Accéder au contenu principal

Fouille les bacs d'abord

 Là, j'ai un peu d'actualité côté traduction. Alors, vous allez me dire, j'ai TOUJOURS de l'actualité côté traduction, vu que j'en signe deux à trois par mois et donc qu'elles sortent à peu près au même rythme.

Mais c'est bien d'en causer un peu quand même en passant. D'autant que l'une d'entre elles est un petit évènement, vu que c'est le premier tome d'une intégrale de Madman par Michael Allred.


Série complètement foutraque et faussement naïve, Madman a connu pas mal d'incarnations au fil du temps. J'étais très content qu'on me confie cette traduction, parce que j'étais loin d'avoir tout. J'avais pris le train en marche à l'époque, au début des années 90, avec la deuxième série, puis j'avais essayé de choper la première (il m'en a toujours manqué un numéro depuis lors) puis j'avais attaqué la série régulière, puis... Les vicissitudes des années 90 m'avaient fait lâcher le truc. J'y revenais sporadiquement, prenant de temps en temps une compile que je lisais avec plaisir, mais le fait est, ma collection était toute dépareillée.

En VF, le peu qui avait été publié l'avait été un peu dans le désordre, de façon parcellaire. D'ailleurs, je crois que ce premier tome contient uniquement de l'inédit VF. Autant dire que j'aime quand mon boulot me permet de compléter des trucs que j'apprécie.

Bref, gros plaisir de retrouver ces personnages délirants et ce ton si particulier qui est celui d'Allred (à l'occase, lisez aussi ses Silver Surfer, sur scénar de Dan Slott, c'est très bien aussi), ainsi que son trait qui a quelque chose d'une Ligne Claire à l'américaine sans en être vraiment.

Hormis cela, l'autre événement, c'est King Spawn, déclinaison nouvelle de la série lancée il y a 30 ans par Tod McFarlane. C'est bien foutu, pas mal écrit, ça reste dans le ton tout en retrouvant pas mal de pep's.

De même pour la série Flash Infinite, qui en est à son tome 2, et ça faisait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à traduire les aventures du bolide écarlate. (accessoirement, Flashpoint est réédité en poche, et l'intégrale des épisodes de Francis Manapaul d'il y a dix ans débute ces temps-ci).

Chez Delirium, le tome 5 de Vietnam Journal, excellente série de guerre de Don Lomax, et Elric de Melniboné, premier tome d'une adaptation en comics de la Jeunesse d'Elric. Amateurs de classiques de la fantasy, allez y jeter un oeil.

Hormis cela, la suite de l'adaptation de Dune sort enfin. Gros mois côté trad, et là j'ai fait le planning du boulot à abattre d'ici Noël dans ce domaine, j'ai pas fini d'encombrer les tables de nouveauté.

Dans un autre genre, c'est dans deux semaines que sort Les mythes de Lovecraft chez Ynnis, dans lequel je signe plusieurs articles. Normalement, je pourrai en signer au Campus Miskatonic de Verdun début novembre. Par contre, je n'en aurai pas dimanche à Hypermondes, à Merignac, mais par contre, il y aura l'anthologie du festival dans laquelle je signe une nouvelle, "Transit".



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Writever septembre, part 1

 Voilà le Writever de la rentrée, je continue à explorer ces royaumes montagneux aux habitants un peu déglingués. faut vraiment que je voie quoi faire de tout ça. 1/ Gontrodoric n'était pas une lumière, son conseil restreint le savait. On limitait au possible ses interventions publiques. Mais même avec les discours écrits à l'avance, il y avait des surprises. On finit par engager des doublures pour la plupart des cérémonies.   2/ La reine Gontrade, exaspérée par les rais de lumière intempestifs montrant la poussière en suspension dans l'air exigea qu'on équipât toutes les meurtrières de volets. Les ouvrir et les fermer pour tout le château demandait quatre heures tous les jours à 5 serviteurs   3/ Jean-Baptiste Gobelain était devenu le théâtreux de la cour. Le roi l'aimait, car ses comédies légères n'avaient pas besoin des trucages requis par les grandes tragédies avec interventions divines, batailles, foudre... De plus, elles se finissaient généralement bien.  

Branle bas et mets la gomme, ce soir on canonne

 Dans mon rêve de cette nuit, une attaque surprise ennemie avait déferlé sur les quais. La résistance s'était organisée, on avait sorti de Dieu sait où une vieille pièce d'artillerie, un genre d'obusier de 1914 pour pilonner les barges de débarquement. C'était quand même la panique. Il en arrivait de partout. Pataugeant dans l'eau du fleuve, désorganisés, moi et les autres essayions de pointer nos pièces, de trouver des obus, de récupérer du matos sur les soldats et les compagnons morts. Nous étions peu à peu repoussés. Dès que nous trouvions un coin de terrain à l'abri, nous réinstallions notre canon et lâchions un ou deux obus avant de repartir. L'objectif, empêcher la mise en place d'une vraie tête de pont. À un moment, on m'a demandé de servir de pointeur. À l'aide d'un vieux rapporteur et d'un compas, sans papier, je déterminais des angles imprécis, et des distances qu'il fallait corriger après un premier tir. Lever la tête par-d

Arkham Parano

J'ai des camarades de jeux dangereux, sur les internets. Genre, qui diffusent des images de ce genre, tirées d'un bouquin sur les voyages de Lovecraft :    Forcément, ces collisions m'inspirent. Short, bob, et voyages farfelus, ça me fait penser à Hunter S. Thomson. Et donc, j'ai répondu par : "what kind of rat bastard would feed ghouls at that ungodly hour?   - As your attorney, said Doctor Gonzo, I'd advise you to find the closest dive.   God. I didn't need no beer. I wanted mescaline." Et maintenant, j'ai envie d'écrire ce bouquin, un Fear and Loathing in Arkham par Hunter P. Loveson. Je suis irrécupérable.

Writever août, part 2

Et encore une volée de writever. Truc marrant, ça fait trois mois que je continue à broder dans ce contexte médiéval farfelu, et je commence à gamberger une espèce de truc un peu pratchettien, ce qui n'est pas raisonnable parce que j'ai déjà plusieurs romans sur le gaz. 16/ Les lettres d'amour du moine Ardubélard et de la belle Godolise furent retrouvées et compilées par des copistes qui se les passaient sous le manteau. On vit apparaître des imitateurs, et ces textes servirent à leur tour d'inspiration à des amants qui en manquaient.   17/ Saint Aldubéric reste comme l'auteur d'une fulmination contre le rire, "propre de l'homme et sale de la hyène" dont chaque monastère a une copie. Ce qu'on sait moins, c'est qu'elle lui fut inspirée par une courtisane qui éclata de rire à la vue de ses attributs.   18/ Ardubélard proposa la douceur comme attribut du divin, ça lui valut un procès en hérésie s'éternisant après sa mort. La publicati

Writever juillet part 1

 Avec un peu de retard (j'étais le nez dans le guidon tout le début du mois) voilà un bout de Writever pour juillet. La suite probablement demain ou après-demain.   1/ Une naissance princière était un événement. Bébé était examiné sous toutes les coutures par les oracles. Le temps que Bébé règne on avait oublié leurs prédictions. Sauf quand son royal père canait dans l'année. C'est ainsi que le régent Dongulf fit pendre les oracles.   2/ Le duc aimait beaucoup son fils aîné, issu de sa première femme notoirement volage. Pour éviter toute contestation avec les demi-frères lors de la succession, il décida de l'adopter. Le duc était du genre prudent. Bien sûr, la procédure fut contestée bien plus tard.   3/ La reine Gotrade (noble turgonde, un peuple nouvellement conquis) prit le contrôle à la cour. Elle plaça ses mignons, isola le roi, mena les affaires. Les accidents de chasse étaient si courants dans la vieille garde que le végétarisme fit son apparition aux banquets.  

Writever août, part 1

  1/ Drôle d'endroit pour une rencontre. La princesse Wulfagarde croisa le sabotier Martibert en cherchant son chemin dans la forêt interdite. Ils trouvèrent la sortie ensemble, furent embastillés séparément et se retrouvèrent dix ans plus tard à l'autre bout du monde.   2/ Martibert et Wulfagarde se passèrent alors du consentement royal et se marièrent sur une barcasse dont le patron pêcheur avait été nommé capitaine pour l'occasion. Il les emmena ensuite sur l'île d'Hybernon, à laquelle aucun des royaumes voisins ne s'intéressait.   3/ Les deux guerriers mythiques du royaume, Dachille et Jonathocle, partageaient tout, les repas, les honneurs, la bataille, les armes, les butins, la tente, et même le grabat. D'après les exégètes, c'était la preuve qu'ils étaient "très bons amis".   4/ Le roi Arthulf et la reine Gontrade avaient souffert de leur mariage arrangé. Puis était née une complicité, ils s'ingéniaient à dresser les courtisans dé

Petites news

Aujourd'hui, dimanche 26 juin, je suis en dédicace au Storyboat, un bateau théâtre à l'ancre sur les quais de Conflans Ste Honorine (à hauteur de la place Fouillère) dans le cadre du Salon des Auteurs du Coin.   Samedi 2 juillet, au Tales of Gourmet, un rade au début du Quai des Martyrs de la Résistance, toujours à Conflans (genre 300 mètres du lieu précédent), on a organisé une micro-convention, avec plein d'auteurs chouettes. Et le samedi 6 août, je serai à Noailles, en Picardie, pour un atelier BD et une dédicace dans le cadre du festival Curiosités.

Meatloaf

 Dans mon rêve de cette nuit, j'étais alpagué par un ouvrier, sur un chantier, qui avait été fasciné par mes bras. Les gens qui me connaissent savent que, malgré ma stature, je ne suis pas particulièrement un gars musculeux. Pour parler clair, je ne ressemble pas à ça Apparemment, j'avais pourtant un muscle saillant et pas prévu par le manuel, à la jonction de l'avant-bras et du coude. D'après le mec, un genre de Pakistanais, c'était un truc rarissime et chargé de sens, permettant des exploits délirants, et qu'on retrouvait parfois chez certains combattants experts des montagnes du Pamir. Il a griffonné une adresse, celle d'un genre de sensei capable de m'aider à libérer le potentiel de ce bout de bidoche surnuméraire. Au réveil, en prenant mon café, j'ai vérifié. Le truc avait disparu.

Sur la route de Memphis

Alors je suis plongé depuis quelques jours dans la lecture studieuse d'un bouquin que je voulais depuis longtemps : 1177 avant J.-C., le jour où la civilisation s'est effondrée , d'Eric H. Cline. S'il traite de sujets que je connais déjà pas mal (la transition bronze-fer, l'invasion des "peuples de la mer", l'historicité de la Guerre de Troie, etc.), il les approfondit et surtout croise pas mal de trucs, dans l'idée de brosser un tableau global d'une période de crise, en évitant les explications mono-causales. C'est là-dedans que j'ai trouvé les références de l'autre jour aux flammes précédant les armées (là, j'arrive à son chapitre sur l'Exode, et curieusement il ne fait pas le rapprochement qui moi, m'a sauté aux yeux direct, alors qu'il cite pourtant la colonne de flamme des Hébreux), et je prends plein de notes dans tous les sens. Ça servira forcément un jour. Et puis, au détour d'une page, hop, l'au