Accéder au contenu principal

Jamais d'oeufs sans trois

 Il m'arrive de temps à autres, vous l'aurez remarqué sans doute, de venir ici dégoiser sur la licence Alien, en général pour me plaindre de la façon dont elle a été maltraitée par la suite. C'est compliqué, la saga Alien, c'est un empilement de visions d'auteurs qui se sont suivies et télescopées.

 

Le troisième opus, première réalisation de David Fincher, a été particulièrement malmené, suite notamment à une production des plus chaotiques (François Theurel est récemment revenu dessus). Résultat de ces retards, dépassements de budgets, changements intempestifs de scénarios et clashes divers, le film Alien 3, sorti en salle en 1992 était, de l'avis de tous, très imparfait. Il prenait le risque de fâcher les fans de son prédécesseur, Aliens de James Cameron, en faisant bon marché des personnages introduits à l'époque, pour essayer de revenir aux sources, à une seule créature très menaçante, dans un environnement hostile, mais échouait à développer son univers.

Malgré beaucoup de belles idées formelles, une pure ambiance et de chouettes personnages, sans parler d'une photographie aux petits oignons, le film était complètement bancal. Pas incohérent, pas fondamentalement raté, mais clairement pas fini.

Il y a de ça un paquet d'années, j'avais pu voir un bout de la version longue, dans d'assez mauvaises conditions. Je n'avais pas été fort impressionné (au point qu'en me la remettant l'autre jour, j'ai brièvement eu l'impression d'être encore dans une autre version, il a fallu que j'aille vérifier). Et puis là, pour diverses raisons (notamment le fait que j'étais claqué à cause d'un boulot dont je me dépêtrais pas bien, et divers inquiétudes personnelles), je me suis remis devant, tranquille, pour me changer les idées sans quitter un territoire connu.

En plus, j'ai eu l'occasion de lire entretemps, y a quelques mois, la BD tirée du scénar original de William Gibson (auteur dont j'ai parlé dernièrement ici même), joli témoignage, en un sens, du bordel qu'a été cette production. Je suis pas hyper fan de cette BD, d'ailleurs, on sent que Gibson n'est pas à l'aise avec l'exercice, et s'intéresse plus au contexte (toujours très schématiques dans les Alien) qu'à la créature elle-même.


 

Et donc, j'ai vu l'Assembly Cut, qui n'est pas à proprement parler un "director's cut", mais qui tente de se rapprocher au plus près de ce qu'aurait dû être Alien3 si Fincher avait pu aller au bout de son film.

Si certains des défauts subsistent (la mort de Hicks et Newt au premier chef), et d'autres apparaissent (le chien n'existe pas dans cette version, mais une des séquences n'a de sens que si l'un des taulards croit l'avoir retrouvé) mais le film prend enfin le temps de s'installer, et les personnages sont développés, ainsi que leurs relations. Leurs morts comptent nettement plus dès lors. Et il y a toute une belle séquence au milieu au cours de laquelle les taulards parviennent à piéger la créature. De même, la relation entre Ripley et le toubib (joué par le toujours impeccable Charles Dance) me semble mieux construite (mais je n'ai pas revu la version de base depuis des années, peut-être que je me fais des idées).

Bref, j'ai passé un bon moment à me replonger dans cette portion de l'univers, avec ses gueules improbables et son ambiance particulière. Fincher, à l'époque, a failli y laisser sa carrière, mais on sent déjà nettement le réalisateur au sens visuel très marqué, et à la narration solide. Surtout, cette version fait vraiment exister cet énorme complexe industriel quasi vide, réduit à l'état d'épave contenant d'autres épaves plus esquintées encore.

De façon très intéressante, le film développe, par le biais de ces prisonniers qui se raccrochent à la foi et à leur groupe, une approche symbolique et mystique. L'alien devient le "dragon", un héraut apocalyptique descendu dans leur enfer pour mettre à l'épreuve une dernière fois ces pauvres pêcheurs, tous des repris de justice condamnés pour des faits d'une extrême gravité. Mais tout est traité sous l'angle de la métaphore, quand bien même certains des personnages affectent d'y croire. Il y a assez de voix discordantes pour que le film n'en soit pas à marteler un quelconque message. Cette belle économie sera hélas oubliée dans les opus les plus récents, appuyant par trop lourdement leur symbolisme univoque.

Bref, un film mal aimé, qui reprend forme et une place honorable dans la saga, bouclant ce qui aurait pu rester une trilogie efficace et inscrite dans un âge d'or du cinéma d'action. La (les) suite en aura décidé autrement, quand Ripley sera passée en mode replay.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Obsessions chroniques

 Je me suis dernièrement repris d'une obsession pour le dessin du trop rare Esteban Maroto, dessinateur espagnol surtout connu pour son oeuvre de fantasy. Il a notamment travaillé sur Vampirella, mais aussi sur Red Sonja (encore récemment), adapté en BD la vie de Vlad l'Empaleur et quelques uns des mythes de Cthulhu.     Là, je suis en pleine relecture des Atlantis Chronicles , où il illustre un script de Peter David. Ça a été réédité il y a quelques temps dans un beau volume, que j'ai pris vu qu'il me manquait 1 ou 2 épisodes de la version comics sortie au milieu des années 80. À l'époque, DC vient plus ou moins de rebooter son univers, et travaille à lui donner un passé cohérent. Atlantis Chronicles est donc à ranger à côté de World of Krypton (dessiné par Mignola), The Kents (écrit par Ostrander) ou Books of Magic (écrit par Gaiman), visant à donner une profondeur temporelle aux aventures des super-héros. Le style élégant de Maroto y fait merveille, et son s

Seul au monde, Kane ?

Puisque c'est samedi, autant poursuivre dans le thème. C'est samedi, alors c'est Robert E. Howard. Au cinéma. Et donc, dans les récentes howarderies, il manquait à mon tableau de chasse le Solomon Kane , dont je n'avais chopé que vingt minutes lors d'un passage télé, vingt minutes qui ne m'avaient pas favorablement impressionné. Et puis là, je me suis dit "soyons fou, après tout j'ai été exhumer Kull avec Kevin Sorbo , donc je suis vacciné". Et donc, j'ai vu Solomon Kane en entier. En terme de rendu, c'est loin d'être honteux Mais resituons un peu. Le personnage emblématique de Robert Howard, c'est Conan. Conan le barbare, le voleur, le pirate, le fêtard, le bon vivant, devenu roi de ses propres mains, celui qui foule de ses sandales les trônes de la terre, un homme aux mélancolies aussi démesurées que ses joies. Un personnage bigger than life, jouisseur, assez amoral, mais tellement sympathique. Conan, quoi. L'autre

All work and no play (air connu)

 Les journées d'un freelance se ressemblent toutes et pourtant aucune ne ressemble tout à fait aux autres. On bosse toujours pour trois ou quatre clients en même temps, on twiste entre les deadlines avec l'agilité d'un toréador évitant les coups de corne (ou pas), et on essaie de glisser entre deux des projets persos, une vie de famille, voire dans les moments les plus dingues de voir des copains. Là, ce matin, par exemple, j'ai attaqué à sept heures et demie par un boulot sur une traduction copieuse et difficile, que je devrais techniquement avoir finie, sauf que j'ai accepté une autre trad, urgente copieuse et difficile que je pensais pouvoir faire dans les temps. Elle m'a pris le double du temps prévu, donc je me retrouve avec un joli effet domino qu'il va me falloir gérer très vite. Mais cette trad pas encore tout à fait en retard, j'ai dû l'interrompre. On me demandait un raccord sur la précédente (l'urgente), rendue tout dernièrement. Rien

Ça va s'arranger, Monsieur Milan !

Hop, encore un petit article sauvé du naufrage de superpouvoir. J'ai hésité à le poster sur la nouvelle version du site, et puis finalement je le rapatrie ici, comme ça ne parle pas vraiment de comics. Petit tour de table pour débuter la négo La provocation a toujours été consubstantielle de l'activité artistique. à quoi ça tient, mystère. Peut-être au fait que l'artiste, par nature, est un peu en marge du corps social et a donc la distance nécessaire pour l'interroger. Mais "provocation", le mot semble faible pour qualifier les outrances de Laibach. travailleurs de tous les pays... Pour ceux qui ne connaissent pas, Laibach, c'est un peu l'ancêtre sous amphètes de Rammstein. D'ailleurs, un des membres de Laibach le disait : "ouais, c'est bien, ce qu'ils font, Rammstein. Ils rendent notre style de musique accessible aux kids, c'est important." Je paraphrase. Mais donc, provocation. C'est un mot qu

Discordant

 Bon, j'en remets vite fait une couche, c'est ce soir que je lis un passage de L'ancelot avançait en armes , mon prochain roman, à paraître début 2022 chez Les Moutons électriques. Les plus sagaces des lecteurs auront comprit qu'il fait suite à Trois coracles cinglaient vers le couchant , sorti il y a deux ans déjà chez le même éditeur.    Là où les Coracles s'attachaient à suivre la carrière d'Uther, chef des Bretons, L'ancelot se déroule une génération plus tard et suit la progression d'un jeune homme se rêvant en guerrier au service de l'héritier de l'épée sacrée Calibourne. Bien entendu, son apprentissage lui réserve quelques embûches. Le lien pour vous connecter, à 19 h ce soir, sur le discord. PS : c'était bien cool, et je filerai le lien du Ripley dès que je l'aurai.

Mutant !

Tiens, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas fendu d'une rediff de vieil article. Celui-ci est sorti dans le n°18 de Fiction (nouvelle formule) vers 2013 (déjà) et était consacré à la figure classique du Mutant. Extrait d'un Mechanics Illustrated (Notons que c'est la première fois que Wolverine se fait allumer par Cyclope, bien avant la création des deux personnages) Le Mutant En cette époque où Fukushima et autres fuites radioactives conduisent à repenser radicalement la pêche, l’agriculture et la notion même de comestible, et où de grandes multinationales réécrivent le génome de bêtes grains de maïs qui finissent dans nos assiettes, ce terme inquiétant pourrait redevenir d’actualité. Mais actualité ne veut pas dire nouveauté. Car le mutant a été très tôt un des concepts clés de la science-fiction, même s’il n’était pas forcément nommé dès le départ (et même si la science-fiction elle-même ne portait pas encore de nom à l’époque). L’épouv

Axe pour homme

Ça doit être le thème de la saison, mais après avoir profité de mes transports et de ma tablette pour me regarder le récent Conan avec Jason Momoa, je viens de regarder Kull le Conquérant , avec Kevin Sorbo. Kevin sort beau. Ou pas. Alors oui, je sais, à ce stade, ça ne pouvait que s'apparenter à une forme particulièrement perverse de masochisme. Et, de fait, il y a un peu de ça, je l'admets. Alors déjà, re situons un peu le contexte. Kull date de la fin des années 90, au moment où Kevin Sorgho, auréolé de sa performance sur la série Hercule , décide de passer au grand écran pour se faire du blé. Il intègre donc le casting de King Conan , qui aurait dû être le troisième volet de la série commencée avec notre Schwarzennator préféré. Sauf que notre héros voit venir le piège. Il préfère ne pas être comparé à Arnold. Et donc, le script de King Conan , librement adapté du roman L'heure du Dragon , est prestement transformé en un scénario de King Kull . L'Aqui