien c'est ce qui m'est arrivé quand, il y a quelques mois lors d'un voyage en bus, j'ai lu (de travers, d'ailleurs, mais ça n'a aucune importance), un commentaire sur les plus anciennes sources galloises du mythe arthurien. Pouf, plein d'idées qui me clapotaient dans la cervelle se sont assemblées en masse et j'avais le plan de mon bouquin quasiment tout cuit dans le bec avant même d'être arrivé à mon arrêt (de l'importance d'avoir un calepin sur soi en permanence pour noter ce genre de trucs).

Mais le plus drôle là-dedans, c'est que c'est maintenant que commence vraiment le boulot de documentation. Aller rechercher des infos dans les bouquins déjà lus, puis en vérifier d'autres dans d'autres bouquin, comparer des textes, vérifier des points de détail, trouver les éléments de vie quotidienne que les grosses synthèses sur les bouleversement politiques n'évoquent même pas, etc.
Tout ça pour faire de l'arthurien, soit un machin qui (on en parlait ici même y a quelques semaines à peine) n'a jamais réellement existé, et dont personne ne m'en voudrait si je me vautrais dans la fantaisie pure.

Et avec tout ça, le plus triste, c'est que, quand j'aurai fini de l'écrire, ce roman, je ne pourrai plus voir en peinture toute cette masse de doc accumulée et que je serai pressé de passer à autre chose. Ça me l'a fait pour Saint Louis, ça me l'a fait pour Burton, ça me l'a fait pour Lovecraft, ça me l'a fait pour un scénar sur Ian Fleming qui est terminé et dont je ne sais même pas s'il sortira un jour… Et alors je me vautrerai dans autre chose, dans le Siècle d'Or espagnol, par exemple, ou la Conquête Normande, ou la fin de la Guerre de Cent Ans, suivant ce qui se débloquera d'un coup. Ou alors je me lancerai dans un nouveau truc de pure SF qui me demandera surtout de contrôler la crédibilité de mes délires technologiques (ce qui est beaucoup moins chronophage que la recherche historique)…

Commentaires

BettyTheme a dit…
Et donc c'est quand que "la flemme est l'avenir de l'homme" ?
Anonyme a dit…
Il faudra que je te retrouve un vieil article de Guerre et Histoire qui explique que ce n’est pas Saint Jacques qui est enterré à St Jacques de Compostelle, mais le roi Arthur. Il est cependant possible qu’il y ait un peu d’humour dans cet article.
Krka
Alex Nikolavitch a dit…
de toute façon, plus le temps passe, et plus Arthur devient l'empereur de l'europe, mieux que Charlemagne. Surtout quand les auteurs utilisent des références au royaume de "Logres" qu'ils ne comprennent plus (le mot désignait au départ la partie romanisée de la Bretagne insulaire, inutile de dire qu'après trois siècles d'occupation saxonne, plus personne ne savait ce que ça voulait dire)
Tonton Rag a dit…
dans le n°5 de Guerres et Histoire, article page 114, signé Charles Turquin. L'article est, comme tu le dis, à prendre sur le ton de l'humour mais le raisonnement est intéressant.
Alex Nikolavitch a dit…
Faudra me montrer ça !

Posts les plus consultés de ce blog

Collisions

 Depuis le début du mois, j'ai levé le pied sur la traduction. Faut dire que j'en ai livré une palanquée ces derniers temps. Et qu'il faudra que je m'y remette impérativement la semaine prochaine. Le fait est, ça m'amène à reprendre un bon rythme d'écriture, après plusieurs mois chaotiques de ce point de vue. Là, j'avance sur divers boulots rédactionnels, dont un très gros, mais j'ai également bouclé quelques articles sur la légende arthurienne, une commande qui est la façon passive-agressive qu'a l'univers de me rappeler que j'ai un bouquin à finir dans ce contexte. Waterhouse, toujours parfait pour illustrer des sujets de ce genre L'un des sujets à traiter était la place de la femme dans la légende arthurienne. Ça tombe bien, j'avais accumulé des notes, vu que si, dans les Trois Coracles , ces dames ont une portion congrue, m'attaquer à Lancelot m'amène à rééquilibrer passablement les choses. Rien qu'avec la Dame du Lac

Sous le masque

 J'en parlais dernièrement, les Moutons électriques ont lancé la souscription de Super Héros : Sous le Masque , un gros bouquin où il est, comme vous vous en doutez, largement question de super-héros. Cela se présente sous la forme d'une grosse anthologie d'articles, par tout un tas de gens pointus sur ces sujets. J'y signe un papier sur la façon dont les éditeurs gèrent l'écoulement du temps dans leurs publications, et leur façon de régler le décalage qui apparait forcément entre le temps du récit et celui du monde extérieur. Voici le sommaire complet : Et le lien de la souscription. Vous noterez que c'est l'occasion aussi, en fonction de notre niveau de souscription, de récupérer tout plein de trucs plus anciens : un pack avec Mythe & Super-héros , par exemple, ou un autre avec des tirages de têtes de romans des Moutons, dont mes Trois Coracles . Un autre pack permet d'avoir Apocalypses ! et Cosmonautes ! qui commencent à être assez anciens et de

Sonja la rousse, Sonja belle et farouche, ta vie a le goût d'aventure

 Je m'avise que ça fait bien des lunes que je ne m'étais pas penché sur une adaptation de Robert E. Howard au cinoche. Peut-être est-ce à cause du décès de Frank Thorne, que j'évoquais dernièrement chez Jonah J. Monsieur Bruce , ou parce que j'ai lu ou relu pas mal d'histoires de Sonja, j'en causais par exemple en juillet dernier , ou bien parce que quelqu'un a évoqué la bande-son d'Ennio Morricone, mais j'ai enfin vu Red Sonja , le film, sorti sous nos latitudes sous le titre Kalidor, la légende du talisman .   On va parler de ça, aujourd'hui Sortant d'une période de rush en termes de boulot, réfléchissant depuis la sortie de ma vidéo sur le slip en fourrure de Conan à comment lui donner une suite consacrée au bikini en fer de Sonja, j'ai fini par redescendre dans les enfers cinématographiques des adaptations howardiennes. Celle-ci a un statut tout particulier, puisque Red Sonja n'est pas à proprement parler une création de Robert H

J'aime les panoramas

 Ah, une sortie toute récente (genre vendredi dernier) m'amène à vous reparler de traductions de comics. Il s'agit de Panorama , de Michel Fiffe, chez Delirium. Voilà un truc assez atypique, qui m'a bien sorti de ma zone de confort. Chez Delirium, j'ai déjà fait deux Corben, l'un en post-apo et l'autre en heroïc-fantasy, était c'était assez simple, même si Corben a un ton et des univers bien à lui, ça ne pose que peu de difficultés en soi. De même, Vietnam Journal, quoique nécessitant de se plonger dans le langage et l'argot militaire de l'époque (ce qui a amené de grandes discussions avec l'éditeur, pour caler au mieux tout ça), c'est du récit de guerre, un genre dans lequel j'ai déjà donné (notamment en traduisant Garth Ennis, qui a souvent donné dans ce style). Panorama , c'est… autre chose. Il y a là-dedans les affres de l'adolescence, les amours compliquées, du social, toutes choses sur lesquelles j'ai moins travaillé, p

Writever février, part 2

 Hop, deuxième partie des micronouvelles de février. 15/Fruit de la passion… … mangue, troubicule éridanien, splavogoule d'antarès… pour goûter tous les parfums de glace proposés par le convertisseur de matière, même à 2 par jour, il lui faudrait 31 ans. ça tombait bien, même à vitesse relativiste, c'était la durée du trajet.   16/Confidence… … était le terme qu'il employait pour les fragments de textes qu'il lâchait ici et là sur le réseau. Mis bout à bout, ils constituaient un récit étrange, la face cachée d'un monde virtuel. Peu à peu, d'aucuns recomposaient le puzzle au péril de leur santé mentale   17/Maldonne… D'un geste assuré, il ramassa toutes les cartes. -Pourquoi tu fais ça ? -C'est pas ce qu'on dit pour invoquer la Vierge quand on a des cartes pourries ? - … Avant même de commencer, la partie se termina par un pugilat acharné.   18/Bêtises Tout cela n'était que bêtises à son sens. Le dictateur planétaire n'avait cure des épidémies

Histoire d'eau

 Bon, ben ça y est, ça faisait une bonne semaine que ça nous pendait au nez et le fleuve a débordé dans la nuit. Rien de surprenant ni de particulièrement inquiétant là-dedans, et ça reste d'ailleurs très limité à ce stade. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que ça arrive depuis que je suis ici. D'ailleurs, en m'installant à 30 mètres du fleuve, j'avais conscience du problème et j'ai vérifié avant de signer où était la cote 1910. La maison n'avait pas été mouillée à l'époque, du fait de la dénivelée. (faut juste que je fasse gaffe aux remontés d'humidité dans les murs) Il n'empêche que je surveille ça de près. On n'est jamais trop prudent. D'autant que, après mon arrivée, la voie d'eau s'était singularisée par sa placidité, et ça a duré une douzaine d'années sans caprices. Et là, 3 grosses crues en cinq ans sur mon perron. Ça interroge, quand même. Cette accélération pourrait n'être qu'une fluctuation statist

Writever février part 1

Nouvelle volée de micro-nouvelles… Et cette fois-ci, tout commence par des chansons !     1/Il était une fois… … un conteur qui captivait ses auditeurs : ses récits ne concernaient pas un passé lointain et indéterminé, mais un avenir très précis et relativement proche. Quand ses récits commencèrent à se réaliser, il fut mis à mort, de peur de ce qu'il dirait ensuite. 2/L'aventurier… … s'acharnait à aller là où la main de l'homme n'avait jamais mis le pied. Il y avait toujours de bonnes raison à ce que ces coins fussent inexplorés, mais il n'en avait cure. Jusqu'à ce qu'une de ces raisons le dévore, n'en laissant que les dents.   3/Un autre monde… … s'ouvrait à lui. Méditation et ascèse rigoureuses lui avaient enfin ouvert le troisième œil. Son corps astral se détacha et pénétra sur cet autre plan d'existence. Une entité lumineuse de tourna vers lui. "T'es pas d'ici, toi. Tes papiers", lui dit-elle.   4/Combien de temps… … av