Accéder au contenu principal

Space bourrins

 Le truc curieux avec les nouvelles plateformes, c'est qu'on a accès à plein de trucs, mais qu'on en profite d'abord pour revoir des films qu'on n'a pas vu depuis longtemps. L'autre soir, je me suis refait Le Treizième Guerrier, par exemple. C'est un film que j'aime beaucoup, et un des rares trucs de fantasy de la fin des années 90 à ne pas avoir été immédiatement ringardisé par la sortie des Seigneur des Anneaux à parti de 2001.

 

Et là, hier, ça a été Aliens. La plateforme avait la version courte, celle sortie initialement au cinéma, que je n'avais pas revue depuis... allez, on va dire une trentaine d'années. Et mon dernier visionnage de la version longue doit bien avoir quinze ans facile. De mémoire, j'avais remis le nez devant pour choper une citation de la VF dont j'avais besoin pour une trad.

Marrant de revoir ce film dans son jus, et de noter à quel point il semble manquer quelque chose désormais : la référence à la fille de Ripley a vraiment du sens dans la version longue, elle enrichit notablement l'arc narratif du personnage. Et puis il y a la scène des robots-sentinelles, que je trouve absolument géniale dans sa construction.

Du coup, la version courte me semble curieusement rythmée. Si je me souviens bien, c'est un film que j'ai adoré à sa première vision. Je ne l'avais pas vu en salle, mais en vidéo quelque chose comme deux ans après sa sortie. C'est d'ailleurs le premier Alien que j'ai vu, chez un pote qui aimait les films de baston et le préférait de très loin au premier de la série. (de mémoire c'est avec lui que j'avais vu Full Metal Jacket, aussi, ou le Punisher avec Dolph Lundren, série B honnête pour laquelle j'ai pas mal de tendresse). 

Le temps passant, je suis sans doute un poil plus critique. Mon Cameron préféré, c'est clairement Abyss. Suivi de près par Strange Days, qu'il n'a pas réalisé mais écrit, et de toute façon à la réal c'est Kathryn Bigelow alors ça reste en famille. Deux de ses plus gros flops, incidemment. Sur Aliens, même s'il y a un mauvais esprit réjouissant, les personnages sont quand même vachement schématiques, notamment Hudson (Bill Paxton, le seul type à s'être fait buter par un alien, un predator et un terminator). Certains effets ont salement vieilli, notamment la Reine, à qui la HD ne réussit pas forcément.

Mais si je me suis mis ce film-là, c'est que j'étais claqué. Je me disais "je m'en fais une petite demi-heure pour le plaisir et après pipi, pâte à dents, livre en papier et dodo" et en fait je m'y suis laissé prendre une fois encore et je suis resté jusqu'au bout. Alors qu'au revisionnage, je me rends compte que je le connais absolument par coeur.


Alors oui, c'est un film turbo-bourrin, dont Fincher a immédiatement torpillé les acquis dès le film suivant, que Scott n'aimait pas non plus et a donc décidé de n'en pas tenir compte quand il est revenu sagouiner reprendre la saga. Il sent bien les années 80, et dans la photographie et dans le traitement.

Bref, mon regard sur le film est devenu plus critique. Si je l'aime toujours beaucoup, ses défauts m'apparaissent plus. Mais le Sulaco est un vaisseau super-chouette, y a une ambiance et un mélange des genres que j'aime.

Bref, je me suis fait plaisir.






Commentaires

Tonton Rag a dit…
Lance Henriksen ne s'est-il pas fait trucider, lui aussi, par Terminator (en tant qu'inspecteur Vukovich) et par des aliens (en tant que Bishop) et par des predators (toujours en tant que Bishop)?
Tonton Rag a dit…
Gloups! Terminator vient de 2029 !!!
Alex Nikolavitch a dit…
Damned, j'avais oublié qu'il était dans Terminator !

Posts les plus consultés de ce blog

La valse à Mitan

 Bon, le Garçon avait grandi en un gast pays est dans les bacs depuis une petite quinzaine de jours. Ça signifie que si vous voulez avoir la fin de mon histoire arthurienne, c'est le bon moment. Ça signifie aussi que je suis depuis plusieurs mois plongé dans le travail sur le roman suivant. Ben oui, j'ai rendu Le Garçon tout début janvier, j'ai écrit un autre truc entre ce moment-là et le 15 février, dont je vous reparlerai quand j'aurai certaines réponses d'éditeurs, et puis là, depuis mi-février, j'avance sur un Mitan . Il fait directement suite aux Exilés de la plaine , puisque je continue d'explorer le personnage d'Ocho-Nak. Il a grandi entre-temps, mais ce n'est pas encore le vieillard qu'on croise dans Les Canaux . Je reste sur le ton "grande aventure à l'ancienne" des Exilés , et voilà un petit extrait pour vous faire saliver, parce que je suis fourbe comme ça. Ils s’éloignèrent de la côte dès qu’ils eurent repé

Des fois, on se demande pourquoi on fait ce boulot

J'ai rendu il y a quelques temps de ça la traduction du second tome des WildC.A.T.s par Alan Moore. Pour ceux qui ne connaitraient pas, il s'agit d'une vieille série crée par Jim Lee au début des années 90, un de ces sous X-Men des débuts d'Image Comics, comme Cyberforce dont je parlais ici-même il y a quelques temps. Plusieurs scénaristes avaient réussi à extraire la série de l'ombre de son encombrant modèle et à lui donner une identité propre. La quinzaine d'épisodes de Moore parachève cette évolution en lançant un paquet de personnages et d'idées qui nourriront l'univers Wildstorm par la suite. Manque de chance, le début du tome 2 que je traduisais dernièrement coïncidait avec un énorme crossover, Fire From Heaven , qui débordait sur tous les titres de l'éditeur. Moore dut composer avec cette volonté éditoriale, et parvint à poursuivre sa propre histoire sans trop de soucis, jonglant avec ses propres personnages et ceux des séries d'à côt

Le slip en peau de bête

On sait bien qu’en vrai, le barbare de bande dessinées n’a jamais existé, que ceux qui sont entrés dans l’histoire à la fin de l’Antiquité Tardive étaient romanisés jusqu’aux oreilles, et que la notion de barbare, quoiqu’il en soit, n’a rien à voir avec la brutalité ou les fourrures, mais avec le fait de parler une langue étrangère. Pour les grecs, le barbare, c’est celui qui s’exprime par borborygmes.  Et chez eux, d’ailleurs, le barbare d’anthologie, c’est le Perse. Et n’en déplaise à Frank Miller et Zack Snyder, ce qui les choque le plus, c’est le port du pantalon pour aller combattre, comme nous le rappelle Hérodote : « Ils furent, à notre connaissance, les premiers des Grecs à charger l'ennemi à la course, les premiers aussi à ne pas trembler d’effroi à la vue du costume mède ». Et quand on fait le tour des autres peuplades antiques, dès qu’on s’éloigne de la Méditerranée, les barbares se baladent souvent en falzar. Gaulois, germains, huns, tous portent des braies. Ou alo

Et j'ai crié, criéééhé Alien pour qu'elle revienne

Vous m'avez déjà entendu, ici et là, gueuler sur la "duologie" (oui, il paraît que c'est comme ça qu'on dit, maintenant. "quadrilogie" n'était que le début de la barbaritude en ce domaine. de mon temps, par contre, on disait "diptyque" et "tétralogie" mais ce sont sans doute des mots qui sonnent trop savant pour les commerciaux qui vendent des coffrets DVD) de Ridley Scott consacrée au massacre général de la licence Alien crée par Dan O'Bannon et Ronald Shusett (de l'archiduchesse). Liste de mes vaticinations sur le sujet : Prometheus, première partie Prometheus, deuxième partie Covenant et un papier plus général sur les théories d'intelligent design en SF  dont Prometheus est une illustration assez pataude Les plus acharnés d'entre vous pourront également aller voir ce que je disais des Aliens versus Predator , mais ça nous éloigne de notre sujet. (même si Prometheus est, en fait, un mauvais remake du pre

Dernières nouvelles de la bibliographie

J'avais dit que je poursuivrai la checklist de mes publications diverses. Aujourd'hui, parlons donc des quelques nouvelles que j'ai publiées "puis ça, puis là, comme le vent varie". La nouvelle est un exercice auquel je ne me livre que très sporadiquement, mais que j'aime bien pour des tas de raisons (au premier rang desquelles ma passion du récit court, voire ultra-court, sous toutes ses formes). J'en ai encore quelques unes dans mes tiroirs. Que j'essaierai de placer, un jour. Ou pas. Réveil , une nouvelle de SF dans Fantask 1, chez Semic C'était un petit texte de SF très court, sur un robot déglingué programmé pour se réactiver à intervalles réguliers, mais qui finit part partir en vrille, se dégradant un peu plus à chaque fois. Débarquement , une autre nouvelle de SF, dans Yuma 1, chez Semic Vue de l'intérieur d'un char futuriste dans une guerre ultramoderne sur un monde lointain. Les instruments électroniques créent une distanc

Aïe glandeur

Ça faisait bien longtemps que je ne m'étais pas fendu d'un bon décorticage en règle d'une bonne bousasse filmique bien foireuse. Il faut dire que, parfois, pour protéger ce qu'il peut me rester de santé mentale, et pour le repos de mon âme flétrie, je m'abstiens pendant de longues périodes de me vautrer dans cette fange nanardesque que le cinéma de genre sait nous livrer par pleins tombereaux. Et puis parfois, je replonge. Je repique au truc. De malencontreux enchaînements de circonstances conspirent à me mettre le nez dedans. Là, cette fois-ci, c'est la faute à un copain que je ne nommerai pas parce que c'est un traducteur "just wow", comme on dit, qui m'avait mis sur la piste d'une édition plus complète de la musique du film Highlander . Et qu'en effet, la galette était bien, avec de chouettes morceaux qui fatalement mettent en route la machine à nostalgie. "Fais pas le con, Niko ! Tu sais que tu te fais du mal !"

Pourri Road

Un peu hypé par le prequel à venir de Mad Max : Fury Road, consacré à la jeunesse de Furiosa. Après avoir fait de son héros un spectateur des choses, presque un spectre de choeur grec, Miller poursuit la déconstruction de Max au point de le faire carrément disparaître de sa propre saga. C'est gonflé, mais pas complètement surprenant de sa part, quand on y réfléchit. Mad Max, à l'époque des débuts de la série, c'était un avenir crédible. Une société en décomposition qui finit par imploser, et un retour à la barbarie, celui que nous prédisait Robert E. Howard il y a un poil moins d'un siècle. Max, c'est un peu un Conan post-moderne, ou un Solomon Kane qui aurait fini par baisser les bras et sombrer dans la désillusion. Les années 70 étaient passé par là, et la trilogie initiale consacrée à Max le fou est devenue un élément culturel fort des années 80, à l'influence importante. Les tensions qu'on devinait étaient appelées à se résoudre. Le Dôme du Tonnerre, pui

Super-traumas de destruction massive

On le sait tous, pour peu qu'on ait un peu mis le nez dans les illustrés racontant les aventures de l'un ou l'autre super-slip combattant au nom de la vérité, de la justice ou de quoi que ce soit du même genre : leur origine est généralement lié à un traumatisme personnel plus qu'à l'obtention des pouvoirs. Pas de Spider-man s'interrogeant sur ses responsabilité sans la mort de l'Oncle Ben. Pas de Batman en croisade, sacrifiant sa vie dorée de milliardaire à une guerre sans fin sans l'agression subie par Thomas et Martha Wayne. Pas de Billy Butcher sans le viol de Rebecca et ses conséquences. (oui, bon, Butcher n'est pas exactement un super-héros, je sais). Pas de Docteur Strange sans la perte de sa dextérité de chirurgien qui l'a conduit à chercher des solutions drastiques et irrationnelles et à se remettre totalement en question sur le plan personnel. Pas de Wolverine en quête de lui-même sans les tripatouillages du projet

Civilisation perdue

Je perds complètement la notion du temps, en ce moment . C'est déjà un truc sur lequel je ne suis pas bien au clair d'habitude, mais avec le confinement, ça devient effrayant. Savoir quel jour on est demande un effort mental répété. Savoir si tel truc a eu lieu il y a 4 jours ou 3 semaines relève de l'énigme. Bref, quoi de mieux pour illustrer ce délitement du temps qu'une réed d'un texte sur le temps figé, sorti dans Fiction n°20, vers 2015.   Illus de Gewll Civilisation perdue Les mains dans le cambouis, la tête dans les étoiles D'une main tremblante, il tient le bout de parchemin déchiré et à demi effacé qui l'a conduit si loin de tout. De l'autre, il écarte les dernières lianes et chasse un insecte démesuré, à l'allure malsaine, gardien chitineux de cette jungle oubliée. Puis c'est l'épiphanie, de l'autre côté du rideau de verdure : un rayon de soleil frappe les grands temples de pierre, sculptés de formes lo