Accéder au contenu principal

Plus à une nécronomiconnerie près

Je suis en pleine relecture d'une traduction terminée ce ouiquende, le Neonomicon d'Alan Moore et Jacen Burrows. Il m'aura donné bien du mal, ce bouquin. Pas particulièrement parce que c'est du Alan Moore (ce n'est jamais parfaitement facile, Alan Moore, mais il a une fluidité dans l'écriture qui rend son phrasé très accessible, et sous ce rapport, il me donne généralement moins de mal, sur le plan technique, que Brian Wood ou Mark Waid), mais parce que c'est un truc ultra référentiel.

Vous allez me dire, Moore, c'est toujours ultra référentiel, et vous aurez bien raison. Mais sur Top 10, par exemple, les références étaient essentiellement super-héroïques, et par profession, je baigne dans le jus super-héroïque 8 heures par jour (non, je ne vais pas au hammam avec Peter Parker, c'est juste que j'en traduits des quantités, de super-sliperies). Du coup, de la référence à Crisis ou à Galactus, c'est pas ultra difficile à débusquer. Dans Neonomicon (et son prologue The Courtyard), outre les jeux de double-sens habituels chez Moore, on a un jeu de référence constant à l'œuvre de Lovecraft et de ses petits copains.

Là se posent plusieurs problèmes imbriqués. Restituer les références à des titres ou à des passages connus de nouvelles Lovecraftiennes, c'est bien gentil, mais à partir de quelles traductions ? Rien que sur l'Appel de Cthulhu, je crois qu'il y en a quatre différentes. Et parfois, la référence marche aussi sur des assonances, et ça implique parfois de triturer un poil le texte pour restituer l'effet.

Et donc, on repart dans un bricolage, avec une ligne directrice, mais souffrant des exceptions. La ligne directrice, c'est déjà de me référer aux traductions classiques (Papy et Gilbert, notamment, dans le cas de l'appel de Cthulhu). à cela plusieurs raisons : primo, ce sont les plus diffusées (on ne compte plus les réimpressions de l'AdC dans la traduction de Claude Gilbert), et donc, si l'on veut faire fonctionner les références, autant le faire en collant à la version la plus connue (mais je trouve la traduction de l'expression "the stars are right" plus percutante chez Papy). Qui plus est, j'avais mis le nez dans le bouquin sorti il y a quelques temps chez Bragelonne, et si la traduction y est peut-être plus précise (j'ai pas été faire un contrôle approfondi), je trouve qu'elle perd sérieusement en patine, qu'elle passe un peu à côté de l'aspect désuet du langage des précédentes, que j'associe pour ma part au plaisir de la lecture lovecraftienne. Et pour avoir aussi beaucoup lu HPL dans le texte, le côté suranné de l'écriture est une composante intrinsèque de son style (ses contemporains le lui reprochaient d'ailleurs déjà il y a près d'un siècle). Je mets à part les traductions de David Camus chez Mnémos, sur lesquelles j'ai un a-priori favorable pour plein de raisons, mais que je n'ai pas eu l'occasion d'étudier.

Mais les références vont même plus loin. La biographie d'HPL est parfois mise à contribution, et son rapport aux choses et aux gens, dont le scénario prend d'ailleurs parfois un malin plaisir à prendre le contrepied. Donc avoir deux ou trois bios du bonhomme sous la main n'est pas un luxe.

Après, parlons du bouquin lui-même. C'est dessiné par Jacen Burrows, et même si je m'habitue, j'ai toujours du mal. Avatar recrute ses dessinateurs sur des critères qui ne sont pas les miens, et même si ça raconte bien l'histoire, c'est pas exactement ma tasse de thé (j'ai aussi beaucoup de mal avec Ryp, par exemple).

L'album comprend deux récits, une adaptation d'une nouvelle de Moore, puis une mini-série que Moore a écrite pour payer ses impôts (ou ses traites) (ou je ne sais plus quoi). Dit comme ça, ce n'est pas forcément engageant, mais du coup, le scénario va très efficacement à l'essentiel. Ça évoquerait presque du Warren Ellis, à la limite.

Et sur le fond, c'est vraiment brillant. Moore règle ses comptes avec Lovecraft, et ce qui est intéressant, c'est que le compte est débiteur d'un côté et créditeur de l'autre. Débiteur parce que Moore reconnait la dette que tout l'imaginaire fantastico-occulte a envers HPL. Même Watchmen, dans son final, a un moment purement Lovecraftien associant rêves, monstre indicible et folie. Créditeur parce que Moore ne fait pas l'impasse sur tous les aspects déplaisants du personnage : racisme, rapport névrotique à la sexualité, et qu'il a des façons astucieuses de l'intégrer au récit pour solder l'ardoise.

Et le concept que développe Moore pour expliquer l'invasion des monstres lovecraftiens dans un monde ou a existé une littérature lovecraftienne de fiction est tout à fait brillant. Il contredit assez les concepts que j'avais développés ici, mais force est de reconnaitre que c'est très malin, prenant ses concepts pourtant habituels d'ideaspace par un bout un peu inédit.

Chouette BD, donc, que les amateurs de Lovecraft (un peu avertis, quand même. Certaines scènes sont très, très explicites. et pas que dans le domaine tentaculeux) auront plaisir à lire. Et puis faut la lire, ouais, histoire que mes prises de tête et autres migraines sur la trad n'aient pas été en vain (j'en ai fait des cauchemars en cour de route, des trucs avec des bouquins étranges, des alignements d'étoiles brillant d'une lumière pas normale, des fonds marins et un accident de bagnole) (pas plaisant, quoi, les rêves, pour le coup).

Ça sortira en octobre chez Urban. Voilà, vous êtes prévenus !

Commentaires

Mamie a dit…
Je... je... Merci pour ce calembour !

*commence à économiser pour la sortie en octobre*
Anonyme a dit…
Hmm, sexualité névrotique, c'est peut-être un brin excessif, et ça me semble participer du fonds commun des légendes des premiers biographes, avec le reclus, l'homme qui vit la nuit, voire l'initié qui impartit ses connaissances. Le sexe semble ne jamais avoir beaucoup intéressé HPL, mais son épouse disait qu'il était un amant très convenable. J'ai l'impression qu'il devait plutôt tendre vers l'asexualité. Quant à ses attitudes misogynes, elle reflètent plutôt une conduite vieillotte qu'une vraie misogynie. Il a quand même été élevé par et a vécu essentiellement avec des femmes.

Posts les plus consultés de ce blog

À part l'appart

 Dans mon rêve de cette nuit, je venais de m'installer dans un vieil appart, dans un bâtiment de guingois, au fond d'une ruelle tortueuse. J'y accédais par un escalier branlant, et devais me contorsionner pour en passer la porte, pas du tout à mes dimensions, pour découvrir qu'une autre porte, bien plus grande, donnait dans l'escalier principal dont j'ignorais jusqu'alors l'existence, mais que l'agence ne m'avait probablement rien dit pour pas que je me mélange avec certains voisins. J'étais obligé de m'expliquer avec l'un d'entre eux, un petit vieux qui stockait ses bibles dépareillées chez moi et à qui je dus offrir une bière. À mesure que je prenais mes marques, je découvrais des pièces dont on m'avait caché l'existence. Le plafond du salon était fait de briques de verre dépoli, jointoyées au ciment opaque. Elles laissaient passer un peu de lumière, juste assez pour savoir quand quelqu'un se déplaçait au-dessus. On

Le voyage solaire du Chevalier Noir

Ce qu'on appelle le Voyage du Héros, ou plus improprement le « mono mythe » est un gabarit narratif dont le cinéma use et abuse, surtout quand il cherche à donner un tour épique à un récit. J'en ai déjà discuté longuement ici et là (voir mon bouquin Mythe et Super-héros , où j'évoque aussi le problème), mais autant préciser quand même de quoi l'on parle ici pour ceux qui ne connaîtraient pas. La bonne soupe de M. Campbell Tout part des études de Joseph Campbell, spécialiste de la mythologie qui repéra des parallélismes dans un grand nombre de sagas anciennes et autres mythes. Il n'est pas le seul à s'être livré à ce genre de comparaisons : Frazer et Dumézil restent des références dans le domaine. Mais Campbell dégagea un squelette de récit qui permettait de décrire et de raconter tous ces mythes.   Ninin-ninin-ninin-ninin-Bat-Maaaaaan ! Ce schéma est simple : nous avons un personnage bêtement normal qui est arraché à son quotidien par des

Passer notre ordi à la machine

 Bon, après quelques années à maintenir mon ancien ordi sous perfusion (le pauvre avait dix ans et tirait sérieusement la gueule), j'ai fini par me rééquiper. Et j'ai fait le grand saut. Constatant que chaque mise à jour majeure de Mac OS me faisait regretter les précédentes, que les nouvelles configurations Apple n'étaient pas extraordinaires par rapport à mes besoins, et qu'il n'était toujours pas question que je passe sous Windows, j'ai été me faire assembler une machine à mes cotes chez un professionnel du coin, avec Linux dessus. Une fois tout bon bazar sauvegardé, j'ai pu mettre en route. Et force est de constater que ça me change la vie. La nouvelle machine réagit au quart de tour, tout est beaucoup plus fluide. Je vais pouvoir me remettre à ma chaine Youtube, d'ailleurs (le montage était un calvaire avec mon ancienne config). Bémol, j'ai plein de raccourcis clavier à réapprendre, mais ça viendra, et il n'a pas été possible de transférer m

Sonja la rousse, Sonja belle et farouche, ta vie a le goût d'aventure

 Je m'avise que ça fait bien des lunes que je ne m'étais pas penché sur une adaptation de Robert E. Howard au cinoche. Peut-être est-ce à cause du décès de Frank Thorne, que j'évoquais dernièrement chez Jonah J. Monsieur Bruce , ou parce que j'ai lu ou relu pas mal d'histoires de Sonja, j'en causais par exemple en juillet dernier , ou bien parce que quelqu'un a évoqué la bande-son d'Ennio Morricone, mais j'ai enfin vu Red Sonja , le film, sorti sous nos latitudes sous le titre Kalidor, la légende du talisman .   On va parler de ça, aujourd'hui Sortant d'une période de rush en termes de boulot, réfléchissant depuis la sortie de ma vidéo sur le slip en fourrure de Conan à comment lui donner une suite consacrée au bikini en fer de Sonja, j'ai fini par redescendre dans les enfers cinématographiques des adaptations howardiennes. Celle-ci a un statut tout particulier, puisque Red Sonja n'est pas à proprement parler une création de Robert H

Tombé du ciel

 Je profite d'une collision de calendrier pour évoquer à nouveau le vol spatial. Hier, l'astronaute français Thomas Pesquet à rallié l'ISS à bord d'une capsule Crew Dragon de la société Space X. C'était son deuxième voyage en orbite, et le premier vol habité d'une capsule recyclée. Nous entrons petit à petit dans l'ère de l'espace low-cost (toutes proportions gardées bien sûr : ce genre d'expédition continue à coûter une blinde, mais les prix d'envoi d'un kilo de cosmonaute là-haut s'effondrent néanmoins). Hier marquait également le triste anniversaire du crash de Vladimir Komarov à bord de Soyouz 1. La capsule, toute nouvelle, n'était pas encore totalement au point (il y aura un autre drame quelques années plus tard, tuant trois occupant de Soyouz 11 de retour de la première station spatiale). Soyouz, c'est justement le véhicule qu'avait employé Pesquet lors de son vol précédent, et ce système (fusée + capsule) est le cheval

Writever mai, part 1

 Nouvelle fournée de micro-nouvelles, décidément un exercice qui me fait du bien. Par ailleurs, je bouillonne de projets d'écriture, en ce moment, dont des choses à quatre mains dont je vous reparlerai peut-être bientôt. Et deux nouvelles sont sorties ce mois-ci, "Cuisines de la Terre lointaine", dans l'anthologie Marmites & Micro-ondes aux éditions Gephyre , et "L'abomination du Confluent", disponible gratuitement dans l'anthologie Etranges Provinces de l'association Miskatonic .   1/Compte à rebours 3… 2… 1… Zéro ! La sonde se met en mouvement pour quitter l'orbite et traverser la porte stellaire s'ouvrant à l'instant t. Elle est aspirée et disparait. Au sol, le général reprend le décompte. Il sait qu'elle ressortira dans 17 secondes, affreusement transformée.   2/Studio Il appréhendait toujours le moment d'entrer en studio. Vêtu du collant bardé de réflecteur il se plaça devant les capteurs, les laissa prendre ses mesur

Writever Mars, part 2

Peu de posts sur la War Zone ce mois-ci, plusieurs facteurs m'ayant amené à me concentrer sur une grosse traduction et divers boulots rédactionnels dont je vous parlerai bientôt. De même, j'ai levé le pied sur les vidéos, mais la prochaine arrive bientôt, et c'est un nouveau format ! 16/Rayon Tous les relevés étaient formels, la circonférence de la planète Yuggoth ne valait pas 2πR. C'était le premier monde non euclidien répertorié.   17/Guerre Ils étaient partis au combat la fleur au mousquet. Après tout, leur avait-on dit, la survie du royaume en dépendait. La bataille leur fut fatale. Pourtant, suite à sa politique diplomatique habile menée en coulisses, le royaume perdura trois siècles encore.   18/Glace Le Pan-galactic Ice Bar servait 14.476.217 parfums de glace différents afin d'accommoder tous les palais, même ceux des Schrlogs de Betelgeuse. Seuls les hipsters parisiens faisaient la moue, arrivant toujours avec de nouvelles demandes improbables.   19/Masse L