Accéder au contenu principal

Articles

Writever juillet, part 1

 Et c'est reparti pour une fournée de micro-nouvelles 1/Lumière "Entrez dans la lumière", disait souvent l'aumônier du bord. Il avait cessé depuis trois semaines : la trajectoire du vaisseau les amènerait à frôler l'étoile et tous les hublots avaient été occultés depuis qu'un simple reflet au bout d'une coursive avait aveuglé le vieil homme   2/Chaleur La traversée du désert avait été un enfer pour lui. Avec la chaleur, sa peau sécha, se fendilla, se craquela, et commença à tomber en morceaux, qu'il semait derrière lui sur le sable. Enfin, le vent balaya les restes du Golem.   3/Équateur La vitesse de rotation de ce monde était telle qu'il était déformé. La gravité à l'équateur était moitié moindre de celle des pôles. Les Jeux Olympiques étaient donc "équatoriaux" ou "polaires", mais seuls les records des seconds faisaient entrer dans la légende.   4/Rayon L'immense station roue tournait sur elle-même, créant une gravité
Articles récents

Discordant

 Bon, j'en remets vite fait une couche, c'est ce soir que je lis un passage de L'ancelot avançait en armes , mon prochain roman, à paraître début 2022 chez Les Moutons électriques. Les plus sagaces des lecteurs auront comprit qu'il fait suite à Trois coracles cinglaient vers le couchant , sorti il y a deux ans déjà chez le même éditeur.    Là où les Coracles s'attachaient à suivre la carrière d'Uther, chef des Bretons, L'ancelot se déroule une génération plus tard et suit la progression d'un jeune homme se rêvant en guerrier au service de l'héritier de l'épée sacrée Calibourne. Bien entendu, son apprentissage lui réserve quelques embûches. Le lien pour vous connecter, à 19 h ce soir, sur le discord. PS : c'était bien cool, et je filerai le lien du Ripley dès que je l'aurai.

All work and no play (air connu)

 Les journées d'un freelance se ressemblent toutes et pourtant aucune ne ressemble tout à fait aux autres. On bosse toujours pour trois ou quatre clients en même temps, on twiste entre les deadlines avec l'agilité d'un toréador évitant les coups de corne (ou pas), et on essaie de glisser entre deux des projets persos, une vie de famille, voire dans les moments les plus dingues de voir des copains. Là, ce matin, par exemple, j'ai attaqué à sept heures et demie par un boulot sur une traduction copieuse et difficile, que je devrais techniquement avoir finie, sauf que j'ai accepté une autre trad, urgente copieuse et difficile que je pensais pouvoir faire dans les temps. Elle m'a pris le double du temps prévu, donc je me retrouve avec un joli effet domino qu'il va me falloir gérer très vite. Mais cette trad pas encore tout à fait en retard, j'ai dû l'interrompre. On me demandait un raccord sur la précédente (l'urgente), rendue tout dernièrement. Rien

L'infini, l'au-delà, tout ça tout ça

 J'avais du boulot, mais j'ai fait une pause dans l'aprème pour suivre le live du vol suborbital du patron de Virgin. Bien entendu, tout le monde parle de grande première, d'événement, etc. Ce qui n'est pas le cas. Mais ça demeurait intéressant. Alors, pourquoi n'est-ce pas une première ? Parce que grosso modo, ce n'est rien d'autre qu'une version plus glamour (et avec plus de passagers) d'un vol de X-15 comme il y en a eu un paquet depuis les années 60 : une partie des équipages de Gemini et d'Apollo provenaient d'ailleurs de ce programme, et ils étaient passés à la vitesse supérieure parce que si l'US Air Force considérait la limite de l'espace comme étant à 80 km d'altitude, ce n'était pas le cas d'autres agences qui la situaient à 100 km. Nos pilotes demeuraient donc techniquement des aviateurs et pas des astronautes. Par ailleurs, le vol d'aujourd'hui était un vol suborbital, à un peu plus de Mach 3. La vi

Lecture d'été

La semaine prochaine, mardi 13 juillet à 19 h, je ferai une lecture d'un extrait de L'Ancelot avançait en armes , mon prochain roman (bon, il sort début 2022 chez les Moutons électriques), qui fait suite à Trois coracles cinglaient vers le couchant , et est donc la deuxième partie d'une trilogie arthurienne (le troisième sera normalement consacré à Perceval).   Ce sera sur le discord de ma camarade moutonnesque Nelly Chadour, Triskaïdékaphilit, venez nombreux. Edit : j'avais collé par erreur le lien de ma chaîne youtube. c'est corrigé

Obsessions chroniques

 Je me suis dernièrement repris d'une obsession pour le dessin du trop rare Esteban Maroto, dessinateur espagnol surtout connu pour son oeuvre de fantasy. Il a notamment travaillé sur Vampirella, mais aussi sur Red Sonja (encore récemment), adapté en BD la vie de Vlad l'Empaleur et quelques uns des mythes de Cthulhu.     Là, je suis en pleine relecture des Atlantis Chronicles , où il illustre un script de Peter David. Ça a été réédité il y a quelques temps dans un beau volume, que j'ai pris vu qu'il me manquait 1 ou 2 épisodes de la version comics sortie au milieu des années 80. À l'époque, DC vient plus ou moins de rebooter son univers, et travaille à lui donner un passé cohérent. Atlantis Chronicles est donc à ranger à côté de World of Krypton (dessiné par Mignola), The Kents (écrit par Ostrander) ou Books of Magic (écrit par Gaiman), visant à donner une profondeur temporelle aux aventures des super-héros. Le style élégant de Maroto y fait merveille, et son s

Twist again on Arrakis

 En attendant la version de Villeneuve, j'ai remis le nez dans le Dune de David Lynch. Mais pas la version cinéma que tout le monde connaît, avec ses imperfections, ni la version télé (que j'ai et que je n'avais guère aimé, d'ailleurs), mais un fanedit réalisé il y a quelques années. Vous allez me dire que j'aime me faire souffrir. Et en vrai, c'est plus compliqué que ça. Si je suis conscient des nombreux problèmes de ce Dune , j'ai pour lui une grande tendresse. C'est un film qui a ses fulgurances et qui, pour le meilleur et pour le pire, domine encore pas mal notre représentation visuelle de l'univers de Frank Herbert avec son côté profondément baroque. Si Lynch l'a renié plus que par les trois fois réglementaires, bien des moments portent sa patte : le côté dérangeant du Navigateur de la Guilde, les visions prophétiques de Paul, le foetus d'Alia, etc. sont profondément lynchiens. Mais que peut apporter un fanedit de trois heures ? Eh bie

Occupations

 Bon, je m'aperçois que je ne mets pas beaucoup à jour ce blog, ces derniers temps. Faut dire que je suis pas mal occupé, notamment par des ateliers BD avec des jeunes, ce qui est un bon moyen de se ressourcer. Là, notamment, je viens de boucler un gros cycle avec des élèves du collèges du Bois d'Aulne (terriblement marqué par l'actualité l'an passé), et les élèves ont été super. Tous leurs travaux ont été exposés à la médiathèque de Conflans, avec laquelle je travaille très régulièrement. Toujours à Conflans, je rappelle que je suis en dédicace avec mes vieux complices Nelly Chadour, Melchior Ascaride et Nicolas Texier vendredi prochain, le 25 juin, au Tales of Gourmet, sur le Quai des Martyrs de la Résistance. Viendez nombreux. (bon, j'admets, une des raisons pour lesquelles je me fais plus rare, c'est aussi que je vis moyen bien le fait d'entrer de plain pied dans mon deuxième demi-siècle) (plus une rafale de rendez-vous cette semaine, super chouettes, m

Au rendez-vous des gourmets et des histoires de moutons électriques

Petite annonce de service : les dédicaces reprennent peu à peu ! Il y en aura une vendredi 25 juin à 19 heures sur  les quais de Conflans Ste Honorine, avec mes camarades électriques Nelly Chadour, Melchior Ascaride et Nicolas Texier. Sur la terrasse d'un restau qui sert de bonnes bières, de bons burgers et de super pizzas. Que demander de plus ?  

Writever mai, part 2

Mai se termine avec un début de beaux jours, je vais sans doute profiter de juin pour bouger plus. En attendant, voici ma deuxième volée de micronouvelles pour ce mois. 16/Fenêtre La fenêtre de tir du vol vers Triton était étroite, quelques jours seulement, et les engageait ensuite pour 18 mois de vol sans possibilité de demi-tour. D'une main légèrement tremblante, il fit signe qu'il était prêt. La puissance des moteurs le plaqua à son siège.   17/Fuite La station vénusienne aurait pu être un paradis : spacieuse, bien conçue, elle permettait aux scientifiques d'étudier la planète à même le sol. Sans les fuites d'acide sulfurique dans les parois, empuantissant l'air, elle aurait été parfaite.   18/Escalade Ça avait commencé par la pizza au lait de coco, à quoi il avait été répondu par les bouchées à la reine au caramel. Bientôt, les nouvelles recettes devinrent intolérables et le conflit culinaire transalpin quitta les fourneaux pour se régler à l'arme lourde.