jeudi 15 mars 2018

Bat-fiches

J'en ai déjà causé à plusieurs reprises par ici, je suis consultant en Batman pour le jeu de plateau Batman : Gotham City Chronicles édité par Monolith et qui sort l'an prochain (et fait l'objet d'un kickstarter qui approche des 3 millions de dollars, là).



En quoi ça consiste, au juste ? Eh bien à plus ou moins valider le matos de jeu (mais il y a assez de fans de comics dans l'équipe pour que cette partie là soit assez pépère) et à produire les fiches concernant les personnages jouables.

Et là, ça pose plusieurs problèmes intéressants, et c'est précisément de ça que je comptais vous causer aujourd'hui. Car si tout le monde connaît à peu près Batman ou le Joker, et qu'à la limite on pourrait se passer de fiches les concernant, il est déjà plus délicat de s'y retrouver dans les nombreux Robin et Batgirl, par exemple. Et donc, on est amené à faire une fiche pour Cassandra Cain, Barbara Gordon ou Damian Wayne afin d'expliquer d'où ils sortent, ce dont ils sont capables et qui ils sont dans le fond. Pour quelqu'un qui traduit du DC Comics depuis 18 ans ou presque, et en lit depuis… pfouuu… une quarantaine d'années… ça ne présente pas de difficulté particulière, bien sûr.

Mais… Mais l'univers DC est difficile en soi. Si le jeu ne présente pas de version "pré Crisis" des personnages (et Batman n'a pas été aussi impacté par l'événement de 86 que ne l'ont été Superman et Wonder Woman), il y a un certain nombre de figurines qui relèvent de l'avant "Flashpoint" ou du "New 52". Vous avez l'impression de patauger, d'un coup ? C'est normal. Car DC Comics a rebooté son univers il y a quelques années, et modernisé plein de personnages. Le Sphinx de maintenant n'a plus grand-chose à voir avec celui d'il y a dix ou vingt ans.

Alors si le personnage dispose de deux figurines, c'est simple : on fait deux fiches.

D'autres personnages ont évolué notablement, mais sans changer particulièrement d'apparence. C'est le cas par exemple du Commissaire Gordon. Il n'a qu'une figurine. Rédiger sa fiche, c'est donc jongler avec les deux versions, en ne mettant en avant que les éléments communs aux deux, ou ceux qui sont suffisamment passés sous silence dans une des versions pour qu'on puisse les évoquer sans se heurter à une contradiction frontale. Ça, c'est un peu plus délicat à travailler, donc. Surtout pour des personnages qui en plus sont bien connus du public via les versions ciné ou dessin animé, version qui peuvent elles aussi présenter des points de divergence avec les comics. Alors comme les droits auxquels se raccroche le jeu sont ceux des BD, je ne suis pas censé avoir à me préoccuper des versions sur écran, mais je dois partir du principe qu'une portion conséquente des joueurs ne connait que celles-là, et autant ne pas les heurter quand je peux l'éviter.

Dernier point, il s'agit de fiches dans un manuel de règles du jeu. Règles qui, pour pouvoir parer à toute situation, sont parties pour être conséquentes (les mécanismes du jeu sont relativement simples, mais peuvent générer des configurations qui le sont moins). Infliger au joueur des tartines sur des personnages parfois obscurs, ce serait contre-productif. Mes fiches se doivent donc d'être le plus synthétiques possible. Une dizaine de lignes tout au plus, permettant de faire connaissance avec le personnage. Au pire, pour ceux qui voudraient approfondir, des BD comme Silence ou Long Halloween sont disponibles, et mettent en scène une partie conséquente de l'immense galerie de personnages secondaires accumulée par Batman au fil des décennies. (Silence fait d'ailleurs partie des références visuelles assumées des sculpteurs des figurines, avec le run de Snyder et Capulo).

Voilà, c'était mon mini making of, me permettant d'expliciter un peu ma philosophie quand j'aborde ce genre de boulots.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je testerais bien ce jeux à l'occasion, si c'est possible.
J'ai une expertise dans ce domaine, nous sommes complémentaires.

Krka