Accéder au contenu principal

À quel saint se vouer

 Le petit salon à Quimperlé était très chouette, j'ai signé pas mal de bouquins dont Le garçon avait grandi en un gast pays, qui clôture ma trilogie arthurienne.


On m'a signalé au passage (mais comme j'étais occupé en dédicace, j'ai pas pu allé la voir) une statue de Saint Gunthiern présente à l'abbaye du coin. Pourquoi on m'en a causé et pourquoi j'en cause ici ?

Tout simplement parce que la légende locale voudrait qu'il s'agisse de Vortigern, roi en Grande Bretagne, qui se serait réfugié en Petite Bretagne après avoir été vaincu par Uther Pendragon. Ce n'est pas la biographie officielle du bonhomme (en théorie il est bien fils de roi, mais n'a jamais régné lui--même) mais dans le pays on raconte ça.

On est venu m'en parler à cause de Gordiern, antagoniste d'Uther dans Trois Coracles cinglaient vers le Couchant, qui est aussi Vortigern. J'avais choisi cette forme de son nom parce que Vortigern, c'est le nom que lui donnaient les Saxons (en toute logique, j'aurais dû faire pareil avec Uther, et donc l'appeler Ythir, mais... c'était plus clair comme ça. je ne suis pas toujours cohérent, je sais).

Alors, dans les Coracles et dans les chroniques saxonnes, Vortigern ne peut pas être Gunthiern pour une raison simple : Uther l'a cramé dans sa forteresse. Mais j'aime bien ce genre de variantes, ces histoires parallèles. C'est comme Villon devenant abbé en Aquitaine ou en Angleterre, ou auteur de théâtre (d'aucuns disent que le poète disparu dans l'exil aurait écrit la Farce de Maître Pathelin, ce que rien ne prouve particulièrement). Mais même si on est obligé de choisir à quelle version l'on souscrit, ou laquelle on exploite dans un récit, c'est bien de voir surgir ce genre de variantes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Monumentale erreur

 Hier, il a fallut que j'aille sur Paris, j'avais rendez-vous avec un illustrateur pour causer d'un projet à lui, il avait besoin d'une consultation, et en même temps comme on s'était pas vus depuis le covid c'était l'occase de manger un coup et de boire un bout, à moins que ce ne fût l'inverse. Bref. Je me disais "bon, y a pas d'épreuves d'athlétisme à St Mich', les Jeux n'ont pas encore commencé, c'est peinard." Ha ! Quelle gourde je fais. Non, non, la joyeuse bande des "qui aurait pu prévoir ?" a pris les devant. Ils installent des trucs partout, pratiquement toutes les rues donnant sur la Seine sont barrées, tout le monde zigzague dans tous les sens, un délire. Jacques Tati réveille-toi, ils sont devenus fous et tu aurais pu en tirer un bout de pellicule absurde comme tu savais si bien faire. Mais là encore, ça allait. Bon, on s'est retrouvés malgré tout, on s'est posés, on a becqueté, on a causé, on a

Si tu vas à Arkham, n'oublie pas ton bateau à rames

Bon, j'ai vu que l'info était apparemment officielle, donc je peux en causer ouvertement. Ce que j'appelais "Projet Tentacules 2" sort le 30 octobre  et s'intitulera Le Dossier Arkham , et ce sera aux édition Leha. Comme son nom l'indiquera aux plus perspicaces d'entre vous, cela se déroulera dans un univers lovecraftien. Détail de la couve par Patrick Pion Il s'agira en quelques sorte d'un livre enquête. Chaque chapitre en est un des documents réunis par un détective opérant à Arkham entre 1936 et 1942, qui a mis le doigt sur un ou plusieurs complots en enquêtant sur une banale disparition en forêt de Dunwich. En terme de ton, ce sera complètement déconnant, j'en ai peur. En témoigne l'extrait que je livre à présent à votre curiosité dévorante et probablement malsaine : --- « Mon ami ! s’exclama-t-il. Vos visites comblent de joie mon vieux cœur ! Quelles nouvelles apportez-vous du vaste monde ? — Oh, il va toujours aussi

Frères humains qui après nous vivez

Tiens, je viens de voir les deux premiers épisodes de Real Humains sur Arte. Et j'ai plein de raisons de râler. Pas sur la série elle-même, hein, dont j'ai trouvé le scénar très malin, et la prod très efficace. Le look des Bots et la manière dont ils sont joués sont très bons, et tout le design joue à plein sur la métaphore technophile (déballage et mise en service du Bot, avec le mode d'emploi ouvert à côté, comme on déballe un ordi ou un téléphone portable, cales en polystyrène comprises), mais aussi sur tout un tas de métaphores sociales intriquées (le sous prolétariat immigré, l'alter-mariage, Alzheimer, etc.). Tout amateur de SF bien pensée devrait regarder cette série. Sur le fond, elle reste dans du classique : la garde malade trop zélée renvoie directement à des textes de Jack Williamson qui ne sont pas du tout récent ;  Les Humanoïdes datent de 1949, et Les Bras Croisés d'encore avant. La scène où le voisin fait planter la petite Anita, elle sort dir

Bon, le message ne passe pas

Non, je ne parlais pas du président, son autisme politique est devenu légendaire. Non, je parlais de Fèces-Bouc. J'ai encore reçu un mail m'invitant à m'inscrire pour découvrir je ne sais quelle question posée par un "ami". Le bouton "indésirable" a donc encore été rentabilisé. Et j'ai réparé mon téléphone. Pendant deux jours, j'avais internet, mais pas le téléphone fixe sur la ligne Orange-Odésespoir. Plus de tonalité, et quand les gens appelaient, ça sonnait occupé. J'ai désossé toute l'installation sans piger. Et j'ai essayé d'appeler l'opérateur. Et là, c'est très drôle, parce que le site indique un numéro d'assistance. Que je dois donc appeler de mon portable, n'ayant plus de ligne fixe. Ce numéro, après plusieurs choix à la con genre "taper un, taper deux", etc, m'indique qu'en fait que non, pour ce type de problème, je dois appeler un autre numéro. Qu'on me donne par boite vocale. Les m

Le commencement de la fin

C'est cyclique, ces tubes que tout le monde fredonne, que tout le monde reprend, que tout le monde a entendu et que tout le monde sait identifier. Il y a des chansons comme ça qui atteignent une sorte de masse critique, tous les quelques temps. Et puis vient le moment où pouf, la vague retombe. Où le truc se ringardise d'un coup, et où l'on passe à autre chose. Je crois qu'on est pas loin d'y arriver pour Happy , le tube de Pharrell Williams, lauréat 2014 du prix Jamiroquai du jeune chanteur à chapeau qui incarne la coolitude décalée juste ce qu'il faut* . Y a des signes qui ne trompent pas : on l'entend comme bande-son dans des pubs pour bagnoles, et des entreprises commencent à le mettre en musique d'attente quand on téléphone comme les premières Quatre Saisons de Vivaldi venues. Du coup, le truc va lasser, et en plus les gens vont peut-être finir par se rendre compte que les paroles n'ont aucun sens. Dans très peu de temps, tout le monde tr

Je voudrais changer les couleurs du temps

Je ne sais pas si vous avez remarqué ce tic agaçant des émissions de télé, quand elles font une rétrospective sur la vie de quelqu'un : les photos d'enfance qu'elles présentent en banc-titre, elles les mettent en noir et blanc. Je veux dire, même quand ils vous parlent de la jeunesse d'une chanteuse quelconque née en 82 ou 89, les photos à l'âge de cinq ans, ce sera du noir et blanc. Quand bien même c'était typique le genre de photo qu'on faisait en couleurs à l'époque. Mais la télé, de nos jours, aime bien jouer sur une corde nostalgique. Mais la télé est un média de masse, alors elle ne peut pas jouer sur la nostalgie de l'odeur du savon à barbe rare qu'employait le grand-père, ou le goût précis des pains de semoule de l'arrière-grand tante au bled. Non, la nostalgie doit être préemballée, calibrée et dûment étiquetée. D'où la bascule en noir et blanc, pour faire style "y a longtemps, une époque révolue, le bonheur de l'enfance

à la Saint Fulchibar, change ton calbar !

Dans mon rêve de cette nuit, j'étais gourou itinérant d'un truc bizarroïde à tendance égyptologique. Le temple était un tabernacle pliant à l'arrière d'une camionnette, et il suffisait d'ouvrir le coffre pour que tout se mette en place, comme dans ces bouquins pop-up de notre enfance. Habillé d'une espèce de toge-couche culotte modèle Gandhi, je parcourais les routes pour apporter cette bonne parole dans les coins les plus reculés. J'ai oublié le contenu des homélies, mais elles étaient ponctuées par des actions rituelles, comme l'ostentation d'une lampe à huile en grès décorée de hiéroglyphes en incise (et à la réflexion, quand j'y repense, ils avaient plutôt une gueule de cunéiformes. Bref.) Je levais la lampe, présentant sa flammèche vacillante à l'assistance, balançant des formules du genre "la lampe est la lumière, et la lumière est la vie, et la vie est le fleuve qui coule en ce monde d'éternité". Et les gens disaien

Ça tourne au vinaigre

Le mauvais combo ultime, pour un type dans mon genre, c'est d'être accro au café et de vivre dans un patelin où l'eau est très calcaire. Parce que du coup, la cafetière s'entartre à une vitesse de grand V. Or, vu tout le battage qu'on nous fait sur la pollution intérieure, les méchants produits d'entretien tout chimique et tout, j'avais fini par me mettre au vinaigre blanc. Le vinaigre blanc, c'est présenté depuis quelques temps comme le produit miracle bon à tout faire dans la maison. Jusqu'à mes paquets de céréales qui vantent les bienfaits du vinaigre blanc. C'est à toutes les sauces, à la radio, dans la presse, etc. Et en plus, ça ne coûte pas grand-chose. Et donc, cela faisait quelques mois que je détartrais ma cafetière aussi au vinaigre blanc, au lieu d'acheter des flacons très chers de détartrant dédié. L'autre jour, je reçois du monde à la maison, et je fais donc du café. Et c'est une chose de mettre en route la cafetiè

Bande à part

 Un truc dont je parle régulièrement en cours de BD (et j'ai dû en toucher un mot ici aussi à un moment ou un autre), c'est l'influence du format sur la narration. C'est très McLuhanien : suivant que l'on publie en revue, directement en album, avec une pagination contrainte ou libre, etc. la même histoire n'aura absolument pas la même tête. Bah, comment ? (ouais, elle est nulle, je sais)   Le manga, la BD franco-belge, le comic strip, le comic book, la BD anglaise... ont des codes narratifs subtilement ou brutalement différents. Une des raisons du succès du manga auprès des jeunes, c'est son dynamisme narratif (en tout cas dans le shonen, qui caracole en tête des ventes). Lorsqu'il y a de la bagarre, ça pète dans tous les sens de façon spectaculaire. À l'inverse, un mangaka qui veut faire dans le contemplatif peut prendre son temps, déployer sa narration, étirer le temps. Jamais un auteur de franco-belge travaillant au grand format 46 pages couleurs

Writever juin, part 2

Hop, la part 2 du Writever de ce mois-ci où l'on continue en mode "professeur Jones". Apparemment c'est de saison.   16. Il en est du sphinx comme du sourire de la Joconde, on en a tellement fait une énigme en soi que tout chez lui devient mystérieux ou sujet d'interprétations, voire de réinventions plus ou moins acrobatiques. À part chez les fans de comics lorsqu'ils décryptent leurs illustrés préférés devant des néophytes, on rencontre rarement des gens aussi obsessionnels. Les fans du sphinx sont les premiers geeks de l'histoire.   17. Les célèbres mosaïques du palais de Plahensos, réputées dans tout le monde antique, avaient été ventilées façon puzzle par les millénaires et les tremblements de terre fréquents dans la région. On avait les pièces, une description par un auteur antique, et une IA générative. Elle tenta toutes les permutations possibles, sans rien trouver de satisfaisant, à part un portrait authentique d'Agamemmnon, les chiffres du lot