lundi 22 août 2011

M'en fous, je vous emmerde et je rentre à ma maison !

Je note avec consternation que le DVD a rendu les studios fainéants. Dans le temps, les gens de chez Disney adaptaient les génériques de ses dessins animés pour y caler les titres français. Depuis que tout ça sort en DVD, ils se contentent de transcoder le master de l'édition US et d'y ajouter une piste son VF. On a donc la liste des gens qui font les voix US, mais pas celle des voix françaises. Je m'en suis avisé en mettant Bernard et Bianca à mes mômes, hier, un long métrage dont j'ai l'impression que l'édition DVD expurge un détail graveleux qui était pourtant assez sympa et dont je garde un souvenir ému, va falloir que j'enquête. Je m'étais remis au boulot, avec le film en fond sonore dans la pièce à côté, et c'est après coup que j'ai eu l'impression qu'il manquait trois à quatre secondes de métrage dans une scène cruciale (celle de "Mais Bernard, votre queue est toute ébouriffée !").

Par contre, il y avait un docu sur les voix françaises, alors l'honneur est sauf, avec interviews de Roger Carel et Perrette Pradier, deux grands du doublage. Et une petite featurette dont le récitatif était doublé par.... Grands dieux... Mais oui, on dirait bien un Christophe Lemoine qui cachetonne en nous livrant non pas un Samsagace sur le retour, mais bien un authentique Eric Cartman ironico-déglingué sous Prozac (ou Haldol, peut-être bien, je ne sais pas ce que son psy prescrit à Cartman, mais si j'étais le psy de Cartman, je le collerais sous Haldol d'emblée, avant d'aller me pendre) ce qui, dans un document promo d'un produit Disney, ne manque pas d'un certain cachet terroristo-mémétique (le terrorisme mémétique étant l'art de créer de subtiles dissonances cognitives à un niveau quasi-subliminal, je me fendrai un de ces jours d'une note détaillée à ce sujet).

Tenez, dans le genre dissonance cognitive qui met la cervelle en vrac, je viole sous vos yeux ébahis le secret de la correspondance privée en vous livrant un échange mailique de ce week end avec le mystérieux J.W., traducteur qu'on retrouve assez souvent dans nos illustrés préférés :

Jay : Authentique monologue intérieur de Peter Parker, dans Marvel Team-Up n°16 :
"Man, am I looking forward to this... Haven't seen a movie in so long, I probably couldn't tell Clint Eastwood from Linda Lovelace."
Et là je *sais* qu'on va s'en prendre à moi, qu'on va me dire : "Tu vas trop loin, Jéjé. Tu peux pas citer l'actrice de Gorge Profonde dans un comic book Marvel/Disney".
M-mais... m-mais c'est pas moi!! C'est Len Wein!! Je vous jure que j'y suis pour rieeeeeeen!!! (Boum, au cachot)

Les preuves existent
Les gens ont le droit de savoir

Moi : Sans déconner ?????
Là où Wein est terroriste, c'est que du coup, s'impose à l'esprit l'image de Clint se livrant à des actes à la Linda Lovelace.
Et là, c'est le drame.

Jay : - It can blow your head, clean off...!
- Oh, I know a lot about "blow" and "head", Inspector...

Forcément, en ouvrant ce dernier mail ce matin, j'ai éclaté d'un rire nerveux devant mon écran. Et mon fiston m'a demandé ce qui me faisait rire comme ça.

L'explication a été fuyante et tendue.




"Je suis pas 'trop grand', c'est juste ce monde qui n'est pas à ma mesure, connard."

Aucun commentaire: