Accéder au contenu principal

Le super-saiyan irlandais


Il y a déjà eu, je crois, des commentateurs pour rapprocher le début de la saga Dragonball d'un célèbre roman chinois, le Voyage en Occident (ou Pérégrination vers l'Ouest) source principale de la légende du roi des singes (ou du singe de pierre) (faudrait que les traducteurs du chinois se mettent d'accord, un de ces quatre). D'ailleurs, le héros des premiers Dragonball, Son Goku, tire son nom du singe présent dans le roman (en Jap, bien sûr, sinon c'est Sun Wu Kong) (et là, y aurait un parallèle à faire avec le « Roi Kong », mais c'est pas le propos du jour), et Toriyama, l'auteur du manga, ne s'est jamais caché de la référence (qu'il avait peut-être été piocher chez Tezuka, auteur en son temps d'une Légende de Songoku). 


 Le roi des singes, encore en toute innocence.

Mais l'histoire est connue : rapidement, le côté initiatique des aventures du jeune Son Goku disparaît, après l'apparition du premier dragon (et pour cause : l'initiation est dès lors terminée) et le récit tourne alors à l'enchaînement de tournois d'arts martiaux, puis de combats toujours plus épiques contre des adversaires toujours plus monstrueux. Le côté purement mythologique des premiers épisodes se serait dilué dans une épopée un peu répétitive.

Mais revenons un peu sur ces aspects mythologiques, et voyons s'ils se sont vraiment perdus en chemin.

On l'a vu, le petit Goku est un avatar du Singe de Pierre, alias le Roi des Singes, personnage très puissant, mais né sur sa montagne reculée et découvrant peu à peu le monde absurde des hommes et des dieux, s'y faisant autant d'amis que d'ennemis. Le singe dispose d'un bâton magique et du pouvoir de se déplacer sur les nuages, et cela se retrouve sans surprise dans sa contrepartie dessinée. Par ailleurs, Goku a une queue de singe, qui le conduit à se transformer en gorille géant sous l'influence de la lune.

Goku, dans le manga, est un être assez innocent, naïf et bienveillant qui sort de sa forêt pour découvrir un monde auquel il n'était pas préparé, celui des machines, de l'avidité des méchants, et surtout des filles, un truc qui lui semble bien mystérieux et qu'il n'identifie pas immédiatement pour ce qu'il est.
 
La femme, éternel mystère que Goku s'en va sonder.

 C'est là que s'installe durablement une polysémie. Oui, je sais ce que vous allez dire, tout de suite les mots compliqués, et polysémie toi même d'abord. Donc autant que j'explique. Polysémie, cela veut dire qu'il y a plusieurs significations, en gros. Et que là que, derrière notre petit Goku, nous découvrons les ombres de plusieurs autres personnages mythiques en plus du roi des signes. Des singes, pardon. Mon clavier a tendance à fourcher dès lors que je tape le mot singe, et c'est peut-être un singe, pardon, un signe d'autre chose. (c'est ça que signifie précisément le mot « polysémie » : non pas plusieurs singes, mais plusieurs signes) (si vous voulez vous servir des singes comme moyen mnémotechnique, par contre, libre à vous).

Car les filles sont un signe qui réveille quelque chose chez le singe. Et ça nous renvoie directement à deux récits beaucoup plus anciens, et qui n'ont rien de chinois ni de japonais.

Le plus ancien est l'épopée de Gilgamesh, texte cunéiforme écrit en Akkadien à la fin de l'âge du Bronze. Elle raconte la quête d'immortalité d'un roi, quête qui échoue sur le fil après des exploits incroyables et le massacre de divers monstres. Mais le personnage qui nous intéresse aujourd'hui n'est pas Gilgamesh lui-même, mais son meilleur ami Enkidu. Ce dernier est un être bestial et simiesque, né dans une oasis au milieu du désert mais parti à la découverte du monde absurde de la ville et des hommes. Et ça lui est arrivé à cause d'une femme. La découverte de la femme lui fera perdre son innocence (et une partie de sa force considérable : la description qu'en donnent les tablettes montre la vigueur avec laquelle il la découvre longuement, et le tremblement de ses genoux quand il se relève après une semaine de découverte approfondie) (la perte au contact d'une femme de l'innocence d'un être né dans une oasis au milieu du désert est aussi un motif central dans notre culture, mais la Bible lui donne un sens très différent). La différence entre Enkidu et Son Soku, c'est que le premier découvre la femme avant de quitter l'état de nature, et que le second la découvre après être sorti de la forêt. La coïncidence de motif pourrait n'être que cela, une coïncidence. Sauf que…

Enkidu, aux oreilles bestiales (parce qu'on ne peut pas montrer
la queue bestiale en ces lieux ouverts à tous).

Le récit source plus récent et plus proche de nous, c'est le roman du Graal, de Chrétien de Troyes, narrant avec force détails les aventures de Gauvain et Perceval (c'est pas faux, à une vache près). Et là, c'est après avoir quitté la cabane de sa vieille mère et sa forêt natale que Perceval tombe sur une jolie pucelle, qu'il met du temps à identifier pour ce qu'elle est. La France médiévale n'étant ni le Japon moderne (où Goku trouve un truc imparable pour savoir ci quelqu'un est une fille ou pas, en vérifiant par palpation la présence ou l'absence de roubignoles) ni la Mésopotamie antique (ou Enkidu montre sa bonté foncière en grimpant une courtisane consentante, tandis que Gilgamesh montre son état de citadin corrompu en exerçant son droit de cuissage sur des femmes terrorisées), les rapports entre Perceval et les diverses pucelles sont d'une chasteté de bon aloi. Mais le fait demeure, la rencontre le trouble terriblement, et rend concrète une catégorie (les jeunes filles) qu'il ne connaissait que par ouï-dire sans avoir la moindre idée de ce à quoi cela ressemblait concrètement.

Autre point qui rapproche ces deux héros de Son Goku, leur innocence foncière est telle que, même quand ils la perdent, ils ne s'en départissent jamais totalement et restent dès lors des êtres fondamentalement bons, qui deviennent un modèle pour les autres. Le chevalier rouge qu'affronte Perceval au départ est un félon, un pillard, un chevalier brigand. Mais une fois vaincu, il s'en va faire acte de contrition chez Arthur. De même, si Gilgamesh semble au départ être un monstre corrompu, il s'assagit très vite au contact d'Enkidu.

Relisez Dragonball et DBZ, et vous verrez que ce schéma se répète à plusieurs reprises, des adversaires valeureux comme Vegeta, Krilin ou Yamcha deviennent au contact de Goku ses camarades indéfectibles.

Et quand un adversaire est irrécupérable, la puissance d'Enkidu, Perceval et Son Goku est telle qu'il ne reste pas très longtemps un problème.

 
Le Moïse de service.
 
Après, les origines de Goku ne vont pas sans rappeler celles de Moïse, d'Actarus et de Superman, mais ça pourrait faire l'objet d'un autre papier, c'est pas le sujet du jour.

Parce qu'on va plutôt revenir sur l'aspect guerrier de notre héros, qui est en fait une sorte de demi-dieu : il est fils humanisé d'êtres très puissants vivant sur un autre monde, les Saiyens ou Saiyans, d'où sa queue de singe d'ailleurs, ainsi que sa propension, en grandissant, à des contorsions musculaires lui permettant de mettre en branle toute son énergie vitale.

Mais allons à présent faire un tour en Irlande, et penchons-nous sur un vieux texte, la Razzia des vaches de Cooley (oui, dit comme ça, ça fait pas rêver, mais en Irlande médiévale, les « Tain Bo », ou récits de pillages de troupeaux étaient la forme épique fondamentale, faut faire avec) et son héros le grand guerrier Cúchulainn (lui aussi frappé en quelque sorte d'animalité comme Enkidu et Goku, puisque son nom signifie « le chien de Culann », Culann étant un forgeron du coin et y a une histoire à la clé, mais ce sera pour une autre fois). Comme Achille (on y reviendra d'ailleurs tout à l'heure) Cúchulainn est un héros guerrier et tragique, promis aux plus grands exploits en échange d'une vie brève. Sa mort est d'ailleurs le truc le plus badass du monde, à côté de quoi la fin du Braveheart avec Mel Gibson fait kermesse de patronage. Jugez du peu : blessé au ventre, ses entrailles commençant à dégouliner (c'est là que Mel Gibson baisse le rideau en gueulant, souvenez-vous), Cúchulainn se redresse, fait « je veux mourir debout », avise un menhir tout proche et s'y attache avec sa longue ceinture de cuir, qui lui permet de maintenir au passage la tripaille qui déborde. Il prend ensuite une épée dans chaque main et fait à ses ennemis : « maintenant, venez. » Même Tony Montana a un côté légèrement petit joueur en comparaison.

 
La lumière de héros. Ça pulse.

 
Mais, et vous me l'objecterez avec raison, même si ça bastonne ferme dans DBZ, il n'y a quand même pas de tripaille à l'air. Et en fait, si je vous citais l'histoire de la razzia des vaches, c'est pour un autre passage, que je vais carrément vous citer en grand :

« Ses premières contorsions vinrent alors à Cúchulainn et il se rendit horrible, multiforme, monstrueux, étrange. Ses jambes tremblèrent en lui comme un arbre contre le courant d'un fleuve, ou comme un fétu de paille contre le courant ; tremblèrent tous ses membres depuis le sommet de la tête jusqu'au sol. Il fit le jeu méchant du pillard avec son corps au milieu de sa peau. Ses pieds, ses cuisses et ses genoux vinrent derrière lui. Ses talons, ses mollets et ses jambes vinrent devant lui. Les muscles de ses mollets lui vinrent sur le devant des jambes et chaque nœud en était aussi gros que le poing fermé d'un guerrier. Il étendit les muscles de son crâne si bien qu'ils furent dans le creux de la nuque, si bien que c'était aussi grand qu'un enfant d'un mois qu'était chaque protubérance, immense, innombrable, sans égale et sans mesure. […] Il s'enfonça l'un de ses yeux dans la tête de telle façon que, de sa joue, un héron aurait eu du mal à l'atteindre au fond de son crâne. L'autre œil jaillit si bien qu'il fut dehors sur sa joue. Sa bouche se contorsionna de façon étrange. Il sépara sa joue de l'os de la mâchoire si bien qu'on lui vit le gosier. Ses poumons et ses bronches vinrent voler dans sa bouche et dans sa gorge. […] La lumière du héros se leva sur son front et il fut aussi long et aussi épais qu'une pierre à aiguiser de guerrier, et il était aussi long que son nez. Il devint fou furieux. »

Et là, franchement, si vous n'avez pas l'impression de lire la description particulièrement fleurie d'un super-saiyan (ou à défaut, d'un Ken le Survivant de calibre réglementaire), je ne sais pas ce qu'il vous faut. Et notez que ce n'est qu'à la fin du truc qu'il devient fou furieux. Avant, il était juste agacé. Le petit Nicolas S. de Neuilly, c'est un grand calme impavide, en comparaison. Même Hulk est un peu tranquillou. Par contre, quand vous regardez les muscles cubiques des héros de DBZ et la « lumière du héros » qui jaillit d'eux, avouez que ça prête à comparaison. Et dans un autre passage, on décrit dans des circonstances analogues ses cheveux qui se dressent sur sa tête. Et là où c'est rigolo, c'est que si en temps normal, il a les cheveux bruns aux racines, roux au milieu et blonds aux pointes (les Celtes se décoloraient à l'aide d'un onguent à base d'urine, et c'est vrai que dit comme ça, ça fait un peu footballeur, comme teinte), quand il s'énerve, ils sont uniformément dorés. Un super-saiyan, je vous dit.
 Et là, ça commence à blaster carrément.

Et là, ça nous renvoie d'ailleurs à Achille (je vous avais bien dit qu'on y reviendrait), protagoniste très connu de l'Iliade d'Homère, qui si ses démonstrations de rage sont moins spectaculaires, fait quand même les gros yeux quand il s'énerve, émet une flamme lumineuse par le front à cette occasion, et a les cheveux qui deviennent blonds (xanthos, en grec, c'est bon à savoir si vous voulez cartonner au Scrabble), alors qu'en temps normal il est plutôt châtain (oui, vous allez me dire que châtain c'est peut-être bien la même racine que xanthos, mais c'est Cúchulainn qui se décolore pas les racines, j'ai dit, faut suivre des fois).

Slaine, autre guerrier celte avec des muscles pas prévus dans le manuel.
 

Voilà, tout ça pour démontrer qu'il y a des imageries qui traversent le temps et l'espace, qui ressurgissent là où on ne les attend pas.

La prochaine fois, je vous raconte comment Naruto, en vrai c'est le Roman de Renard. Non, je déconne, j'en sais strictement rien, j'ai pas été vérifier. Mais allez savoir, tiens.

Article publié en 2015 sur Comics Sanctuary

Commentaires

Lledelwin a dit…
...Je bloque à mi-lecture sur la Razzia des vaches de Cooley.
C'est fou qu'il n'y ai jamais eu d'adaptation cinématographique de ce récit, non ?
...
Attendez.
Un couple s'engueule pour savoir qui a apporté le plus de pognon dans le mariage.
Ils finissent par compter leurs avoirs respectifs et finissent en dénombrant le bétail.
Aha, c'est monsieur qui gagne, grâce à son taureau brun de concours !
Madame ralichone sévère et décide d'aller piquer le taureau blanc de Cooley car, ça tombe bien, les hommes du coin sont réduit à l'incapacité par une malédiction qui leur fait ressentir les douleurs de l'accouchement... Ouais, ils se tordent de douleurs en se tenant le bide. Mais Cuchulain est là et fait le taf ! Madame fait des avances éhontées au héros pour qu'il bosse pour elle et lui ramène le bestiaux. Il l'envoie chier. Madame, vexée comme un pou, va se plaindre à son mari et les deux unissent leurs force parce qu'on parle pas mal comme ça de Madame.

Guyvonarc'h peut faire de l'acrobranche en commentaire tant qu'il veut pour expliquer que déterminer qui a le plus d'avoir revient à déterminer qui est le chef du ménage ET DONC du royaume, vu que Monsieur et Madame sont les rois du Connemara, IL N'EMPECHE QUE tout ceci a le coté épique d'un épisode de Derry Girl. Mais peut-être suis-je légèrement influencée par le fait que le nom de la reine, Medb, se prononce Mève, comme Maeve, la mère de famille dans ce sympathique feuilleton absolument pas épique du tout.
Lledelwin a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Alex Nikolavitch a dit…
Oui, c'est assez curieux, le fond époque irlandais n'a pas inspiré l'audiovisuel, tout le monde n'en a que pour les vikings.
Lledelwin a dit…
Faut avouer qu'il y a de la matière, mais que cette matière a un coté légèrement parodique dès le départ :

- Alors c'est un fermier qui a épousé une déesse et ils vivent heureux jusqu'à ce que...
- Cool, et ils s'appelent commment ?
- Crunnchú et Macha
- ...
- Ouais, non, je sais pas non plus comment ça se prononce. Donc ils vivent heureux jusqu'à ce que ce soit la grande rassemblées des Ulates
- ...qui ?
- Les gens d'Ulster
- ...On va garder ça comme nom.
- Et là Crunnchù peut pas fermer sa gueule et vante les qualités de sa femme, ce qui va facher celle-ci qui se barre !
- Classique. Le mari qui vante son épouse-fée, la fée se fache, classique.
- Oui, mais non car en fait le roi fait une démo de course de cheval et Crunnchù est là, en mode "aha, ma femme elle fait mieux que ça !" alors le roi est en mode "AH ouais ?" et Crunnchù est en mode "Ah ouais !" et Macha est en mode "les gars, je suis enceinte jusqu'aux yeux, merde quoi" et le roi est en mode "rien à foutre ! Vas-y courre un peu qu'on rigole" et Macha courre et GAGNE LA COURSE
- Enceinte jusqu'aux yeux ? A l'écrit, ça passe, mais je vois pas trop comment rendre ça à l'écran : une meuf, enceinte jusqu'aux yeux, qui gagne la course contre des chevaux ?
- J'avoue... Mais c'est pas fini : à la fin de la course, elle accouche sur la ligne d'arrivée de jumeaux : un garçon et une fille !
- Des archers ? Le soleil et la lune ?
- J'en sais rien, non, pourquoi ?
- Oh comme ça...
- Bon, je reviens à mon histoire : et là, Macha, ses jumeaux dans les bras, se relève furieuse et lance au roi d'Ulster et à toute sa cour que puisqu'ils l'ont forcé à courir enceinte, ils souffriront les douleurs de l'enfantement quatre jour et cinq nuit et HURLE sa malédiction !
- Avec les gamins dans les bras ? Ils sont sourd ensuite !
- ...Et donc la malédiction des Ulates, c'est ça : chaque fois que l'Ulster est menacée, ses guerriers sont au lit, en train de se tordre de douleur en se tenant le bide !
- ...
- ...badass, non ?
- ...franchement, je sais vraiment pas ce que ça donnerait à l'écran.
Alex Nikolavitch a dit…
ça peut donner un truc assez vénère, en vrai.
Lledelwin a dit…
...J'avoue.
Mélusine surprise au bain qui se fache tout rouge et fait trois fois le tour du château de Lusignan sous sa forme mi-femme mi serpente et sur un nuage bleu bordé d'or et d'argent en maudissant Renaud et en promettant que tout ce qu'elle a bati pour lui s'effondrera pierre à pierre, ça peut tout autant donner un truc bien vénère ou bien ridicule
Alex Nikolavitch a dit…
JE crois que rien n'est ridicule si c'est fait avec sérieux.

Posts les plus consultés de ce blog

Monumentale erreur

 Hier, il a fallut que j'aille sur Paris, j'avais rendez-vous avec un illustrateur pour causer d'un projet à lui, il avait besoin d'une consultation, et en même temps comme on s'était pas vus depuis le covid c'était l'occase de manger un coup et de boire un bout, à moins que ce ne fût l'inverse. Bref. Je me disais "bon, y a pas d'épreuves d'athlétisme à St Mich', les Jeux n'ont pas encore commencé, c'est peinard." Ha ! Quelle gourde je fais. Non, non, la joyeuse bande des "qui aurait pu prévoir ?" a pris les devant. Ils installent des trucs partout, pratiquement toutes les rues donnant sur la Seine sont barrées, tout le monde zigzague dans tous les sens, un délire. Jacques Tati réveille-toi, ils sont devenus fous et tu aurais pu en tirer un bout de pellicule absurde comme tu savais si bien faire. Mais là encore, ça allait. Bon, on s'est retrouvés malgré tout, on s'est posés, on a becqueté, on a causé, on a

Si tu vas à Arkham, n'oublie pas ton bateau à rames

Bon, j'ai vu que l'info était apparemment officielle, donc je peux en causer ouvertement. Ce que j'appelais "Projet Tentacules 2" sort le 30 octobre  et s'intitulera Le Dossier Arkham , et ce sera aux édition Leha. Comme son nom l'indiquera aux plus perspicaces d'entre vous, cela se déroulera dans un univers lovecraftien. Détail de la couve par Patrick Pion Il s'agira en quelques sorte d'un livre enquête. Chaque chapitre en est un des documents réunis par un détective opérant à Arkham entre 1936 et 1942, qui a mis le doigt sur un ou plusieurs complots en enquêtant sur une banale disparition en forêt de Dunwich. En terme de ton, ce sera complètement déconnant, j'en ai peur. En témoigne l'extrait que je livre à présent à votre curiosité dévorante et probablement malsaine : --- « Mon ami ! s’exclama-t-il. Vos visites comblent de joie mon vieux cœur ! Quelles nouvelles apportez-vous du vaste monde ? — Oh, il va toujours aussi

Frères humains qui après nous vivez

Tiens, je viens de voir les deux premiers épisodes de Real Humains sur Arte. Et j'ai plein de raisons de râler. Pas sur la série elle-même, hein, dont j'ai trouvé le scénar très malin, et la prod très efficace. Le look des Bots et la manière dont ils sont joués sont très bons, et tout le design joue à plein sur la métaphore technophile (déballage et mise en service du Bot, avec le mode d'emploi ouvert à côté, comme on déballe un ordi ou un téléphone portable, cales en polystyrène comprises), mais aussi sur tout un tas de métaphores sociales intriquées (le sous prolétariat immigré, l'alter-mariage, Alzheimer, etc.). Tout amateur de SF bien pensée devrait regarder cette série. Sur le fond, elle reste dans du classique : la garde malade trop zélée renvoie directement à des textes de Jack Williamson qui ne sont pas du tout récent ;  Les Humanoïdes datent de 1949, et Les Bras Croisés d'encore avant. La scène où le voisin fait planter la petite Anita, elle sort dir

Bon, le message ne passe pas

Non, je ne parlais pas du président, son autisme politique est devenu légendaire. Non, je parlais de Fèces-Bouc. J'ai encore reçu un mail m'invitant à m'inscrire pour découvrir je ne sais quelle question posée par un "ami". Le bouton "indésirable" a donc encore été rentabilisé. Et j'ai réparé mon téléphone. Pendant deux jours, j'avais internet, mais pas le téléphone fixe sur la ligne Orange-Odésespoir. Plus de tonalité, et quand les gens appelaient, ça sonnait occupé. J'ai désossé toute l'installation sans piger. Et j'ai essayé d'appeler l'opérateur. Et là, c'est très drôle, parce que le site indique un numéro d'assistance. Que je dois donc appeler de mon portable, n'ayant plus de ligne fixe. Ce numéro, après plusieurs choix à la con genre "taper un, taper deux", etc, m'indique qu'en fait que non, pour ce type de problème, je dois appeler un autre numéro. Qu'on me donne par boite vocale. Les m

Le commencement de la fin

C'est cyclique, ces tubes que tout le monde fredonne, que tout le monde reprend, que tout le monde a entendu et que tout le monde sait identifier. Il y a des chansons comme ça qui atteignent une sorte de masse critique, tous les quelques temps. Et puis vient le moment où pouf, la vague retombe. Où le truc se ringardise d'un coup, et où l'on passe à autre chose. Je crois qu'on est pas loin d'y arriver pour Happy , le tube de Pharrell Williams, lauréat 2014 du prix Jamiroquai du jeune chanteur à chapeau qui incarne la coolitude décalée juste ce qu'il faut* . Y a des signes qui ne trompent pas : on l'entend comme bande-son dans des pubs pour bagnoles, et des entreprises commencent à le mettre en musique d'attente quand on téléphone comme les premières Quatre Saisons de Vivaldi venues. Du coup, le truc va lasser, et en plus les gens vont peut-être finir par se rendre compte que les paroles n'ont aucun sens. Dans très peu de temps, tout le monde tr

Je voudrais changer les couleurs du temps

Je ne sais pas si vous avez remarqué ce tic agaçant des émissions de télé, quand elles font une rétrospective sur la vie de quelqu'un : les photos d'enfance qu'elles présentent en banc-titre, elles les mettent en noir et blanc. Je veux dire, même quand ils vous parlent de la jeunesse d'une chanteuse quelconque née en 82 ou 89, les photos à l'âge de cinq ans, ce sera du noir et blanc. Quand bien même c'était typique le genre de photo qu'on faisait en couleurs à l'époque. Mais la télé, de nos jours, aime bien jouer sur une corde nostalgique. Mais la télé est un média de masse, alors elle ne peut pas jouer sur la nostalgie de l'odeur du savon à barbe rare qu'employait le grand-père, ou le goût précis des pains de semoule de l'arrière-grand tante au bled. Non, la nostalgie doit être préemballée, calibrée et dûment étiquetée. D'où la bascule en noir et blanc, pour faire style "y a longtemps, une époque révolue, le bonheur de l'enfance

à la Saint Fulchibar, change ton calbar !

Dans mon rêve de cette nuit, j'étais gourou itinérant d'un truc bizarroïde à tendance égyptologique. Le temple était un tabernacle pliant à l'arrière d'une camionnette, et il suffisait d'ouvrir le coffre pour que tout se mette en place, comme dans ces bouquins pop-up de notre enfance. Habillé d'une espèce de toge-couche culotte modèle Gandhi, je parcourais les routes pour apporter cette bonne parole dans les coins les plus reculés. J'ai oublié le contenu des homélies, mais elles étaient ponctuées par des actions rituelles, comme l'ostentation d'une lampe à huile en grès décorée de hiéroglyphes en incise (et à la réflexion, quand j'y repense, ils avaient plutôt une gueule de cunéiformes. Bref.) Je levais la lampe, présentant sa flammèche vacillante à l'assistance, balançant des formules du genre "la lampe est la lumière, et la lumière est la vie, et la vie est le fleuve qui coule en ce monde d'éternité". Et les gens disaien

Ça tourne au vinaigre

Le mauvais combo ultime, pour un type dans mon genre, c'est d'être accro au café et de vivre dans un patelin où l'eau est très calcaire. Parce que du coup, la cafetière s'entartre à une vitesse de grand V. Or, vu tout le battage qu'on nous fait sur la pollution intérieure, les méchants produits d'entretien tout chimique et tout, j'avais fini par me mettre au vinaigre blanc. Le vinaigre blanc, c'est présenté depuis quelques temps comme le produit miracle bon à tout faire dans la maison. Jusqu'à mes paquets de céréales qui vantent les bienfaits du vinaigre blanc. C'est à toutes les sauces, à la radio, dans la presse, etc. Et en plus, ça ne coûte pas grand-chose. Et donc, cela faisait quelques mois que je détartrais ma cafetière aussi au vinaigre blanc, au lieu d'acheter des flacons très chers de détartrant dédié. L'autre jour, je reçois du monde à la maison, et je fais donc du café. Et c'est une chose de mettre en route la cafetiè

Bande à part

 Un truc dont je parle régulièrement en cours de BD (et j'ai dû en toucher un mot ici aussi à un moment ou un autre), c'est l'influence du format sur la narration. C'est très McLuhanien : suivant que l'on publie en revue, directement en album, avec une pagination contrainte ou libre, etc. la même histoire n'aura absolument pas la même tête. Bah, comment ? (ouais, elle est nulle, je sais)   Le manga, la BD franco-belge, le comic strip, le comic book, la BD anglaise... ont des codes narratifs subtilement ou brutalement différents. Une des raisons du succès du manga auprès des jeunes, c'est son dynamisme narratif (en tout cas dans le shonen, qui caracole en tête des ventes). Lorsqu'il y a de la bagarre, ça pète dans tous les sens de façon spectaculaire. À l'inverse, un mangaka qui veut faire dans le contemplatif peut prendre son temps, déployer sa narration, étirer le temps. Jamais un auteur de franco-belge travaillant au grand format 46 pages couleurs

Writever juin, part 2

Hop, la part 2 du Writever de ce mois-ci où l'on continue en mode "professeur Jones". Apparemment c'est de saison.   16. Il en est du sphinx comme du sourire de la Joconde, on en a tellement fait une énigme en soi que tout chez lui devient mystérieux ou sujet d'interprétations, voire de réinventions plus ou moins acrobatiques. À part chez les fans de comics lorsqu'ils décryptent leurs illustrés préférés devant des néophytes, on rencontre rarement des gens aussi obsessionnels. Les fans du sphinx sont les premiers geeks de l'histoire.   17. Les célèbres mosaïques du palais de Plahensos, réputées dans tout le monde antique, avaient été ventilées façon puzzle par les millénaires et les tremblements de terre fréquents dans la région. On avait les pièces, une description par un auteur antique, et une IA générative. Elle tenta toutes les permutations possibles, sans rien trouver de satisfaisant, à part un portrait authentique d'Agamemmnon, les chiffres du lot