Accéder au contenu principal

Motion Pictes

 Je reviens quand même assez souvent sur Robert E. Howard dans ces colonnes. J'ai pas mal parlé de Red Sonja, et encore dernièrement, souvent de Conan, et j'avais causé des adaptations de Solomon Kane et de Kull. Mais je ne crois pas avoir évoqué un autre héros de Howard, un peu moins connu, qui est Bran Mak Morn.

Héros d'une poignée de nouvelles publiées dans Weird Tales, Bran est donné comme le "dernier roi des Pictes" et mène une résistance désespérée contre les Romains. Il est l'illustration des idées d'Howard voyant le barbare comme plus noble que les civilisés (conception qui lui vaudra d'ailleurs quelques passes d'armes épistolaires avec son camarade Lovecraft, qui lui se plaçait résolument dans le camp des Romains). La fin de ses aventures a d'ailleurs quelque chose de lovecraftien : elle voit le roi invoquer d'immondes créatures, les "Vers de la terre" pour venger ses compagnons, sachant qu'il risque d'y laisser son âme et celle se son peuple.

La couve d'époque de Nicollet

 L'ensemble des récits qui lui sont consacrés faisait l'objet d'un petit recueil de la collection Néo, et tout a été repris, mais pas que, dans la grosse série howardienne publiée par Del Rey, un beau bouquin illustré par le toujours élégant Gary Gianni et repris en VF chez Bragelonne. Celui-ci ne se cantonne pas aux récits de la résistance de Bran et aux poèmes qu'Howard lui a consacré, mais reprend d'autres textes qui y sont plus lointainement liés. "L'Homme Noir" est une aventure de Turlogh Dubh, un guerrier irlandais vivant mille ans plus tard, et qui a lui-même été le héros de quelques nouvelles, dont une sur la bataille tout à fait historique de Clontarf. "L'Homme Noir" tourne autour d'une idole représentant Bran. "Les Enfants de la Nuit" est un texte plus éloigné encore en apparence, mais cette histoire de réincarnation et de souvenirs enfouis renvoie directement aux combats des Pictes contre d'autres peuples.

De fait, si l'on creuse un peu, les Pictes traversent une bonne partie de l'œuvre de Howard. Dans les aventures du roi Kull, son meilleur ami et confident est Brule le Picte, un être loyal, aux valeurs simples, auquel le héros peut se fier, contrairement à ses sujets plus civilisés et plus retors. Ce Brule est donné comme l'ancêtre de Bran, d'ailleurs. Pour l'anecdote, si Brude le Picte s'appelle ainsi, dans mon Trois Coracles Cinglaient vers le Couchant, c'est non seulement parce que le nom renvoie à "frère", ce qu'il est dans le récit (il est demi-frère d'Uther), mais également en pensant à Brule. D'ailleurs, Brude tient auprès de son frère une place similaire à celle de l'ami fidèle de Kull.

La couve de Frazetta pour un des premiers recueils US de Bran Mak Morn

Dans les aventures de Conan, censées se dérouler bien plus tard, les Pictes ont dégénéré. Ce peuple jadis fier et ombrageux est présenté désormais comme un ensemble de tribus redoutables, vivant aux lisières du monde. Elles deviennent un prétexte à des aventures proches du Western dans leur fonctionnement : "Au-delà de la Rivière Noire" n'est ni plus ni moins qu'une attaque d'indiens sur un fortin de la cavalerie, qu'un messager tente désespérément d'avertir avant le désastre. Pour le Texan Howard, le Western fait partie de l'ADN du récit d'aventures, et certaines des meilleures histoires de Conan flirtent avec ce genre (avez-vous remarqué que "Les Clous Rouges" est très proche de Pour une Poignée de Dollars, dans son concept ?). Howard en profite pour différencier barbarie et sauvagerie. Si le barbare se défie de la civilisation, il sait aussi s'en accommoder au besoin. Ce n'est pas le cas des Pictes.

Arrivés à l'époque de Bran, les Pictes ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, et seules quelques lignées nobles conservent la grandeur de leurs ancêtres. L'épopée de Bran est le baroud d'honneur d'un peuple finissant, à bout de souffle. Lorsque Turlogh s'empare de la statue de Bran, les Pictes ne sont plus qu'un souvenir enfui.

Et dans des récits contemporains comme "Les Enfants de la Nuit", tout cela est recouvert par le voile du temps, de la superstition et une aura ténébreuse. La saga des Pictes, chez Howard, forme une sorte d'univers discrètement partagé entre certains de ses grands cycles.

J'ai toujours beaucoup aimé le boulot de Gianni 

Ce qu'il a fait sur Conan est admirable aussi

Howard se passionnait pour les peuples anciens. Les Cimmériens de Conan ont réellement existé, même s'ils n'ont, en fait, pas grand-chose à voir avec le Barbare le plus connu de toute la pop culture. Les Pictes selon Howard connaissent le même genre de décalage. Il plaque sur eux ses propres conceptions, et celles de son temps. On sait désormais que ce peuple mal connu du nord de la Grande Bretagne parlait apparemment une langue apparentée à celle des Celtes vivant plus au sud, quoiqu'influencée sans doute par un substrat plus ancien. Nous demeurons incapables de lire les quelques traces d'écriture qu'ils nous ont laissé, et si les Romains ont rapidement abandonné l'idée de les conquérir (les murs d'Hadrien et d'Antonin ont été bâtis pour les contenir et les surveiller), ce sont finalement les Irlandais qui sont responsables de leur disparition. Vers le huitième siècle, les alliances entre roi pictes et chefs scots ont conduit à des fusions des lignées, et à l'absorption de l'identité picte dans celle d'une nouvelle nation, l'Ecosse. Irlando-écossais par son ascendance, Robert E. Howard ne pouvait qu'être fasciné par ce peuple mystérieux auquel il pouvait à bon droit faire remonter sa propre histoire.

Fun fact : vous pensiez que les Pictes devaient leur nom à leur habitude de se peinturlurer ou de se tatouer le corps ? En vrai, personne n'en sait rien. Il est possible que les Romains les aient appelés ainsi à cause de marques de ce genre, mais ils n'en parlent jamais, et l'existence d'autres tribus celtiques portant des noms apparentés pourrait infirmer cette hypothèse. Accessoirement, il est possible également que ça vienne du mot celte "pixte" qui signifie juste "crado". Je vous jure que c'est vrai.

Bref, voilà, un perso moins connu que Conan ou Kane, ce Bran Mak Morn, mais que j'aime personnellement beaucoup, et qui a très peu été adapté en BD, et jamais au cinoche. C'est dommage : un film Bran par un réal un peu vénère, je trouve que ça pourrait poutrer.

Commentaires

Odrade a dit…
Le mur d'Hardien ? C'était un ancêtre hardeur ?

O.

Posts les plus consultés de ce blog

Obsessions chroniques

 Je me suis dernièrement repris d'une obsession pour le dessin du trop rare Esteban Maroto, dessinateur espagnol surtout connu pour son oeuvre de fantasy. Il a notamment travaillé sur Vampirella, mais aussi sur Red Sonja (encore récemment), adapté en BD la vie de Vlad l'Empaleur et quelques uns des mythes de Cthulhu.     Là, je suis en pleine relecture des Atlantis Chronicles , où il illustre un script de Peter David. Ça a été réédité il y a quelques temps dans un beau volume, que j'ai pris vu qu'il me manquait 1 ou 2 épisodes de la version comics sortie au milieu des années 80. À l'époque, DC vient plus ou moins de rebooter son univers, et travaille à lui donner un passé cohérent. Atlantis Chronicles est donc à ranger à côté de World of Krypton (dessiné par Mignola), The Kents (écrit par Ostrander) ou Books of Magic (écrit par Gaiman), visant à donner une profondeur temporelle aux aventures des super-héros. Le style élégant de Maroto y fait merveille, et son s

Seul au monde, Kane ?

Puisque c'est samedi, autant poursuivre dans le thème. C'est samedi, alors c'est Robert E. Howard. Au cinéma. Et donc, dans les récentes howarderies, il manquait à mon tableau de chasse le Solomon Kane , dont je n'avais chopé que vingt minutes lors d'un passage télé, vingt minutes qui ne m'avaient pas favorablement impressionné. Et puis là, je me suis dit "soyons fou, après tout j'ai été exhumer Kull avec Kevin Sorbo , donc je suis vacciné". Et donc, j'ai vu Solomon Kane en entier. En terme de rendu, c'est loin d'être honteux Mais resituons un peu. Le personnage emblématique de Robert Howard, c'est Conan. Conan le barbare, le voleur, le pirate, le fêtard, le bon vivant, devenu roi de ses propres mains, celui qui foule de ses sandales les trônes de la terre, un homme aux mélancolies aussi démesurées que ses joies. Un personnage bigger than life, jouisseur, assez amoral, mais tellement sympathique. Conan, quoi. L'autre

All work and no play (air connu)

 Les journées d'un freelance se ressemblent toutes et pourtant aucune ne ressemble tout à fait aux autres. On bosse toujours pour trois ou quatre clients en même temps, on twiste entre les deadlines avec l'agilité d'un toréador évitant les coups de corne (ou pas), et on essaie de glisser entre deux des projets persos, une vie de famille, voire dans les moments les plus dingues de voir des copains. Là, ce matin, par exemple, j'ai attaqué à sept heures et demie par un boulot sur une traduction copieuse et difficile, que je devrais techniquement avoir finie, sauf que j'ai accepté une autre trad, urgente copieuse et difficile que je pensais pouvoir faire dans les temps. Elle m'a pris le double du temps prévu, donc je me retrouve avec un joli effet domino qu'il va me falloir gérer très vite. Mais cette trad pas encore tout à fait en retard, j'ai dû l'interrompre. On me demandait un raccord sur la précédente (l'urgente), rendue tout dernièrement. Rien

Ça va s'arranger, Monsieur Milan !

Hop, encore un petit article sauvé du naufrage de superpouvoir. J'ai hésité à le poster sur la nouvelle version du site, et puis finalement je le rapatrie ici, comme ça ne parle pas vraiment de comics. Petit tour de table pour débuter la négo La provocation a toujours été consubstantielle de l'activité artistique. à quoi ça tient, mystère. Peut-être au fait que l'artiste, par nature, est un peu en marge du corps social et a donc la distance nécessaire pour l'interroger. Mais "provocation", le mot semble faible pour qualifier les outrances de Laibach. travailleurs de tous les pays... Pour ceux qui ne connaissent pas, Laibach, c'est un peu l'ancêtre sous amphètes de Rammstein. D'ailleurs, un des membres de Laibach le disait : "ouais, c'est bien, ce qu'ils font, Rammstein. Ils rendent notre style de musique accessible aux kids, c'est important." Je paraphrase. Mais donc, provocation. C'est un mot qu

Discordant

 Bon, j'en remets vite fait une couche, c'est ce soir que je lis un passage de L'ancelot avançait en armes , mon prochain roman, à paraître début 2022 chez Les Moutons électriques. Les plus sagaces des lecteurs auront comprit qu'il fait suite à Trois coracles cinglaient vers le couchant , sorti il y a deux ans déjà chez le même éditeur.    Là où les Coracles s'attachaient à suivre la carrière d'Uther, chef des Bretons, L'ancelot se déroule une génération plus tard et suit la progression d'un jeune homme se rêvant en guerrier au service de l'héritier de l'épée sacrée Calibourne. Bien entendu, son apprentissage lui réserve quelques embûches. Le lien pour vous connecter, à 19 h ce soir, sur le discord. PS : c'était bien cool, et je filerai le lien du Ripley dès que je l'aurai.

Mutant !

Tiens, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas fendu d'une rediff de vieil article. Celui-ci est sorti dans le n°18 de Fiction (nouvelle formule) vers 2013 (déjà) et était consacré à la figure classique du Mutant. Extrait d'un Mechanics Illustrated (Notons que c'est la première fois que Wolverine se fait allumer par Cyclope, bien avant la création des deux personnages) Le Mutant En cette époque où Fukushima et autres fuites radioactives conduisent à repenser radicalement la pêche, l’agriculture et la notion même de comestible, et où de grandes multinationales réécrivent le génome de bêtes grains de maïs qui finissent dans nos assiettes, ce terme inquiétant pourrait redevenir d’actualité. Mais actualité ne veut pas dire nouveauté. Car le mutant a été très tôt un des concepts clés de la science-fiction, même s’il n’était pas forcément nommé dès le départ (et même si la science-fiction elle-même ne portait pas encore de nom à l’époque). L’épouv

Axe pour homme

Ça doit être le thème de la saison, mais après avoir profité de mes transports et de ma tablette pour me regarder le récent Conan avec Jason Momoa, je viens de regarder Kull le Conquérant , avec Kevin Sorbo. Kevin sort beau. Ou pas. Alors oui, je sais, à ce stade, ça ne pouvait que s'apparenter à une forme particulièrement perverse de masochisme. Et, de fait, il y a un peu de ça, je l'admets. Alors déjà, re situons un peu le contexte. Kull date de la fin des années 90, au moment où Kevin Sorgho, auréolé de sa performance sur la série Hercule , décide de passer au grand écran pour se faire du blé. Il intègre donc le casting de King Conan , qui aurait dû être le troisième volet de la série commencée avec notre Schwarzennator préféré. Sauf que notre héros voit venir le piège. Il préfère ne pas être comparé à Arnold. Et donc, le script de King Conan , librement adapté du roman L'heure du Dragon , est prestement transformé en un scénario de King Kull . L'Aqui