vendredi 13 août 2010

Beware the blob

La perversion alimentaire prend parfois des allures d'apostolat suicidaire. Que ce soit en termes de picole ou de bouffe, il m'arrive de taper dans le bizarre et de tenter des expériences qui tétaniseraient d'effroi une créature lovecraftienne.

Comme on a les amis qu'on mérite, et que j'ai dû commettre des ignominies sans nom dans une vie antérieure, certain de mes amis, camarades et autres proches ont aussi leur bouffées culinaro-délirantes.

C'est ainsi que certain libraire sévissant dans une grande enseigne vendant de la culture neuve et d'occasion dans le quartier étudiant de Paris m'a initié à toutes sortes de pickles qui arrachent la gueule et à des boissons polonaises que même les Polonaises évitent de prendre au petit déjeuner. C'est aussi ce douteux personnage (ou un ami commun exilé, je ne sais plus, il y a des traumas que l'esprit humain tente miséricordieusement de brouiller) qui m'avait fait découvrir la pâte à tartiner au speculoos. Celle dont un savant calcul m'avait permis de déterminer que si Elvis avait remplacé son beurre de cacahouètes par ce truc, il serait probablement mort en 72 au lieu de 77. C'est ce produit venu du Nord que mon fiston appelle "Nutella Harkonnen", en hommage à l' embonpoint du Baron du même nom et à ses habitudes de vie quelque peu déviantes.

Depuis cette découverte, j'avais eu une sorte de prise de conscience de mes limites bêtement humaines. Je savais que j'avais été trop loin. Que certaines choses n'étaient pas faites pour qu'on les approfondisse. Hormis quelques écarts véniels avec des cacahuètes au wasabi, ou des alcools exotiques, j'avais essayé de mener une vie chaste, presque prude, sur le plan culinaire, me cantonnant à des excès normaux, comme la mascarpone à la petite cuiller (saupoudrée de sucre, cannelle et cardamome, ou de coulis de caramel au rhum, selon l'humeur). Tel un héros fatigué raccrochant ses éperons au porte-manteau de la vie, je m'étais rangé.

Et puis des collègues traducteurs (des métèques aux origines curieuses, un russo-belfortain et un anglo-alsacien, vous voyez le genre, les serbo-versaillais de souche comme moi ne devraient pas se mélanger avec des gens pareils) ont titillé le démon, en me parlant de rituels blasphématoires opérés à l'aide du Marmite, cette mythique pâte à la levure consommée en Biflandie et dépendances. Sentant monter des besoins contre-nature, il a fallu que je bande toute la force de mon adamantine volonté pour résister à l'appel du Marmite, quand j'en vis une pile, dans le rayon "produits du monde" de la grande surface locale. Les petits pots au contenu malfaisant m'appelaient jusqu'aux tréfonds de mon âme. Mais pour le salut de mon âme, justement, je préférais ne pas savoir. Il y a des chose qui sont trop déviantes pour l'homme, et que je préfère laisser aux outre-manchais qui les ont appelées en ce monde.

Tout à ma lutte intérieure, je dus un instant me retenir au rayonnage pour ne pas défaillir.

"Et là, c'est le drame."

Ma main s'est abattue sur un pot à l'aspect innocent et à la couleur pimpante, et j'ai découvert le Fluff.

Mon âme vient de plonger dans des tourments infernaux bien pire encore que tous ceux que pouvait annoncer le diabolique Marmite.

Fluff... Un mot qui en dit long.

Comment décrire la chose ? C'est annoncé comme une pâte à tartiner au marshmallow. J'ai pris un pot aromatisé à la fraise. C'est pâteux, extrêmement collant, rose et vaguement mousseux. L'ensemble dégage une impression parfaitement, exclusivement et fondamentalement chimique. Et je crains fort que ce ne soit extrêmement addictif.

Pis encore, l'étiquette indique une recette facile à faire soi-même impliquant la chose. Mélangez à part égale avec de la margarine, passez-le tout au micro-ondes à pleine puissance, et versez le résultat encore bouillonnant sur vos céréales de petit déjeuner (un de mes informateurs, que pris de panique, j'avais contacté, m'a parlé d'une étiquette, aperçue jadis, donnant une recette de croque-monsieur Fluff/beurre de cacahuète, mais rien que de taper ces mots à la file, une partie de mon foie vient de se liquéfier).

Priez, mes bien chers frères. Priez pour le repos de mon âme et de mon estomac.

Le mal a un nom. Et une texture. Et un goût sucré, et...

Je...

AAAAAAAARGH !

18 commentaires:

  1. Pour en revenir au Marmite... Touche pas à cette saloperie, mec. J'ai connu un mec qui disait que parfois il s'en faisait un sandwich pour tout déjeuner. Ca s'est soldé par un malaise cardiaque et des médecins qui l'obligent à arrêter de fumer. Mais je suis con, tu le connais.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'imagine bien aux marmiteux anonymes, tiens...

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, accessoirement j'ai ramené quelques aberrations de mon voyage en Ecosse, principalement à base de whisky d'ailleurs...

    Mais faut que tu me montres le Fluff ! ^^ Je suis curieux... et pervers... surtout pervers en fait.

    RépondreSupprimer
  4. Je voulais perdre 1 kg, cette semaine. Après avoir essayé le petit-déj au beurre de cacahuète + confiture de rhubarbe & gingembre, je vais devoir en perdre 2, la semaine prochaine. Merci, le Russo-Belfortain !

    RépondreSupprimer
  5. Le Fluff, j'y ai pensé dès que tu as parlé de la pâte à tartiner au beurre de cacahuète. ;) Yep, c'est super space. :) M'enfin bon, niveau addictivité, si tu surveilles ton poids, tu comprends assez vite qu'il faut arrêter. ;)

    RépondreSupprimer
  6. oh, je viens de recevoir ce petit mot d'un lecteur de Boston :

    "Stay away from the Fluff!!
    don't taste it, don't toutch it don't even look at it! or it will be your doom!
    beu c'est vrai que dans ton cas.....le diable c'est deja fait un petit nid douillet dans replis cache de ton ame..."

    RépondreSupprimer
  7. Attendez, attendez ! ... Attendez.

    Monsieur Uriel parle "d'aberrations à base de whisky".

    Attendez, parce que c'est important.

    Il parle de pâtes à tartiner ?

    Il est donc techniquement possible de mettre du whisky dans son sandwich sans qu'il soit trempé ?

    Et personne ne m'a rien dit ?

    ... Mais MERDE, à la fin !!!

    RépondreSupprimer
  8. Pas tout à fait pâte à tartiner, mais une marmelade d'orange bien imbibée avec du Auchentoshan, oui ^^ J'ai aussi une pamplemousse+citron au Glengoyne qui est pas dégueu... Mais le must reste les fudges au whisky, ça je me régale carrément ! ^^

    RépondreSupprimer
  9. Qui a laissé sortir JayWhisky ?


    O.

    RépondreSupprimer
  10. Le "fluff" me fait penser à ce film de SF de 1985 (je crois) qui mettait en scène le "Stuff", un genre de yaourt blanc et pâteux, marshmallowesque et blobbien...

    Justement, ledit yaourt était en fait des morceaux d'un blob extraterrestre tombé sur Terre, et ceux qui en mangeaient non seulement tombaient accrocs, mais aussi étaient possédés par l'alien, lui constituant une armée de fidèles laquais.

    Le film s'appelle d'ailleurs "The Stuff"... Mais tu le savais, bien sûr.

    Sinon, il y a aussi Smucker's Goober (encore un nom qui en dit long...)

    http://www.smuckers.com/products/category.aspx?groupId=2&categoryId=4

    RépondreSupprimer
  11. Bon, ben, mes gamins ont déniché du beurre caramélisé.
    Moins alcoolisé.
    Mais ça a l'air redoutable...

    RépondreSupprimer
  12. Ah on me l'avait pas faite depuis la sixième, celle-là...!

    (... en fait, je mens. On me la fait tout le temps. De plus en plus avec l'âge.)

    RépondreSupprimer
  13. El, figure-toi que non, je ne connaissais pas ce film. ni le smucker's goober (et j'ose pas aller voir, ça fait PEUR).


    Et Jay, avoue qu'avec tes habitudes de conso, tu cherches pas du tout à ce qu'on fasse le rapprochement, non non non...

    Quand aux curieux, notez que c'est Uriel qui m'avait initié à l'Advocat (orthographe non contractuelle), une liqueur de jaune d'oeuf que je ne peux que décrire en évoquant une danette à la vanille qui serait fortement alcoolisée, inutile de dire que c'est génial.

    RépondreSupprimer
  14. Pour info, le film "The Stuff" est un excellent nanar des eighties, assez jouissif, à la fois sur le thème de la conspiration des "body-snatchers" et sur celui de la drogue, avec des personnages parfois réjouissants... Le colonel psychopathe d'une armée parallèle mercenaire qui se voit déjà sauver du monde et diuctateur en chef, le black bizarre de service, l'ado niais... Bref.

    Quant au fameux Goober, c'est un mélange de beurre de cacahuète et de gelée de fruit (raisin ou fraise, selon les goûts) bien chimique...

    Non pas intégrés, mais injectés en spirale, comme marbrés et enroulés en double hélice dans le même pot... Le tout évidemment sursaturé en sucre.

    Cette espèce d'ADN alien a été conçu spécialement pour ceux qui ont l'habitude de manger des sandwiches au beurre de cacahuète et à la confiture : deux en un, c'est plus malin...

    Il n'y a que les américains et les Nikolavitch pour promouvoir un marché pareil.

    Ahem.

    A ne pas donner à vos enfants si vous avez peur qu'ils soient encore plus hyperactifs que d'habitude.

    RépondreSupprimer
  15. Hmmm... je crois savoir comment faire du fudge au whisky maison.

    Bonne idée.
    Bougez pas.

    D'ailleurs le mot pour confirmer mon message est "throb".


    O.

    RépondreSupprimer
  16. Miam ! Ton article donne faim *_*.

    D'ailleurs, pour un catalogue ludique de trucs rigolos à manger, il y a le manga Moyashimon - décliné en série animé et live.
    Outre le traditionnel et délicieux natto, dans les curiosités issues de la fermentation et de l'activité frénétique de petites bactéries toutes mimis, il y a le surströmmning.
    C'est une spécialité suédoise à base de hareng mis dans une boite extensible puisque la fermantation continue. Il faut l'ouvrir sous l'eau à cause des projections et il est conseillé de le manger à l'extérieur.

    Je rêve de goûter !

    RépondreSupprimer
  17. Miam ! Ton article donne faim *_*.

    D'ailleurs, pour un catalogue ludique de trucs rigolos à manger, il y a le manga Moyashimon - décliné en série animé et live.
    Outre le traditionnel et délicieux natto, dans les curiosités issues de la fermentation et de l'activité frénétique de petites bactéries toutes mimis, il y a le surströmmning.
    C'est une spécialité suédoise à base de hareng mis dans une boite extensible puisque la fermantation continue. Il faut l'ouvrir sous l'eau à cause des projections et il est conseillé de le manger à l'extérieur.

    Je rêve de goûter !

    RépondreSupprimer
  18. Tiens, au fait, à propos d'horreurs molles et blobesques...

    C'est pas l'anniversaire de H.P. Lovecraft, demain ? Enfin, le 20 Août, quoi...

    RépondreSupprimer