Accéder au contenu principal

Toi, tu vas te faire appeler Arthur

Comme je le disais hier, les bandes annonce du prochain Guy Ritchie consacré au roi Arthur et à Excalibur me plongent dans un abîme de sentiments partagés.

Il se trouve que, maintenant que le manuscrit de l'Île de Peter est entre les mains d'un pouvoir supérieur (celui de l'éditeur, pour faire court), j'ai pu attaquer mon prochain bouquin, et qu'il tape précisément dans cette période et cette mythologie-là. Et, vous connaissez ma maniaquerie documentaire, j'en suis à collectionner les cartes donnant les limites des royaumes et provinces du Vème siècle grand-breton, celles qui donnent les lignes de côtes, etc. Y a pas le quart de la moitié de tout ce matériel accumulé qui me servira de façon effective, mais c'est comme ça que je bosse, j'y peux rien. Je potasse les sources les plus anciennes pour tenter d'approcher au plus près une texture, une fragrance, pas forcément une réalité mais tout au moins une forme de vraisemblance. Je m'immerge. Je m'en vais clapoter dans mon sujet comme un canard dans sa mare.

Alors forcément, quand je vois Legend of the Sword et ses costumes anachroniques, ses châteaux et ponts comme il n'en a jamais existé et ses éléphants de guerre, ma première réaction est d'émettre de petits couinements étouffés comme le premier subalterne de Darth Vader venu.

Mais il serait irrationnel de ma part de rester sur cette impression-là. Car après tout, quel est le problème ? Qu'est-ce que le mythe arthurien ? Eh bien un mythe, comme son nom l'indique. Si l'on peut avec un peu de bonne volonté débusquer un Arthur historique, sa biographie tient en deux lignes et toute l'imagerie qui l'entoure n'est que le résultat d'une mayonnaise patiemment montée par des générations d'auteurs aux objectifs divergents qui ont, au fil du temps, accumulé et agrégé d'autres légendes autour de celle du "roi des Bretons", souvent au mépris du temps et de l'espace. Merlin ? Anachronique. S'il a un modèle historique, alors celui-ci a vécu près d'un siècle plus tard. Lancelot ? Jailli d'un autre fond légendaire, celui de la Bretagne continentale. Perceval ? Résultat probable d'accrétions ayant débuté bien avant la naissance de ce qui deviendra le Roi Arthur. Et ainsi de suite. Arthur est encore moins bien bordé historiquement que la Guerre de Troie (déjà passablement problématique quand on essaie de recoller tous les morceaux dans une chronologie historique et une géographie cohérentes).

Ce que Ritchie adapte, c'est donc sa version modernisée du mythe, ce que faisaient déjà Chrétien de Troyes et Thomas Mallory en leur temps. Ce faisant, il apporte sa pierre à l'édifice et l'avenir dira si elle est gélive ou pas (parce qu'il y a des pierres qui résistent plus ou moins bien au passage du temps). Historiquement, c'est absurde, mais pas tellement plus que les versions en armure du douzième siècle (comme Sacré Graal, qui restitue en termes d'équipement l'époque où émergea la forme classique de la légende arthurienne).

Même mon film arthurien préféré, le Excalibur de John Bormann, se déconnecte totalement de tout fond historique, se bornant à restituer un Moyen-Âge complètement fantasmé, aux armures et aux costumes baroques.

Donc, pourquoi pas ? Guy Ritchie est pas plus illégitime qu'un autre pour faire un film arthurien. Faudra juger sur pièces. Après, si ça se trouve, c'est pourri. Mais pour l'instant je préfère faire taire mon puriste intérieur, puisqu'il est lui-même à côté de plaque dans ce domaine (par contre, je le réactive dès que j'avance sur mon prochain bouquin).

Commentaires

Tonton Rag a dit…
Le seul film sur le sujet qui a des costumes et des décors réaliste, on le doit à Eric Rohmer.
artemus dada a dit…
"Gélive" voilà un bien joli mot (merci), une sorte d'effet Koulechov tapuscrit ; bien vu !
[-_ô]

Sinon, as-tu lu l'essai de William Blanc sur le Roi Arthur ? (Il me tente bien celui-là)
Alex Nikolavitch a dit…
hé hé, eh bien nom puisqu'il prend le parti de coller au douzième siècle. et que je viens d'expliquer que non, qu'il est impossible d'être "réaliste" avec un sujet à la réalité aussi complexe qu'Arthur, et donc qu'on demeure dans la stylisation (stylisation que Rohmer assumait d'ailleurs)
Alex Nikolavitch a dit…
tu dois être la troisième personne à m'en parler en l'espace de deux mois, de ce bouquin. il va décidément falloir que je creuse la question.
Tonton Rag a dit…
Les arbres, j'ai les documents qui le prouve dans un coffre en Suisse, étaient, à l'époque d'Arthur, exactement comme dans le film d'Eric Rohmer. Tous les botanistes sont formels.
BettyLoupe a dit…
Je comptais y passer mais plus de sous pour payer le trajet en cette fin de mois de janvier :
http://www.lebaldesardents.com/precedents-evenements,fr,8,13.cfm
Ceci dit je travaillerais volontiers avec toi sur cette thématique...
Alex Nikolavitch a dit…
Artie, je suis en plein dans le bouquin (que je me suis fait signer à Paris Manga, drôle d'endroit pour une rencontre) et il est en effet excellent !

Posts les plus consultés de ce blog

Collisions

 Depuis le début du mois, j'ai levé le pied sur la traduction. Faut dire que j'en ai livré une palanquée ces derniers temps. Et qu'il faudra que je m'y remette impérativement la semaine prochaine. Le fait est, ça m'amène à reprendre un bon rythme d'écriture, après plusieurs mois chaotiques de ce point de vue. Là, j'avance sur divers boulots rédactionnels, dont un très gros, mais j'ai également bouclé quelques articles sur la légende arthurienne, une commande qui est la façon passive-agressive qu'a l'univers de me rappeler que j'ai un bouquin à finir dans ce contexte. Waterhouse, toujours parfait pour illustrer des sujets de ce genre L'un des sujets à traiter était la place de la femme dans la légende arthurienne. Ça tombe bien, j'avais accumulé des notes, vu que si, dans les Trois Coracles , ces dames ont une portion congrue, m'attaquer à Lancelot m'amène à rééquilibrer passablement les choses. Rien qu'avec la Dame du Lac

Sous le masque

 J'en parlais dernièrement, les Moutons électriques ont lancé la souscription de Super Héros : Sous le Masque , un gros bouquin où il est, comme vous vous en doutez, largement question de super-héros. Cela se présente sous la forme d'une grosse anthologie d'articles, par tout un tas de gens pointus sur ces sujets. J'y signe un papier sur la façon dont les éditeurs gèrent l'écoulement du temps dans leurs publications, et leur façon de régler le décalage qui apparait forcément entre le temps du récit et celui du monde extérieur. Voici le sommaire complet : Et le lien de la souscription. Vous noterez que c'est l'occasion aussi, en fonction de notre niveau de souscription, de récupérer tout plein de trucs plus anciens : un pack avec Mythe & Super-héros , par exemple, ou un autre avec des tirages de têtes de romans des Moutons, dont mes Trois Coracles . Un autre pack permet d'avoir Apocalypses ! et Cosmonautes ! qui commencent à être assez anciens et de

Sonja la rousse, Sonja belle et farouche, ta vie a le goût d'aventure

 Je m'avise que ça fait bien des lunes que je ne m'étais pas penché sur une adaptation de Robert E. Howard au cinoche. Peut-être est-ce à cause du décès de Frank Thorne, que j'évoquais dernièrement chez Jonah J. Monsieur Bruce , ou parce que j'ai lu ou relu pas mal d'histoires de Sonja, j'en causais par exemple en juillet dernier , ou bien parce que quelqu'un a évoqué la bande-son d'Ennio Morricone, mais j'ai enfin vu Red Sonja , le film, sorti sous nos latitudes sous le titre Kalidor, la légende du talisman .   On va parler de ça, aujourd'hui Sortant d'une période de rush en termes de boulot, réfléchissant depuis la sortie de ma vidéo sur le slip en fourrure de Conan à comment lui donner une suite consacrée au bikini en fer de Sonja, j'ai fini par redescendre dans les enfers cinématographiques des adaptations howardiennes. Celle-ci a un statut tout particulier, puisque Red Sonja n'est pas à proprement parler une création de Robert H

J'aime les panoramas

 Ah, une sortie toute récente (genre vendredi dernier) m'amène à vous reparler de traductions de comics. Il s'agit de Panorama , de Michel Fiffe, chez Delirium. Voilà un truc assez atypique, qui m'a bien sorti de ma zone de confort. Chez Delirium, j'ai déjà fait deux Corben, l'un en post-apo et l'autre en heroïc-fantasy, était c'était assez simple, même si Corben a un ton et des univers bien à lui, ça ne pose que peu de difficultés en soi. De même, Vietnam Journal, quoique nécessitant de se plonger dans le langage et l'argot militaire de l'époque (ce qui a amené de grandes discussions avec l'éditeur, pour caler au mieux tout ça), c'est du récit de guerre, un genre dans lequel j'ai déjà donné (notamment en traduisant Garth Ennis, qui a souvent donné dans ce style). Panorama , c'est… autre chose. Il y a là-dedans les affres de l'adolescence, les amours compliquées, du social, toutes choses sur lesquelles j'ai moins travaillé, p

Writever février, part 2

 Hop, deuxième partie des micronouvelles de février. 15/Fruit de la passion… … mangue, troubicule éridanien, splavogoule d'antarès… pour goûter tous les parfums de glace proposés par le convertisseur de matière, même à 2 par jour, il lui faudrait 31 ans. ça tombait bien, même à vitesse relativiste, c'était la durée du trajet.   16/Confidence… … était le terme qu'il employait pour les fragments de textes qu'il lâchait ici et là sur le réseau. Mis bout à bout, ils constituaient un récit étrange, la face cachée d'un monde virtuel. Peu à peu, d'aucuns recomposaient le puzzle au péril de leur santé mentale   17/Maldonne… D'un geste assuré, il ramassa toutes les cartes. -Pourquoi tu fais ça ? -C'est pas ce qu'on dit pour invoquer la Vierge quand on a des cartes pourries ? - … Avant même de commencer, la partie se termina par un pugilat acharné.   18/Bêtises Tout cela n'était que bêtises à son sens. Le dictateur planétaire n'avait cure des épidémies

Histoire d'eau

 Bon, ben ça y est, ça faisait une bonne semaine que ça nous pendait au nez et le fleuve a débordé dans la nuit. Rien de surprenant ni de particulièrement inquiétant là-dedans, et ça reste d'ailleurs très limité à ce stade. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que ça arrive depuis que je suis ici. D'ailleurs, en m'installant à 30 mètres du fleuve, j'avais conscience du problème et j'ai vérifié avant de signer où était la cote 1910. La maison n'avait pas été mouillée à l'époque, du fait de la dénivelée. (faut juste que je fasse gaffe aux remontés d'humidité dans les murs) Il n'empêche que je surveille ça de près. On n'est jamais trop prudent. D'autant que, après mon arrivée, la voie d'eau s'était singularisée par sa placidité, et ça a duré une douzaine d'années sans caprices. Et là, 3 grosses crues en cinq ans sur mon perron. Ça interroge, quand même. Cette accélération pourrait n'être qu'une fluctuation statist

Writever février part 1

Nouvelle volée de micro-nouvelles… Et cette fois-ci, tout commence par des chansons !     1/Il était une fois… … un conteur qui captivait ses auditeurs : ses récits ne concernaient pas un passé lointain et indéterminé, mais un avenir très précis et relativement proche. Quand ses récits commencèrent à se réaliser, il fut mis à mort, de peur de ce qu'il dirait ensuite. 2/L'aventurier… … s'acharnait à aller là où la main de l'homme n'avait jamais mis le pied. Il y avait toujours de bonnes raison à ce que ces coins fussent inexplorés, mais il n'en avait cure. Jusqu'à ce qu'une de ces raisons le dévore, n'en laissant que les dents.   3/Un autre monde… … s'ouvrait à lui. Méditation et ascèse rigoureuses lui avaient enfin ouvert le troisième œil. Son corps astral se détacha et pénétra sur cet autre plan d'existence. Une entité lumineuse de tourna vers lui. "T'es pas d'ici, toi. Tes papiers", lui dit-elle.   4/Combien de temps… … av