Accéder au contenu principal

Destruction Derby

 Il manquait à mon tableau de chasse un grand classique en conaneries : Conan le Destructeur, suite mal aimée du film de John Milius, avec toujours Arnold Schwarzennator dans le rôle titre. J'avais dû le voir lors d'un passage télé du temps de ma jeunesse folle, et j'en avais oublié la plus grande partie, hormis la rencontre avec Grace Jones et le pétage de miroirs.


Il devenait donc urgent que je m'y frotte à nouveau, et c'est chose faite. J'aurais été malin, j'aurais revu ce film avant le Red Sonja/Kalidor dont je vous causait y a pas si longtemps. Mais bon, je n'ai pas été malin sur ce coup. Donc…

Donc, Conan the Destroyer, de Richard Fleischer, accessoirement le fils de Max du même nom, qui n'était pas un Mickey pour faire de la belle image qui bouge, ne jouit pas de la même réputation que l'épisode précédent.

Fleischer, rappelons-le, a beaucoup donné dans le film d'aventures en costume, bien premier degré, dont les Vikings avec Kirk Douglas. Il sait y faire, normalement. Et de fait, la scène d'ouverture avec la chevauchée, puis l'attaque des cavaliers, est de bonne tenue. Tout au plus regrettera-t-on une chorégraphie des combats assez sommaire, très vieux-jeu.

On apprend que Conan ne s'est jamais remis de la mort de Valeria, et est prêt à tout pour la revoir. Il tombe donc dans le piège d'une méchante reine qui l'envoie accompagner une princesse dans la quête d'une relique.

Tout cela est absolument classique, et après un premier épisode montrant comment Conan est devenu une sorte de héros, le voir accomplir des quêtes n'est pas absurde. Il est accompagné pour cela d'un voleur, Malak, qui sert de comic relief pataud et relou (il finira comme homme de main du Joker dans le Batman de 1989), et d'une guerrière sauvage, jouée par Grace Jones. On retrouve aussi le sorcier Akiro, et avec tout ça on a un groupe d'aventuriers à la Donjons et Dragons.

 

 Je crois qu'on peut difficilement faire plus emblématique

des années 80 que Grace Jones

Côté costumes, Ron Cobb n'est plus à la manoeuvre, et si son successeur sait s'en inspirer, casques et armes semblent beaucoup plus génériques. Et Conan se retrouve affublé par moments d'un slip en cuir qui… bon. D'un slip en cuir, quoi. Qu'il porte d'ailleurs parfois par-dessus son pantalon, comme tout surhomme qui se respecte. Par ailleurs, comme Schwarzie est assez mal dirigé, il a un côté benêt tout du long qui dessert également le personnage. C'est carrément dommage. D'autant qu'il parle beaucoup plus que dans le film précédent, et que pour le coup, ça le dessert. D'entrée.

Ça se laisse regarder, malgré un rythme bizarre, qui met l'accent sur l'action, mais une action pas assez bien chorégraphiée ni mise en scène pour être vraiment passionnante.

Le gros problème, c'est surtout la princesse. Vierge promise au sacrifice, elle est traitée comme si "vierge" signifiait obligatoirement "totalement nunuche". Et comme, en plus, elle est capricieuse, ça n'arrange rien. Si la scène où le pote voleur tente maladroitement de draguer la guerrière est un moment de gênance, elle inspire la princesse à faire de même avec Conan, et là on touche au sublime et au tragique dans le plan lamentable.

Bon, le personnage est moins irritant que le prince capricieux de Red Sonja, mais pas loin derrière.

L'intrigue est linéaire, choper la gemme n°1 pour récupérer la corne n°2 et la brancher sur la statue n°3 histoire d'accomplir le rituel prophétisé, avec des trucs que seule la nana peut choper (oui, les dieux sont vieux jeu et réac, ils préfèrent les vierges, tout ça), éléments qu'on retrouvera plus ou moins dans Red Sonja, d'ailleurs, avec le même risque de fin du monde si ça dérape. Le cinéma d'action a toujours eu la main lourde sur les enjeux, et c'est peut-être pour ça que j'aime bien John Wick, pour le coup. C'est plus sobre. Au niveau enjeux, je veux dire.

 
 Y a des séquences sympa, comme le combat contre l'homme singe à cape rouge (chipé à Rogues in the House, je pense), sympa jusqu'à ce que :
 


Bref. Tout n'est pas réussi, disons.

Mais… Mais franchement, le scénar est certes convenu, à base de la relique qui doit réveiller un dieu qui s'avère maléfique, avec à la clé une trahison, une tromperie, un sorcier moche, un autre sorcier moche, de la baston, des poursuites…

Le dieu est cool. Si en statue, c'est un éphèbe, une fois réveillé c'est un bidule affreux et vaguement lovecraftien. Et c'est donc cohérent, vu que Howard P.L. et R.E. Howard étaient potes. Donc ouais, encore un scénar en campagne D&D, avec un humour bas du front typique de la période.

La musique, c'est Poledouris qui rempile, et recycle pour partie ce qu'il avait fait précédemment. C'est cool. Et faut dire ce qui est, Fleischer, en vieux routier qu'il est, sait mettre en valeur les décors. Il sait faire du peplum, et c'est ce qu'il nous livre. Si le film a moins de fond que le Milius, il est convenablement mené, et ses défauts, à la finale, ne sont pas rédhibitoires.

J'en gardais un assez mauvais souvenir, que je corrige désormais. Arnold joue comme un quartier de barbaque la moitié du temps, son acolyte voleur est ridicule, mais… Y a du grand coup d'épée dans la gueule, des petites pépées accortement dévêtues, du temple maudit à inscriptions prophétiques et du monstre dégueulasse… C'est quand même bien meilleur que le Sonja sorti deux ans plus tard, par exemple.

Bref, j'aurais cru que j'en dirais plus de mal. Et en fait non. En cela, je suis presque déçu.

Je continue de creuser. Tiens, j'ai d'ailleurs trouvé une adaptation de "Pigeons from Hell" dans une série anthologique Boris Karloff présente. Je vais me relire la nouvelle et regarder ça, et je vous en recauserai un samedi soir qui vient.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Y a d'la joie

 Bigre. Pour la première fois de puis des mois, je ne suis plus complètement écrasé de boulot. J'ai rendu ces dernières semaines une foultitude de traductions, de textes pour des bouquins divers et de boulots rédactionnels, et si j'ai encore du travail au planning, c'est avec des délais relativement confortables.  On va pas se mentir, ça me fait tout drôle. Mieux encore, comme je me suis fait pfizeriser et que plein de trucs rouvrent, je peux commencer à nouveau à envisager de bouger. Ça tombe bien, j'ai plein de gens à voir (dans le respect rigoureux des gestes barrière, ceci dit). Du coup, j'ai même organisé une séance de dédicaces. Si tout va bien, on pourra se retrouver le 25 juin au Tales of Gourmet , un bar/restau geek de chez moi. C'est 1 rue Bourbon, à Conflans Ste Honorine, ça donne sur les quais de Seine et c'est super sympa. Comme c'était l'occasion de revoir des copains, je ne serai pas là seul, mais les auteurs des Moutons électriques vo

Passer notre ordi à la machine

 Bon, après quelques années à maintenir mon ancien ordi sous perfusion (le pauvre avait dix ans et tirait sérieusement la gueule), j'ai fini par me rééquiper. Et j'ai fait le grand saut. Constatant que chaque mise à jour majeure de Mac OS me faisait regretter les précédentes, que les nouvelles configurations Apple n'étaient pas extraordinaires par rapport à mes besoins, et qu'il n'était toujours pas question que je passe sous Windows, j'ai été me faire assembler une machine à mes cotes chez un professionnel du coin, avec Linux dessus. Une fois tout bon bazar sauvegardé, j'ai pu mettre en route. Et force est de constater que ça me change la vie. La nouvelle machine réagit au quart de tour, tout est beaucoup plus fluide. Je vais pouvoir me remettre à ma chaine Youtube, d'ailleurs (le montage était un calvaire avec mon ancienne config). Bémol, j'ai plein de raccourcis clavier à réapprendre, mais ça viendra, et il n'a pas été possible de transférer m

Writever mai, part 2

Mai se termine avec un début de beaux jours, je vais sans doute profiter de juin pour bouger plus. En attendant, voici ma deuxième volée de micronouvelles pour ce mois. 16/Fenêtre La fenêtre de tir du vol vers Triton était étroite, quelques jours seulement, et les engageait ensuite pour 18 mois de vol sans possibilité de demi-tour. D'une main légèrement tremblante, il fit signe qu'il était prêt. La puissance des moteurs le plaqua à son siège.   17/Fuite La station vénusienne aurait pu être un paradis : spacieuse, bien conçue, elle permettait aux scientifiques d'étudier la planète à même le sol. Sans les fuites d'acide sulfurique dans les parois, empuantissant l'air, elle aurait été parfaite.   18/Escalade Ça avait commencé par la pizza au lait de coco, à quoi il avait été répondu par les bouchées à la reine au caramel. Bientôt, les nouvelles recettes devinrent intolérables et le conflit culinaire transalpin quitta les fourneaux pour se régler à l'arme lourde.  

À part l'appart

 Dans mon rêve de cette nuit, je venais de m'installer dans un vieil appart, dans un bâtiment de guingois, au fond d'une ruelle tortueuse. J'y accédais par un escalier branlant, et devais me contorsionner pour en passer la porte, pas du tout à mes dimensions, pour découvrir qu'une autre porte, bien plus grande, donnait dans l'escalier principal dont j'ignorais jusqu'alors l'existence, mais que l'agence ne m'avait probablement rien dit pour pas que je me mélange avec certains voisins. J'étais obligé de m'expliquer avec l'un d'entre eux, un petit vieux qui stockait ses bibles dépareillées chez moi et à qui je dus offrir une bière. À mesure que je prenais mes marques, je découvrais des pièces dont on m'avait caché l'existence. Le plafond du salon était fait de briques de verre dépoli, jointoyées au ciment opaque. Elles laissaient passer un peu de lumière, juste assez pour savoir quand quelqu'un se déplaçait au-dessus. On

Tombé du ciel

 Je profite d'une collision de calendrier pour évoquer à nouveau le vol spatial. Hier, l'astronaute français Thomas Pesquet à rallié l'ISS à bord d'une capsule Crew Dragon de la société Space X. C'était son deuxième voyage en orbite, et le premier vol habité d'une capsule recyclée. Nous entrons petit à petit dans l'ère de l'espace low-cost (toutes proportions gardées bien sûr : ce genre d'expédition continue à coûter une blinde, mais les prix d'envoi d'un kilo de cosmonaute là-haut s'effondrent néanmoins). Hier marquait également le triste anniversaire du crash de Vladimir Komarov à bord de Soyouz 1. La capsule, toute nouvelle, n'était pas encore totalement au point (il y aura un autre drame quelques années plus tard, tuant trois occupant de Soyouz 11 de retour de la première station spatiale). Soyouz, c'est justement le véhicule qu'avait employé Pesquet lors de son vol précédent, et ce système (fusée + capsule) est le cheval

L'apéro au cognac, je trouve ça hardcore quand même

Je sais pas pourquoi, je recommence à faire des rêves absurdes. Je veux dire, plus absurdes que d'habitude (et j'ai des habitudes solidement ancrées en la matière). Pas forcément windsormccaysques, mais pas forcément très loin quand même. (note à moi-même : ne pas essayer de populariser l'adjectif "windsormccaysque", c'est quand même assez bordélique à orthographier) Là, dans mon rêve de cette nuit, j'avais rendez-vous à Paris. Pas le vrai Paris, hein, le Paris que je vois en rêve, celui où les bâtiments ne sont pas couverts de suie de diesel et de crottes de pigeons, dans lequel la Seine est plutôt un joli canal qu'on traverse par des ponts piétonniers assez pimpants, avec des gens aimables et du ciel bleu. En fait, ça ressemblait un peu à Venice, Californie, mais sans les surfers et les bodybuilders. Ou alors à la ville bizarre de Babe 2 . Bref, encore une de ces villes qui n'existent que dans mes rêves mais que je visite souvent (il y a une ét

Etat des travaux

 C'est dimanche, alors bon dimanche, sous vos applaudissements. Et sous l'influence positive d'une camarade d'écriture (et merci encore), j'ai réussi à reprendre un rythme extrêmement régulier sur mon prochain roman, une suite aux Trois Coracles publiés il y a déjà deux ans. Pour vous mettre l'eau à la bouche, en voici un petit extrait, sorti il y a deux jours de mes papattes et de mon clavier :     Image non contractuelle (c'est du Arthur Pyle*, incidemment) « Lancelot » était le nom qu’il déchiffra avec peine sous un portrait, une fresque malhabile peinte sur un mur blanc, ne lui ressemblant guère, mais mettant en valeur l’arme énorme. Alors qu’il examinait l’image avec incrédulité, une petite foule s’attroupa autour de lui. « C’est lui ! » entendit-il. Les voix se firent brouhaha, puis grondement sourd. Il comprit en saisissant des bribes que ses compagnons du marais étaient passés la veille, et avaient raconté ses exploits le soir au banquet