samedi 6 octobre 2012

Compte à rebours avant Apocalypses : 31 jours


Hop, je viens d'avoir la date officielle pour la sortie d'Apocalypses, une brève histoire de la fin des temps, mon prochain bouquin à paraître chez les Moutons électriques. C'est pour le 6 novembre prochain.

Du coup, je vous en rebalance un petit extrait :


Ce qu’on appelait l’esprit "fin de siècle" dans années 1990, en le considérant comme un mal transitoire, se retrouve à perdurer sous une forme plus appuyée encore : l’approche de l’an 2000 avait remis sur le devant de la scène le discours millénariste et commencé à le banaliser, l’automne 2001 lui donne un impact dans un monde séculier qui chercher à se déséculariser, à reprendre une place cosmique dans un plan divin.

Les groupes de pression fondamentalistes de toutes obédiences ont trouvé des caisses de résonnance dans la société. Si le phénomène n’est pas nouveau, il prend ces dernières années une ampleur assez inédite.

En France, des organisations catholiques comme l’Institut Civitas mènent la charge contre toutes les expositions, pièces de théâtre ou publicités qui offensent leurs conceptions, dénonçant la christianophobie dont ils seraient victimes. Les coalitions gouvernementales israéliennes sont à la merci de partis religieux ultra-minoritaires, qui imposent d’ailleurs leur loi dans certains quartiers. Les partis islamistes accèdent au pouvoir dans une grande partie du monde musulman, et même les plus modérés sont pris en tenaille, obligés de donner des gages aux salafistes. Partout, la notion de laïcité est battue en brèche. Et au nom de la liberté de culte, on voit paradoxalement s’éroder peu à peu la liberté de non-culte.

Le débat sur la mention éventuelle des "racines chrétiennes de l’Europe" dans la constitution européenne a montré l’importance des clivages dans ce domaine, mais aussi le poids croissant du religieux dans la politique. L’ouverture à l’Est, amenant des pays sortis du communisme et se cherchant de nouveaux ciments, a déséquilibré le débat. Les catholiques polonais ont relevé la tête et tiennent à le faire savoir. Pour les agnostiques et les athées, l’avenir risque bien de s’avérer, en effet, apocalyptique.

Ce retour du religieux refoulé impacte forcément la culture. L’autocensure progresse d’un côté, les grands médias sont de plus en plus prudents. L’affaire des caricatures de Mahomet et celle de Golgotha Picnic ont montré que les symboles étaient réinvestis, que les groupes de pression se les réapproprient et veulent s’en réserver l’exclusivité, en faire une marque déposée.

Tout ceci reste néanmoins assez marginal : l’agitation provoquée par les groupes de pression religieux est généralement inversement proportionnelle à leur importance numérique réelle dans la société. La voix qui crie dans le désert crie d’autant plus fort quand elle est en ville.

Par ailleurs l’imagerie religieuse réussit à s’imposer à nouveau au premier degré, de façon conforme au dogme. Si un auteur de comic books comme Todd McFarlane joue encore avec la rapture et l’armageddon sur un ton critique et caustique dans Spawn, confiant d’ailleurs "Le jour où des curés recommandent la lecture de Spawn, je ferme boutique", un film comme le Dogma de Kevin Smith, comédie tournant en dérision l’obsession millénariste, ne semble plus guère possible dix ans plus tard.

Car le protestantisme à l’américaine s’est enfin doté d’un imaginaire exploitable dans la culture de masse, et a l’air bien décidé à la réinvestir. La Rapture fantasy devient un genre en soi, avec des phénomènes éditoriaux* comme Les Survivants de l’Apocalypse (Left Behind) de Tim LaHaye et Jerry B. Jenkins, racontant la vie des réprouvés restés sur Terre après que Dieu ait rappelé à Lui les justes (justes selon les critères du fondamentalisme protestant, bien entendu).



* En tout cas aux États-Unis. Dans le reste du monde, les conceptions théologiques très américaines de la série ont laissé dubitatif.

8 commentaires:

  1. Hum je sens que c'est encore un truc léger, plein de vie et avec des licornes qui s'encu****

    :) Je vais adorer !

    RépondreSupprimer
  2. T'as prévu des dédicaces chez Gibert ?
    (parce qu'un sous-sol pour tenter de survivre à la fin du monde, je trouve ça assez approprié !)

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, c'est marrant, j'en sors un aussi (cette semaine), format "beau livre", comme on dit, chez François Bourin : www.bourin-editeur.fr/livre/les-fins-du-monde.html

    RépondreSupprimer
  4. tiens, tiens, les grands esprits se rencontrent !

    RépondreSupprimer
  5. C'est fou, c'est à croire qu'il va se passer quelque chose.

    (je plaisante pas : c'est exactement le principe de Googleflu, qui prédit les statistiques de la grippe en fonction des requêtes des gens dans un secteur concernant la grippe. alors si tout le monde fait des bouquins sur l'Apocalypse, d'un coup....)




    (putain, maintenant c'est sûr : on va tous mourir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, j'attends votre livre "Apocalypses" avec impatience... Je participe à un procès humoristique de la fin du monde à Aniche près de Douai le mercredi 21 novembre à 19h, et ce dans le cadre de la manifestation "Aniche capitale mondiale de la fin du monde" organisée par l'écrivain Roger Facon (adjoint à la culture à Aniche). Présence de J.P. Mocky le vendredi 16 au cinéma d'Aniche. Cordialement. M.L. (glalvee@nordnet.fr)

      Supprimer
  6. @Alex : d'un coup ça prouve que les gens ont des envies de fin de quelque chose, une envie de tout péter...
    Bon, maintenant, à toi de faire une vidéo promo : http://www.youtube.com/watch?v=hBQWFbtHiVA

    RépondreSupprimer