vendredi 18 novembre 2016

Einstürzende Mecha Nihon Go

Ça fait plusieurs jours que j'avais envie de vous asséner un texte sur la perte de légitimité des politiques, leur démonétisation foncière, en prenant comme exemple probant la mayonnaise Macron que les médias tentent de monter avec une absence de subtilité qui forcerait l'admiration si elle n'horrifiait pas par son cynisme intégral. En parallèle, la primaire RPR UMP LR signe l'incapacité à faire émerger une figure d'auctoritas (au sens latin du terme) indiscutable : Juppé est celui qui en semble le moins loin, mais ça présuppose d'oublier la façon dont il avait été sorti à coups de pompes au cul il y a une petite vingtaine d'années, sans même parler de son casier. Et à Gauche, n'en parlons même pas. La récente réponse de Cazeneuve sur le fichier nazi des gens honnêtes, dans laquelle il expliquait doctement qu'il ne pouvait pas être détourné de ses objectifs premiers par un gouvernement malintentionné, et que de toute façon les gens n'avaient qu'à bien voter a un côté complètement glaçant.

J'aurais pu gloser en comparant la situation actuelle à la fin de la République romaine (élite empêtrée dans des affaires, luttes fratricides, incapacité à gérer les marges traitées de façon condescendante, tentation des figures autoritaires), mais j'ai la flemme de développer.

Du coup, je préfère vous filer le lien d'une chaîne Youtube japonaise, celle d'un projet rigolo : transformer les PME/PMI de l'archipel nippon en art, via la musique industrielle. Une série de clips assez fascinants, quasi hypnotiques, sur une musique qui me plait bien. C'est pas Montebourg qui aurait proposé un truc pareil, tiens. Et voilà qu'on retombe dans la politique. Et merde.


Aucun commentaire: