Accéder au contenu principal

Toi, tu vas te faire appeler Arthur

Comme je le disais hier, les bandes annonce du prochain Guy Ritchie consacré au roi Arthur et à Excalibur me plongent dans un abîme de sentiments partagés.

Il se trouve que, maintenant que le manuscrit de l'Île de Peter est entre les mains d'un pouvoir supérieur (celui de l'éditeur, pour faire court), j'ai pu attaquer mon prochain bouquin, et qu'il tape précisément dans cette période et cette mythologie-là. Et, vous connaissez ma maniaquerie documentaire, j'en suis à collectionner les cartes donnant les limites des royaumes et provinces du Vème siècle grand-breton, celles qui donnent les lignes de côtes, etc. Y a pas le quart de la moitié de tout ce matériel accumulé qui me servira de façon effective, mais c'est comme ça que je bosse, j'y peux rien. Je potasse les sources les plus anciennes pour tenter d'approcher au plus près une texture, une fragrance, pas forcément une réalité mais tout au moins une forme de vraisemblance. Je m'immerge. Je m'en vais clapoter dans mon sujet comme un canard dans sa mare.

Alors forcément, quand je vois Legend of the Sword et ses costumes anachroniques, ses châteaux et ponts comme il n'en a jamais existé et ses éléphants de guerre, ma première réaction est d'émettre de petits couinements étouffés comme le premier subalterne de Darth Vader venu.

Mais il serait irrationnel de ma part de rester sur cette impression-là. Car après tout, quel est le problème ? Qu'est-ce que le mythe arthurien ? Eh bien un mythe, comme son nom l'indique. Si l'on peut avec un peu de bonne volonté débusquer un Arthur historique, sa biographie tient en deux lignes et toute l'imagerie qui l'entoure n'est que le résultat d'une mayonnaise patiemment montée par des générations d'auteurs aux objectifs divergents qui ont, au fil du temps, accumulé et agrégé d'autres légendes autour de celle du "roi des Bretons", souvent au mépris du temps et de l'espace. Merlin ? Anachronique. S'il a un modèle historique, alors celui-ci a vécu près d'un siècle plus tard. Lancelot ? Jailli d'un autre fond légendaire, celui de la Bretagne continentale. Perceval ? Résultat probable d'accrétions ayant débuté bien avant la naissance de ce qui deviendra le Roi Arthur. Et ainsi de suite. Arthur est encore moins bien bordé historiquement que la Guerre de Troie (déjà passablement problématique quand on essaie de recoller tous les morceaux dans une chronologie historique et une géographie cohérentes).

Ce que Ritchie adapte, c'est donc sa version modernisée du mythe, ce que faisaient déjà Chrétien de Troyes et Thomas Mallory en leur temps. Ce faisant, il apporte sa pierre à l'édifice et l'avenir dira si elle est gélive ou pas (parce qu'il y a des pierres qui résistent plus ou moins bien au passage du temps). Historiquement, c'est absurde, mais pas tellement plus que les versions en armure du douzième siècle (comme Sacré Graal, qui restitue en termes d'équipement l'époque où émergea la forme classique de la légende arthurienne).

Même mon film arthurien préféré, le Excalibur de John Bormann, se déconnecte totalement de tout fond historique, se bornant à restituer un Moyen-Âge complètement fantasmé, aux armures et aux costumes baroques.

Donc, pourquoi pas ? Guy Ritchie est pas plus illégitime qu'un autre pour faire un film arthurien. Faudra juger sur pièces. Après, si ça se trouve, c'est pourri. Mais pour l'instant je préfère faire taire mon puriste intérieur, puisqu'il est lui-même à côté de plaque dans ce domaine (par contre, je le réactive dès que j'avance sur mon prochain bouquin).

Commentaires

Tonton Rag a dit…
Le seul film sur le sujet qui a des costumes et des décors réaliste, on le doit à Eric Rohmer.
artemus dada a dit…
"Gélive" voilà un bien joli mot (merci), une sorte d'effet Koulechov tapuscrit ; bien vu !
[-_ô]

Sinon, as-tu lu l'essai de William Blanc sur le Roi Arthur ? (Il me tente bien celui-là)
Alex Nikolavitch a dit…
hé hé, eh bien nom puisqu'il prend le parti de coller au douzième siècle. et que je viens d'expliquer que non, qu'il est impossible d'être "réaliste" avec un sujet à la réalité aussi complexe qu'Arthur, et donc qu'on demeure dans la stylisation (stylisation que Rohmer assumait d'ailleurs)
Alex Nikolavitch a dit…
tu dois être la troisième personne à m'en parler en l'espace de deux mois, de ce bouquin. il va décidément falloir que je creuse la question.
Tonton Rag a dit…
Les arbres, j'ai les documents qui le prouve dans un coffre en Suisse, étaient, à l'époque d'Arthur, exactement comme dans le film d'Eric Rohmer. Tous les botanistes sont formels.
BettyLoupe a dit…
Je comptais y passer mais plus de sous pour payer le trajet en cette fin de mois de janvier :
http://www.lebaldesardents.com/precedents-evenements,fr,8,13.cfm
Ceci dit je travaillerais volontiers avec toi sur cette thématique...
Alex Nikolavitch a dit…
Artie, je suis en plein dans le bouquin (que je me suis fait signer à Paris Manga, drôle d'endroit pour une rencontre) et il est en effet excellent !

Posts les plus consultés de ce blog

Héros et monstres

 Deux sorties qui me concernent directement aux éditions Ynnis. La première, c'est le n°9 du mook Héros , consacré à la genèse cosmique de l'univers Marvel. J'en signe toute la partie comics, c'est l'occasion de réviser. Cela vous permettra de revoir l'histoire de l'éditeur, celle de ses créateurs les plus éminents, et d'une palanquée de personnages parcourant le cosmos à grands renforts d'énergie et de Kirby Crackles. Et sinon, une traduction, Alien, le livre de recettes , qui vous permettra de recréer sur votre table l'ambiance des films. Âmes sensibles, s'abstenir.     L'occasion de revenir sur la célèbre scène de la cuisine dans Alien :

Fondé de pouvoirs

 Lorsque Fondation est sorti sous forme de série télé, j'avais été hypé par les images magnifiques des bandes annonces et par le casting : Jared Harris était par exemple épatant en Hari Seldon. Fondation , c'est un pan important de la culture SF en général et de la mienne avec. J'avais lu très tôt le cycle des Robots , d'Asimov, et j'étais tombé sur le premier tome de Fondation dans une bibliothèque municipale. C'était à un moment où j'avais été malade, la maison où je vivais était en travaux, et on m'avait envoyé chez une de mes tantes pour m'épargner les poussières de plâtre et les vapeurs de solvants. Plutôt que de rester devant la télé, ce qui était tentant (on captait correctement la 5, c'était magique), j'ai pris l'habitude de squatter la bibliothèque toute proche. C'est ainsi que j'ai lu les deux premiers romans de la série, par tranches de deux heures, alors qu'il neigeait dehors, et c'était bien. Je garde un bon

Ça va s'arranger, Monsieur Milan !

Hop, encore un petit article sauvé du naufrage de superpouvoir. J'ai hésité à le poster sur la nouvelle version du site, et puis finalement je le rapatrie ici, comme ça ne parle pas vraiment de comics. Petit tour de table pour débuter la négo La provocation a toujours été consubstantielle de l'activité artistique. à quoi ça tient, mystère. Peut-être au fait que l'artiste, par nature, est un peu en marge du corps social et a donc la distance nécessaire pour l'interroger. Mais "provocation", le mot semble faible pour qualifier les outrances de Laibach. travailleurs de tous les pays... Pour ceux qui ne connaissent pas, Laibach, c'est un peu l'ancêtre sous amphètes de Rammstein. D'ailleurs, un des membres de Laibach le disait : "ouais, c'est bien, ce qu'ils font, Rammstein. Ils rendent notre style de musique accessible aux kids, c'est important." Je paraphrase. Mais donc, provocation. C'est un mot qu

Sonja la rousse, Sonja belle et farouche, ta vie a le goût d'aventure

 Je m'avise que ça fait bien des lunes que je ne m'étais pas penché sur une adaptation de Robert E. Howard au cinoche. Peut-être est-ce à cause du décès de Frank Thorne, que j'évoquais dernièrement chez Jonah J. Monsieur Bruce , ou parce que j'ai lu ou relu pas mal d'histoires de Sonja, j'en causais par exemple en juillet dernier , ou bien parce que quelqu'un a évoqué la bande-son d'Ennio Morricone, mais j'ai enfin vu Red Sonja , le film, sorti sous nos latitudes sous le titre Kalidor, la légende du talisman .   On va parler de ça, aujourd'hui Sortant d'une période de rush en termes de boulot, réfléchissant depuis la sortie de ma vidéo sur le slip en fourrure de Conan à comment lui donner une suite consacrée au bikini en fer de Sonja, j'ai fini par redescendre dans les enfers cinématographiques des adaptations howardiennes. Celle-ci a un statut tout particulier, puisque Red Sonja n'est pas à proprement parler une création de Robert H

Writever novembre, première partie

 Remember remember the date of writever, c'est de saison. Et donc, voici la première partie de la liste concoctée par Ketty Steward elle-même, ce mois-ci. 1/Silence Il prit conscience d'une anomalie en arrivant en ville. Même lorsque les rues étaient vides, au coeur de la nuit, il subsistait des bourdonnements, des éclats de voix dans le lointain, l'écoulement des caniveaux. Là, rien. Pas le moindre son. Prudemment, il avança.   2/Appartenir Cette notion d'appartenance lui avait toujours semblé fumeuse. Appartenait-il aux groupes auxquels ont l'associait? Il avait l'impression de traverser la vie comme un fantôme. Peut-être en était-il un du reste. Il ne savait pas. Il comprit plus tard. Trop, d'ailleurs.   3/Lasagne Du fait de l'organisation en feuilleté des réacteurs de nouvelle génération, on avait surnommé leur combustible "lasagne". Dans le jargon des opérateurs, les incidents potentiels avaient des noms de recettes. La bolognaise était le

Agent très spécial

 Je m'étais revu ces dernières semaines Skyfall et Spectre avant de me faire No Time To Die . Et je me disais que, décidément, j'aimais bien les 007 version Daniel Craig.   No Time To Die a des défauts. Mais en fin de compte, ce sont ceux de toute la saga Craig. Il en est donc une conclusion cohérente. Et couillue, à sa façon, vu la manière dont ça boucle la boucle. Il est sans doute un peu trop long pour ce qu'il est, filmé avec efficacité mais sans génie (certains plans manquent de la patte de Mendes, à l'évidence), mais il finit de regrouper les fils mis en place précédemment, avec la dose de spectacle qui va bien, et le traitement intéressant et marrant d'un Bond qui revient après avoir été remplacé par un nouveau 007. J'aime bien aussi le jeu de référence au passé avec la chanson We Have All The Time in the World , qui renvoie à un moment clé du mythe Bond, ainsi que le personnage joué par Ana de Armas. Bref, c'est peut-être pas le meilleur des Bond,

Relativisons avec Cüneyt Arkin

Ayant découvert avec horreur qu'un de mes vieux articles mis en ligne il y a des années, puis réuploadé suite au naufrage du vieux forum de Superpouvoir avait perdu toute son iconographie*, je me suis dit qu'il fallait y remédier. Et donc, revoici pour vos yeux ébahis et sous un tonnerre d'applaudissement ma critique d'un superbe film de capes et d'épées turc. Le Star Wars Turc n'était qu'un épiphénomène particulier dans l'immense et tentaculaire carrière du plus grand héros d'action anatolien de tous les temps : l'immense Cüneyt Arkin ! Alors que la politique de nos jours semble essentiellement consister à pointer du doigt l'autre, dans sa culture et même sa civilisation, pour se goberger d'une illusoire supériorité basée sur des clichés rassis, j'ai décidé qu'il serait amusant de voir les clichés que véhiculent à propos de l'occident chrétien d'autres peuples avec lesquels les rapports sont parfois conflictuels.  

Sorties en rafale

Bon, déjà, demain je suis en dédicace à partir de 18h à la Dimension Fantastique (c'est en haut de la rue Lafayette, à Paris) Et ensuite, j'arrête plus : Dimanche 12 mai, je dédicace de 14 à 18h à la librairie Le Grand Cercle, centre commercial Art de Vivre à Eragny (95) Mercredi 15 mai, Le Nuage Vert organise pour la sortie des 3 Coracles une soirée spéciale Roi Arthur, avec en guest de prestige Thomas Spok et William Blanc ! Le lendemain, jeudi 16 mai, je fais un saut à la librairie Mollat, à Bordeaux, à partir de 17h, pour y parler de Lovecraft et dédicacer les Coracles , avec Patrick Marcel en vedette américaine ! Le 21 (ou le 22) mai au soir, il devrait y avoir une soirée Lovecraft chez Gibert Jeune à Paris St Michel avec S.T. Joshi !!!! Samedi 25 et dimanche 26 mai, j'irai trainer mes crayons pour dédicacer au festival Les Imaginales d'Epinal, avec les Moutons électriques. Dimanche 9 juin, y a des chances que je sois à Lyon-Bd pour sign

Méthodes

Je suis en train de peaufiner un morceau de scénario pour une prochaine BD, et c'est l'occasion de rappeler une règle méconnue et pourtant importante quand on fait de la BD. Le secret, c'est qu'aucune règle n'est absolue. Aucune méthode de travail n'est gravée dans le marbre. S'il y a des questions de bon sens, beaucoup de choses sont laissées à l'appréciation des auteurs, et mes méthodes sont surtout déterminées pour des raisons pragmatiques. Pour l'écriture d'une BD, je passe toujours par un séquencier plus ou moins précis, une liste de scènes en continuité, avec des indications techniques (si c'est un flashback ou pas) dans l'ordre de la narration et avec une idée approximative du nombre de pages par scènes. Mais ensuite, pour l'écriture pure, surtout au format comics (en Franco-belge classique, j'ai ensuite un séquencier donnant en une ligne ou deux le contenu de chaque page, en comics, le format que me propose 21g, je me la

On n'est pas sortis de la Pautauberge

Suite au billet d'hier sur le sextoy de Godzilla, Jay Wicky a fait montre d'un certain intérêt pour la solution Pautauberge. Je vais donc redonner ici une explication, tirée du site de la Société d'Histoire de la Pharmacie. " Créé à Paris en 1887, le Laboratoire Pautauberge portait le nom de son créateur et de l'inventeur de la solution Pautauberge. Le Laboratoire s'installe en 1905 à Courbevoie. La solution Pautauberge était un chlorhydro-phosphate de Chaux créosolé mis au point pour le traitement des affections pulmonaires sans irriter les voies digestives. Il existait également des capsules de créosole, des dragées expectorantes et calmantes et une eau Fortunia contre les pertes blanches, ce qui nous a valu de jolies images publicitaires. La société Bronzovia ayant racheté les locaux en 1972, les archives de Pautauberge ont disparu. " Un peu dommage que ces archives aient disparu, parce que visiblement, les cartes postales éditées par la socié