mardi 10 janvier 2012

And more, much more than this (air connu)

Tout en jonglant avec les boulots, les obligations familiales diverses, les réponses à des questions épineuses de collègues traducteurs (là, je viens de répondre à un truc sur les couilles de chats et les cacas de chiens, dont un confrère avait besoin pour une traduction, on fait un métier vraiment exaltant) et les besoins plus terre à terre (cette agaçante manie qu'a mon corps de réclamer quelques heures de sommeil de façon régulière, par exemple. qu'est-ce que c'est contre-productif. en plus je fais des rêves confondants de stupidité, en ce moment. j'ai rêvé que Jean-François Copé était ministre de la Défense, l'autre nuit, par exemple, le truc grotesque, un mec qui n'a jamais servi à rien de constructif ni d'utile à la communauté, à un poste régalien de ce type ? Ridicule. Bon, je rêvais aussi que les chars tombaient en panne les uns après les autres et s'affaissaient mollement comme des méduses en train de mourir, c'était presque poétique. enfin bref, ça n'a aucune espèce d'intérêt, en fait).

Mais, entre des volées de pages de traduction, j'arrive à prendre des notes (en écoutant du Johnny Cash, c'est la faute au pote qui m'a envoyé l'extraordinaire clip de sa reprise de Hurt, et des tas de versions de Riders in the Sky) sur des projets persos dont je n'aurai le temps de rien faire avant longtemps. Un western fantastique, notamment, avec un personnage principal pas mal, ça pourrait faire une série sympa. Quand j'aurai le temps de l'écrire. C'est mal barré.

(tenez, celle-ci n'est pas la meilleure*, ni la plus originale, mais elle me fait rire)








*Et avant que tonton Rag ne vienne me pourrir en commentaire, la meilleure, c'est celle de Tex Bernie, on est bien d'accord.

3 commentaires:

  1. En plus, les pochettes de disques de Tex étaient dignes d'intérêt.

    RépondreSupprimer
  2. " - là, je viens de répondre à un truc sur les couilles de chats et les cacas de chiens..."
    " - j'ai rêvé que Jean-François Copé était ministre de la Défense..."

    Il se dégage une certaine constance dans les thématiques.

    RépondreSupprimer
  3. et encore, je n'ai pas parlé de Mme Morano. ça aurait été vulgaire.

    RépondreSupprimer