vendredi 16 novembre 2012

Quand M'sieur Bilbon s'est retiré dans un couvent, il est devenu cénhobbit


J'avais chopé dernièrement la VF du comics Cowboys vs Aliens (titré en VF, comme le film, Cowboys & Envahisseurs, ça a son importance et on y reviendra plus loin) chez Emmanuel Proust. Par chance, je l'avais chopée sur un étal de marché à 1 euro.

L'album est resté quelques temps sur ma pile des "trucs à lire". Et puis finalement, je l'ai lu.

Il vient de partir direct à la "boite à radouilles", le carton dans lequel je fourre tout que je revends en brocante ou que je refourgue aux copains. Et je regrette l'euro dépensé. Parce que je vais avoir du mal à le refourguer au copains, ou alors en cadeau-gag lors d'un anniversaire.

Alors pour parler clair, le dessin est naze, et le scénar plutôt rigolo mais assez mal branlé : il exploite mal sa situation de départ et n'est pas bien construit. En soi, ce n'est même pas forcément très grave, un projet du genre peut fonctionner justement sur la sympathie que génère son côté mal foutu.

Le vrai gros souci, d'est la traduction. Et la traduction, oh, mes aïeux, c'est un bijou, c'est une merveille, c'est un truc incroyable, on atteint des sommets abyssaux (oui, je sais, ça se dit pas, mais il faut une métaphore qui soit du niveau de ce à quoi elle se rapporte). Elle n'est pas créditée, cette traduction et c'est tant mieux pour le malheureux qui l'a signée, parce qu'il enfonce de très loin toutes mes têtes de Turc habituelles dans la profession (et j'en ai quelques unes) (sachant que je suis moi-même la tête de Turc de quelques autres, mais comme on dit chez les Turcs, on est toujours le Belge de quelqu'un).

Bon, déjà, j'ai trouvé une occurrence de "nitrogène" dès les premières pages. Ça signe d'emblée le roi de la traduction, c'est la bourde d'un amateur qui n'a de surcroît aucune culture scientifique* (eh oui, la traduction est vue avant tout comme une activité de "littéraire", et la césure artificielle que le système éducatif de notre pays continue à pratiquer entre "scientifiques" et "littéraires" n'a pas fini de confire la culture dans un abêtissement crasse et une deconnexion du réel).

Ensuite, on a d'un côté des aliens, de l'autre des cowboys. On peut s'attendre à ce qu'il y ait un poil de travail sur le niveau de langue, histoire que les aliens parlent techno, et les cowboys parlent cowboy. C'est tout le sel, en théorie, de ce genre d'exercice.

Eh bien non !

Les aliens parlent comme des racailles et les cowboys emploient des mots comme "équipement sophistiqué" (ce qui est déjà un faux amis en Anglais) et "aliens" pour parler des aliens. Alors que le titre remplace "aliens" par "envahisseurs". Et que même dans Alien, la trad traduit "Alien" par "Etranger", ce qui pour le coup aurait fait vachement plus cowboy.

Bref, du grand n'importe quoi. Celui qui a commis ça est un coyote à foie jaune qui ferait mieux de se cacher.

PS : à propos de traduction, je suis très dubitatif de la retraduction de Bilbo le Hobbit. Je veux bien que l'ancienne n'était pas parfaite, faisait son âge et n'était pas cohérente avec celle du Seigneur des Anneaux. Mais justement, pourquoi diable avoir traduit les noms propres, si ce n'est pas pour reprendre ceux du SdA ? On passe de Bilbo Baggins à Bilbo Bessac, alors que dans le SdA, c'est Bilbon Sacquet. Je suis même pas certain que ce soit pour des raisons de droits, en plus (ou si ça se trouve, c'est pour ça, mais alors c'est assez minable quand même).

* C'est comme les erreurs sur silicon et silicone en VO qui se traduisent respectivement par silicium et silicone en VF. Vous allez rire, mais je connais pas mal de collègues qui traduisent silicon par silicone. Je me demande si le processeur de leur ordinateur est fait en prothèse PIP, en tout cas il traduit à la Mas. Après, il y a des relectrices qui sont tanches, aussi : une fois, la relectrice d'un éditeur m'a changé un truc dans une bulle où il était question de "plastic", un explosif, bien entendu. Elle a corrigé en "plastique". Je ne travaille plus avec cet éditeur, depuis lors.

3 commentaires:

  1. De toute façon, Bilbon, je ne peux pas le sacquet...

    RépondreSupprimer
  2. De ce que j'avais lu c'est effectivement une question de droit, mais bon faut avouer que oui, c'est un peu pitoyable...

    RépondreSupprimer