Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2010

Bon, ben c'est pas tout ça...

Mais j'ai bien l'impression que 2010 ne passera pas l'hiver.

Je pense donc qu'il est temps de passer à autre chose. L'an a vécu ce que vivent les ans, le temps d'un printemps et des saisons connexes, il faut s'y faire, et le voilà qui tire sa révérence sous les flonflons et la préparation intensive de crises de foie homériques.

Bien entendu, c'est pile juste avant le réveillon que j'ai eu une fuite et qu'il a fallu que je file chez Casto pour choper la pièce pour la réparer. Je note que tous les gens qui étaient dans le Casto avaient l'air dans le même état de stress que moi, sentant bien que s'ils ne trouvaient pas rapido une solution technique, le passage à 2011 s'effectuerait la clé à molette à la main, alors que normalement ça se fait avec le tortillon qui fait pouet quand on souffle dedans. Bon, réussi à contenir les dégâts. Je finirai la réparation demain, si je suis d'humeur.

Quant à vous, j'espère que vous ne lirez ce te…

Variousse niouzes

Bon, après quelques jours de pause pendant les fêtes, me voilà de retour. J'en ai profité pour me reposer, pour avancer des trucs très en retard, et pour bouquiner un peu.

C'est comme ça que j'ai un peu creusé la légende de Cuchulainn, un héros celtique des temps anciens. Je connaissais mal, je savais juste qu'il avait eu de gros soucis avec la Morrigane. Là, j'ai découverte sa fin : cerné d'ennemis, déjà transpercé de plusieurs coups de lance, il s'est adossé à un menhir, s'y est attaché avec sa ceinture en hurlant "je veux mourir debout !" et a attendu la charge finale une épée dans chaque main. C'est pas mal, je trouve, Mel Gibson dans Braveheart fait petit joueur, à côté. C'est bien épique, bien badass, comme on dit de nos jours. Les héros celtiques gagnent à être connus.

J'ai bossé aussi à l'iconographie de mon bouquin sur les super-héros, aussi. Là, je suis content, j'ai trouvé une page de Batman par Dick Spr…

Grelots, houx et autres décorations saisonnières

Bon, je vois que le 24 tombe un 24, cette année, et donc que c'est Noël ce soir (en tout cas, Noël pour les cochons de papistes occidentaux qui ne savent pas qu'en vrai, chez les gens sérieux, ça tombe début janvier)(m'en fous, ça me donne une occasion supplémentaire de m'en mettre plein la lampe*. par ce froid, c'est pas négligeable).

Je souhaite donc un joyeux Noël à tous mes amis cochons de papistes et assimilés, parce que je ne suis pas sectaire, hein, manquerait plus que ça. Bon Noël au papa Noël des pubs Coca Cola (qui a quand même un teint rubicond qui conduit à s'interroger sur le contenu de ses bouteilles). Bonne fête du Sol Invictus à tous mes amis néo-païens, voire même archéo-païens s'il y en a. Bonne fin d'année festive à tous les laïcs qui ont quand même quelques bonnes bouteilles au frais, et mes amitiés quand même à tous les autres, y compris à ceux que je serais foutu d'oublier, par la faute des dites bonnes bouteilles. Parce que bon…

La courte vue n'est pas le monopole des courts sur pattes

Oui, parce que pour une fois, notre Petit Mamamouchi national n'est pas seul responsable des problèmes du pays. Là, c'est plutôt une forme de myopie collective des décideurs qui me conduit à me caresser la barbe d'un air pensif.

Deux affaires ont coup sur coup posé la question du contrôle des substances chimiques et pharmaceutiques, celle du Mediator et celle des tapis-puzzle. Comme, sur le Mediator, certaines alertes semblent avoir été données il y a longtemps, ça permet aux décideurs actuels de se défausser avec élégance sur leurs prédécesseurs. Mais l'affaire des tapis-puzzle montre que les mêmes processus sont encore à l'œuvre.

L'affaire des tapis-puzzle, c'est la découverte que des agents ajoutés aux plastique pour l'assouplir peuvent avoir des effets délétères sur la santé, surtout quand l'usager numéro un est un nourrisson. Les produits concernés sont donc retirés de la vente pour enquête complémentaire. C'est louable. Frédéric Lefebvre est…

Ecritures, majuscules et paroles

Borges est un auteur auquel je reviens régulièrement. S'il est souvent jugé aride par ceux qui l'approchent une première fois, la fréquentation assidue de sa prose (et parfois de ses vers) est riche de plaisirs métaphysiques intenses.

J'ai épluché des dizaines de fois certains de ses recueils, comme Fictions ou Enquêtes. D'autres, découverts parfois plus tard, m'ont moins marqué. L'Aleph est un de ceux-là, relu moins souvent. Mais néanmoins, un des textes qu'il contenait m'avait particulièrement frappé, et je l'ai relu récemment avec plaisir : l'écriture de Dieu. C'est un texte crépusculaire, l'histoire d'un prêtre aztèque prisonnier des Espagnols, dont la cellule jouxte celle d'un jaguar. Se souvenant d'une ancienne légende évoquant un message laissé par son dieu, une formule magique de toute puissance, il puise dans ses souvenirs pour trouver l'endroit où elle a pu être écrite. Puis finit par s'aviser que le dieu y a…

Dernière minute

On vient de m'annoncer la mort de Jean Rollin.

Je viens vous en parler ici parce que, dans les morts cinématographiques, elle va immanquablement être éclipsée par celle de Blake Edwards.

Jean Rollin, pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est -c'était- une sorte de phénomène innexpliqué du cinéma français, un homme qui a patiemment labouré le même sillon narratif des années durant. Rollin, c'est Bunuel qui se serait pris pour le fils de Jesus Franco et d'Eric Rohmer, ou l'inverse, ce sont d'improbables films de vampires à l'érotisme étrange et à la narration complètement éthérée, ces longs plans séquence, ces mêmes brise-lames battus par les flots sur une morne plage qu'on retrouve d'un film à l'autre… C'est bizarrement fascinant et hypnotique, c'est un plaisir diffus qui se mérite.

Si vous n'avez jamais scotché devant un film de Jean Rollin, fin bourré à deux heures du matin, vous ne pouvez pas comprendre ce que je ressens ce soir.

On se calme et on boit frais à Berchtesgaden

On le sait, à un moment où la neige risque de nous retomber dessus et de générer encore des tas d'embarras, voire de la pagaille, au point que certains se demande si l'ex gouverneuse de l'Alaska n'est pas la personne la plus qualifiée pour nous sauver (ou qu'en tout cas, elle ne pourra pas être pire que nos gouvernants à nous), il est utile de rappeler que le co-voiturage est déjà un début de solution au problème des bouchons. Mais sachez-le, le co-voiturage n'est même pas une invention récente, comme le démontre le document ci-dessous :




De nos jours, une telle campagne serait totalement non envisageable. Eric Besson et Brice Hortefeux se sentiraient visés à cause de leur voiture de fonction, et maintenant que Frédéric Lefebvre est trop occupé à confisquer des tapis-puzzles pour monter au créneau, ils n'ont plus personne pour les défendre. à part Nadine Morano. Et être défendu par Nadine Morano, je ne le souhaite à personne, par pure charité. Je ne déteste p…

The horror, the horror

On le sait, le spam (ou "pourriel", en bon Français), c'est mal. Ça envahit nos boites mail en nous promettant monts et merveilles, d'assurances auto pas chères (j'ai pas d'auto), de mutuelles avantageuses (je suis satisfait de la mienne, et j'ai pas confiance dans des trucs basés Dieu sait où), de pilules à faire pousser la bite (euh...), de logiciels soit disant légaux à pas cher hébergés sur des serveurs en Sibérie (que du Windows, donc je suis pas concerné non plus, et puis bon, des serveurs russes, j'ai tendance à me méfier, on se demande pourquoi), de propositions de veuves/filles/arrière cousines de dictateurs en fuite pour faire sortir du pognon d'Afrique (l'Afrique n'a déjà pas assez pognon, je vais pas encore leur en soutirer, j'ai des principes), des invitations Fesses-Boucs (vous connaissez mon amour immodéré pour cet engin), etc.

Depuis le temps, mon logiciel de messagerie a appris a repérer tout ce fatras et à le zapper di…

Le monde comme il va

Aujourd'hui, parce que c'est dimanche, la War Zone va, sous vos applaudissements nourris vous révéler deux documents étonnants qui éclairent d'un jour étrange la marche de monde sur lequel on a généralement les pieds dessus, sauf quand on prend l'avion.



Celui-ci nous vient du Mexique, une manifestation de soutient à Julian "Couilles de Tonnerre" Assange, l'homme par qui Wikileaks arrive, devant l'ambassade Britannique à Mexico. Vous noterez qu'avec un mois et six jours (le document date d'hier) de retard, les manifestants portent un masque de Guy Fawkes, le catholique qui avait tenté de faire sauter le Parlement à Londres. C'est aussi, et surtout, une référence à V pour vendetta, chef d'œuvre bédéistique dont l'excellente traduction est disponible dans toutes les bonnes librairies. Là où c'est vertigineux, c'est que la manifestation géante de gens portant le masque de V/Guy Fawkes n'existe pas dans la BD, mais uniqueme…

Règles de bon usage

Je ne crois pas vous en avoir parlé avant, mais à titre personnel, je milite contre l'utilisation du terme "pouf" pour dire salope. Parce que j'aime bien les poufs. C'est confortable et cosy, dans un intérieur, surtout un pouf un peu mou, genre en cuir. Alors c'est dégradant pour ce noble ustensile de faire de son nom une insulte sexiste.

Alors que "pouffe" pour désigner une grognasse, là, d'accord. La nuance est subtile, mais elle a son importance. C'est là-dessus qu'on peut faire la différence entre quelqu'un de bien éduqué et un branlouze*.

C'est comme les gens qui écrivent "vioc" pour "vioque". Je supporte pas. C'est intolérable. Ou "barjo" à la place de "bargeot". Horrible. On sait que les gens ne savent plus parler la langue, mais il ne savent plus l'écrire non plus. Ces saloperies de SMS ont tout corrompu. Miserere nobis. Nous devons défendre la pureté de la langue, sans charre…

Un vent de Sibérie souffle sur les BM

Ce matin, quand je suis allé au courrier, il faisait plutôt beau. Pas radieux, hein, mais plutôt beau, ce qui par les temps qui courent est déjà pas si mal.

Le temps de manger, pouf, terminé, tout est couvert de neige et ça pèle. Et il a fallu que je ressorte pour aller au courrier, vu qu'il n'était pas encore passé quand il faisait beau. Pas conciliant, le facteur. Il m'a obligé à aller crapahuter dans la neige et la bouillasse. Et d'ailleurs, il aurait fait sa tournée plus tôt, il aurait échappé lui aussi à la neige et à la bouillasse. Le voilà bien puni, et par là où il avait péché, en plus. Dehors, tout est blanc. Les bagnoles sont recouvertes de poudreuse et perdent leurs forme, se transformant en tertres blancs le long de la route, comme un alignement de tombes de grognards le long des trajets de la Retraite de Russie.

Pas un temps à mettre un Nikolavitch dehors, quoi. J'ai encore froid au pied d'être allé au courrier. Pour récupérer un catalogue et deux re…

Wookie-leak, c'est quand Chewbacca va au petit coin ?

Je repensais à l'histoire de Julian "couille de tonnerre" Assange, à son mandat d'arrêt international pour une histoire de fesse douteuse, alors qu'il venait de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière diplomatique.

Que reproche-t-on au juste à WikiLeaks ? De révéler tout haut que ce que les diplomates disaient tout bas dans le dos des dirigeants du monde. On n'avait pas besoin de WikiLeaks pour savoir que Berlusconi était taré, Sarkozy en plein ego-trip maniaco-dépressif, que l'Iran chiite faisait flipper toutes les pétro-monarchies sunnites, etc. Mais dans les chancelleries, on affectait d'employer un langage plus feutré, pour éviter que quiconque ne perde la face. La diplomatie internationale est le règne de l'hypocrisie, ça fait partie du jeu. Et les fuites de documents diplomatiques sur WikiLeaks semblaient annoncer la fin du règne de l'hypocrisie en politique internationale. On se disait : maintenant, le peuple sait que c'est …

Une machine à transformer soi-même les chanteuses en saucisses, c'est un Herta-kit ?

En fait, c'était juste pour vous refourguer une citation de Clint Eastwood que j'ai retrouvée dans mes archives.

"Cela aurait pu être l'un des meilleurs films de guerre jamais réalisés. Excellent scénario, excellente distribution, subtil message antiguerre. Mais les choses ont mal tourné. Le tournage s'est enlisé en Yougoslavie. Au final, on a eu une histoire sur un groupe de branleurs pendant la Seconde Guerre mondiale."

Il parlait, vous vous en doutez, de De l’Or pour les Braves. Un film dans lequel Donald Sutherland a quand même une des plus belles répliques du monde.

Ça devient n'importe quoi

Dans mon rêve de cette nuit, la municipalité organisait dans le parc un "concert des anciens", où pas mal de vieilles vedettes venaient faire leur show sur la pelouse, sous les ovations d'une foule clairsemées de parents venus accompagner leurs gamins au toboggan et autres pataugeoires.

Quand j'arrivais, Ozzy Osbourne faisait un boeuf à la guitare électrique avec Ernest Borgnine, les pieds dans la pateaugeoire à gamins, justement. Je me suis surpris à penser trois trucs :

"Tiens, il s'est remis à la guitare, le père Borgnine ? J'avais même oublié qu'il était musico, lui."

"Il va nous le refaire, le coup du 'et après, quoi ? on chantera des cantiques ?'"

et

"Dans la pataugeoire, avec toute cette flotte, le come-back risque de ne pas durer longtemps"

Bandant alors toute ma volonté pour m'arracher à l'open-bar Haribo, je fendais bravement les flots de la pataugeoire, qui m'arrivaient aux genoux, pour tirer le pauvr…

"Alors il frappe, comme couille de tonnerre"

Bon, le titre de cette entrée est la traduction très libre du refrain d'une chanson de Tom Jones consacrée à l'agent 007. Mais je rappelle aux enfants que je suis un traducteur professionnel. Vous, ne tentez sous aucun prétexte ce genre d'exercice à la maison, je décline toute responsabilité. Surtout que je fais ça par pur vice, vu que la suite n'a absolument aucun rapport. C'est juste que je soigne ma gastro explosive en me passant des vieilles musiques de film et en avalant des médocs par poignées entière comme un Elvis en rut.

Après cette digression liminaire, forcément, je ne sais même plus de quoi je voulais parler au départ. C'est malin. La gastro, c'est une chose terrible. Terrible. Ah, ça me revient, c'était aussi une histoire de fuites, tiens, dont je voulais vous parler. Je trouve assez amusant qu'Interpol lance un mandat international (ou Red Notice) contre la patron de Wikileaks pile au moment de l'histoire des archives diplomatiques …

L'a-t-il fait exprès ?

Pendant que j'attendais (longuement et en vain, la SNCF se fait une spécialité de se chier dessus, en ce moment, et sur la fiabilité, et sur l'affichage, du coup j'ai pris un bus) sur un quai de gare, mon attention a été attirée par un panneau publicitaire pour le best-of d'un chanteur quelconque (ces chanteurs de maintenant, je les confonds tous, de toute façon).

Le truc a passablement attiré mon attention :




Je rêve, ou ce type se prend pour Jack Hawksmoor ? Tout y est, les pieds nus, les sauts par dessus les toits, le costume noir. Est-il fan ? Ou son publicitaire l'est-il ? Ou est-ce une étrange coïncidence ?

Ah, ça pourrait le faire

J'ai évoqué il y a quelque temps de ça tout le bien que je pensais de Trône de Fer, la saga de George R.R. Martin. Grosso modo, c'est un peu Les Rois Maudits avec un poil de magie, des tomes en forme de pavés, et des personnages bien baisés de la caisse (genre, Jamie Lannister le Régicide ferait passer Elric le Nécromancien pour un type équilibré). Plus des plans dans les plans du genre qu'on en avait plus vu d'aussi beaux depuis la mort de Frank Herbert.

La chaîne américaine HBO est en train de produire une série TV tirée de tout ça et, au vu de cette bande annonce, j'ai l'impression que ça pourrait être franchement pas mal.


Oh et puis merde

Histoire d'enfoncer le clou, un autre mail de Jay W., consacré cette fois aux Aristochats :

Ils repassent les Aristochats sur le câble. J'avais pas dû le revoir
depuis l'âge de 9 ans. J'avais oublié plein de trucs :

- Les couleurs psychédéliques des scènes de musique Jazz
- Le chat siamois encore plus politiquement incorrect que les pires
méchants de Fighting American ou du Captain America des 40s, mais qui
passe comme une lettre à la poste sur une chaîne de télé française
(alors que des Tex Avery sont régulièrement censurés quand les
personnages apparaissent en "blackface" après une explosion, par
exemple. Va comprendre, Charles.).
- Le chat anglais qui est de toute évidence un hippie complètement drogué.

Mais ça m'a surtout inspiré une suite : les Aristochats, c'est
l'histoire d'une vieille aristo complètement cinglée qui veut léguer
sa fortune à son laquais et à ses quatre chats. Le laquais, qui a bien
raison parce que les chats, c'est tous des conna…

Tous contre la vermine communiste

Dernièrement, je me suis aperçu que mon logiciel de mails ramait. Vérification faite, c'était parce qu'il y avait plus de 27.000 mails archivés dedans. Je me suis dit qu'il était temps de faire un peu de ménage. Là, en deux jours, j'en ai déjà shooté plus de 500.

Forcément, en faisant du tri, je retombe sur des perles de conversation. Dieu sait pourquoi (enfin si, je sais pourquoi, c'était parti d'une vanne sur K-2000, et le fait qu'en vrai, ce soit conduit par l'homme invisible et pas du tout par un ordinateur qui parle, et que quand David Hasselhof change les vitesses, l'homme invisible kiffe) (bref), la conversation est tombée sur Supercopter. Vous savez, cette série bien reaganienne des années 80 avec un héros polynévrosé aux commandes d'un hélicoptère supersonique. La série avait un côté répétitif qui pouvait être agaçant. Mais pour ma part, j'aimais bien le côté super-héros technologique du truc. Et puis j'avais déjà l'âge de vo…

Le châtiment "gong" le chatiment, ha ha ha !

En cherchant complètement autre chose, j'ai découvert que le code de loi édicté par Alfred le Grand (un roi saxon de l'ancien temps. c'est tellement ancien que les Anglais ne parlent même pas de Moyen-Âge pour son époque, mais d'Âge Obscur, c'est dire) s'appelait "Doom Book". On peut traduire ça par "Livre du Jugement", ce qui est à la fois exact et parlant. Alfred, pour la petite histoire, est un des rares rois saxons à avoir quasiment unifié l'Angleterre. Parce qu'entre les Danois, les Celtes et les autres, ce n'était pas une mince affaire à contrôler, tout ce bazar, à l'époque. Il faudra d'ailleurs attendre encore quelques années pour qu'on puisse réellement parler de "Roi d'Angleterre". On me souffle d'ailleurs à l'oreillette que techniquement, Alfred était roi de Wessex et de Mercie, pour situer. Mercie, Alfred. Mais en tout cas, mettre la pile aux Danois, à l'époque, c'était pas mal…

Tiens tiens...

L'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire vient de rendre un rapport très intéressant qui met enfin le nez dans les régimes miracles vendus à tour de bras par des nutritionnistes dénués de scrupules avec la complicité d'éditeurs qui aiment bien quand les nombres d'exemplaires vendus s'écrivent avec plus de six chiffres.

Ce rapport n'hésite pas à rappeler une notion de pur bon sens : un régime doit être individualisé -tout le monde ne métabolise pas de la même façon-, encadré, et surtout s'accompagner d'un travail sur le mode de vie -j'ai des voisins qui prennent la bagnole pour faire 500 mètres, et tous les régimes du monde échoueront à leur faire perdre du poids-. Le rapport met aussi le doigt sur la nocivité foncière des régimes déséquilibrés pris en suivant le bouquin sans se livrer à une analyse détaillée des besoins réels de la personne.

Ça fait du bien de voir qu'il y a encore des gens responsables, qui sont prêts à aller à contre-courant de ce c…

Le point bouquins

Rendu quelques traductions ces derniers temps, celle d'un Swamp Thing, notamment, mais aussi du Star Wars, du Mickey et quelques autres petites choses. Envoyé pas mal de pages de scénar à droite et à gauche, aussi. Ça, je vous en parle dès que possible.

Mais surtout, je suis en train de mettre la dernière main (avec juste six mois de retard) à ceci :



C'est censé paraître en avril, alors il faut que je me magne. J'en suis à boucler l'iconographie et à retailler le chapitre sur l'invasion des auteurs rosbifs, qui a changé pas mal de choses à nos illustrés de super-slips préférés.

Voilà ce qu'en dit le site de l'éditeur :

Quoi de plus dissemblable que le mythe, qui s'abreuve aux sources les plus ancestrales de la culture humaine, outil de civilisation et d'explication du monde, muséifié par le temps et les artistes qui en firent statues, tableaux ou opéras, et les illustrés qui, depuis 1938, racontent les aventures de héros de papier aux costumes bariolés …

La citation du lundi

...Est due à Jay Wicky. Je l'ai retrouvée au fond d'un mail, et on parlait de la glamourisation des tueurs dans le cinéma (avec comme exemple malsain les suites et les prequels du Silence des Agneaux qui faisaient la part belle à Hannibal Lecter) :

"Mais en tout cas, au niveau "glamourisation", y a un truc que le remake n'enlève pas à Freddy : ça reste un monstre de carnaval. C'est toujours un mec défiguré avec un fedora et un pull à rayures. Il ressemble à Frank Miller."

And the Gonzo is...

Avec un poil de retard, je viens de lire Artères souterraines, le roman de Warren Ellis. Warren Ellis, ça fait longtemps que je suis fan. Je suis d'ailleurs pas peu fier d'avoir été son traducteur sur plusieurs bouquins, comme Fell, Océan et quelques autres. C'est un auteur dont les obsessions me parlent.

Artères Souterraines est donc son premier roman. Les gros lecteur d'Ellis ne seront pas tellement surpris. C'est fondamentalement ellisien. Ça évoque pas mal Desolation Jones ou Fell, il n'a pas cherché à faire quelque chose de nouveau par rapport à ce qu'il fait habituellement (mais ce qu'il fait habituellement est déjà pas mal décalé). Premier conseil : ne pas le lire la nuit, à côté de votre moitié. Vous risquez de la réveiller. J'ai le ricanement brutal, pour ma part, et ça secoue le lit. Et il faut le dire, ce bouquin est très drôle. Bon, à condition de trouver drôles des types qui se masturbent en regardant des films de godzilla, des milliarda…

"la plus grande saloperie qu'aient jamais inventée les hommes"

Au rang des grosses bévues de l'espèce humaine, je compte, vous le savez sans doute, la bière sans alcool, le Coca-Cola, le téléphone portable et la bagnole.

Mais en tête de peloton vient, bien évidemment, la publicité. La publicité, c'est ce truc dans lequel les marques investissent tant de pognon et qui est créé par ces types qu'on appelle les publicitaire. Pour situer, les publicitaires ce sont ces gens qui croyaient pendant un temps que le catogan était cool, que des coupes de cheveux à la Frédéric Lefebvre n'étaient pas ridicules, ces gens qui portent des lunettes à grosse monture en plastique pour se donner l'air intelligent, qui sont généralement incapables de bander sans un ou deux rails de coke, et qui vieillissent ensuite pour découvrir que, quand la coke et les pilules bleues ne suffisent plus, se consoler avec des Rolex ne fait illusion pour personne (ça trompe tout au plus les membres des jeunesses UMP). Je les soupçonne d'avoir inventé René la Tau…

La citation dominicale...

Est due à Chris Claremont, et s'applique parfaitement à l'actualité du jour :

"Plus ce change, plus ce même chose."

Oui, ce pauvre Chris fait l'effort de mettre du Français dans la bouche de ses personnages d'origine française ou cajun, mais ce n'est pas toujours très au point. Et c'était dans les X-Men, dont la composition changeait souvent sans changer vraiment. Un peu comme ce remaniement ministériel qui garde Bachelot, sans parler des autres cadors, et se paye même le luxe de ramener Juppé, c'est dire si ça va être rigolo. D'où l'expression "courage, Fillon".

Bon, au moins, Allègre semble être resté sur le bas-côté, c'est déjà ça.

Et encore un an et demi avant de pouvoir voter pour n'importe quoi d'autre.

On n'est pas rendus.

à poèle Cthulhu !

Vous l'aurez sans doute remarqué*, mais un des principaux problèmes, quand on doit affronter le Grand Cthulhu en personne, c'est qu'il est vachement grand. Tellement grand que la seule façon connue de s'en débarrasser, à ce jour, c'est de lui crever le bide avec un bateau à vapeur.


Faut dire ce qui est : Cthulhu c'est un méchant pas beau.

Comme vous n'avez probablement pas un bateau à vapeur sous la main quand il faut, j'ai décidé, dans un esprit de salubrité publique et pour le bien de mes contemporains, de vous faire part d'une technique alternative que j'ai découverte ce soir un peu par hasard.

Alors c'est tout simple. Quand vous êtes confronté au Grand Cthulhu, votre problème principal, c'est sa taille. Il est beaucoup plus grand que vous. Pour lui placer une clé de bras au tentacule, c'est pas facile. Il faut dont régler ce problème là. Comme vous n'avez probablement pas non plus sous la main un robot géant de type Goldorak (c&…

C'est un Goncourt, jeune homme

Non, c'est vrai, quoi. Faudra qu'on m'explique. Parce qu'il y a un décalage, là. Le mec conspue l'élite parisienne à longueur de bouquins. Mais il attendait visiblement depuis dix ans de toucher le Goncourt. Et donc là, hop, il fait le voyage exprès pour subir les congratulations de l'intelligentsia germanopratine et éditorialo-médiatique qu'il conspue habituellement, fend sous la pluie la foule des reporters micros brandis qu'il affecte de mépriser, et vient donc entrer au panthéon des lauréats de l'antique adoubement automnal. (bon, faut que j'arrête de faire dans le lyrique, moi, c'est pas beau, littérairement parlant). Et il a l'air presque heureux. Presque, hein, c'est Houellebecq, quand même, l'homme qui ferait passer Droopy pour un gai luron, et Gai Luron pour un joyeux drille.

Notons que du coup, les gens semblent découvrir, et se ruent sur le bouquin qui lui a valu ce prix. Il vient même de détrôner les recettes du Docteu…

Lil' Brother

Dans le cadre de notre grande série sur les trésors de l'Affiche, un petit message de prévention à nos amis journalistes :



Voilà.*




*Et n'allez pas me jeter à la figure les dénégations du rubicond Brice H. Primo, ce n'est pas une source fiable, il n'est plus à une dénégation près de faits avérés. Deuzio, citez moi un gouvernement depuis Fouché qui n'ait pas eu un Cabinet Noir, et on ira vérifier s'il n'en avait vraiment pas.

Marchands de Tapie

Pauvre Tapie. Après s'être fait braquer par le fisc, puis braquer par le Crédit Lyonnais, et avoir réussi à les braquer en retour, le voilà qu'il se fait cambrioler son appart. Une vraie Série Noire pour le Nanard.

Ce sont des choses qui arrivent. On se demande ce que fait la police, des fois. Ou alors c'est qu'il est journaliste sur son temps libre. Bref.

Là où je me dis que ça peut devenir sportif, cette histoire, c'est que la presse a donné une estimation de la bimbelotterie disparue, entre argenterie et statuettes diverses. Il y en a pour un demi million, quand même. Et je m'imagine trop la scène chez le fourgue, le lendemain, avec le type qui amène les fourchettes à huitre en argent, en disant :

- Mais dans le journal, ils disaient qu'il y en avait pour cinq cent mille !

-Des clous. J'en ai déjà trop, des services à fondue. Allez, cinquante euros pour le lot, et je te fais une fleur.

-Mais c'était dans le journal !

-Tu sais, le journal, le journal, i…

Un canard qui s'immole par le feu, c'est un auto-Daffy ?

Hein ? Non, ne trouvant pas de singe nazi, je suis passé au singe prussien, c'est pas mal non plus dans le genre.

Toussaint : l'ouverture

C'est dingue. La dernière fois que j'avais regardé, la Toussaint était un jour férié. Les gens ne travaillaient pas. C'était un peu comme le dimanche, mais avec du mauvais temps et des chrysanthèmes. Or, là, depuis une semaine, je passe mon temps à recevoir des prospectus (ou ça se dit peut-être prospectii, au pluriel, chez les gens bien. faut que je vérifie) vantant le fait que tel ou tel magasin de la région sera ouvert malgré le jour férié. Avec même des bons incitatifs, genre 5 euros de réduction sur mon panier de courses.

Avec la guerre qui approche, la crise qui déploie ses ailes et les camionneurs qui ne reprennent que doucettement le travail, je me dis que je n'ai pas encore assez stocké de sucre, d'essence et de farine en prévision. Quant aux bananes, c'est pas pour dire, mais comment se fait-il que la France n'en soit pas déjà le premier exportateur mondial ?

Encore des traditions qui foutent le camp

C'est pas violent, Halloween, cette année. Je dirais même que c'est mort. Dans ma rue, à part un type déguisé en biker tatoué (et il ne réclamait pas des bonbons, alors si ça se trouve, c'était pas un déguisement), c'était le calme plat.

Halloween, c'était un peu une greffe frankensteinienne de tradition et ça n'a pas vraiment pris. En plus, comme la boulangerie est en vacances, les bonbecs, c'est plus dur à trouver le dimanche. Non, les conditions n'étaient pas réunies. Y a juste le bar du coin qui a mis une citrouille en plastique et tendu de la fausse toile d'araignée en vitrine.

Dans le genre traditions qui ont la vie dure, par contre, il y a encore eu cette semaine une condamnation de Jean-Marie L., de St Cloud, pour incitation à la haine raciale. Dans la logique pénale actuelle impulsée par notre bien aimé Leader Minimo, les récidivistes devaient être soumis à des peines plancher incompressibles. Je note que, visiblement, ça ne s'appliquait …

Darth wide shut

Tiens, en flânant sur le ouaibe, je viens de trouver le premier concept art pour Darth Maul (vous savez, celui qui a fini en demi Maul) dans Star Wars :



Ah, on me souffle dans le téléscripteur qu'en fait c'était un concept art pour Eyes Wide Shut, de Stanley Kubrick.

Alors, George, encore pris la main dans le sac de confiture à regarder par-dessus l'épaule des grandes personnes ?

Rhoooo, c'est pas joli-joli, tout ça !

Ils nous doivent plus que la lumière, là...

Alors, il parait que l'électricité va encore augmenter. C'est marrant, mais j'en était resté dans l'idée que l'ouverture du marché devait bénéficier au consommateur. Une hausse des prix ne me semble pas tellement être un bénéfice pour le consommateur, mais je dois avoir mauvais esprit. Ou je dois comprendre de travers la notion de bénéfice. Ou alors c'est un nouvel avatar de la novlangue, c'est possible aussi, vu qu'elle a l'air d'être devenue langue officielle, ces derniers temps. Un peu comme quand mamie Roselyne invoque le "principe de réalité" pour dépenser des fortunes à combattre des épidémies imaginaires. Bref. La douloureuse va le devenir plus encore. Rien de nouveau sous le soleil, en somme. Sauf que le soleil éclaire gratuitement, lui.

Ce qui est amusant, c'est que c'est justement ce bon vieil astre du jour qui est présenté comme le grand responsable de l'augmentation. Il n'en demandait pas tant, j'imagine,…

Nos belles valeurs foutent le camp

Ne nous voilons pas la face. D'ailleurs, il me semble que c'est désormais interdit. Mais le fait demeure : la France est dans la rue, se levant telle un seul homme pour secouer le prunier de l'ordre despotique qui porte ombrage à son système social que les ouvriers du Tiers-Monde nous envient (le système social, pas l'ordre despotique). Et à l'avant-garde de cette révolte se tient, le regard clair et le front marmoréen, notre jeunesse enflammée, en application de vieilles traditions bien françaises de contestation de l'injustice. Il était temps que quelqu'un se souvienne d'un des pans les plus constitutifs de notre identité nationale, quand même. Or, quand on compare les évènements des semaines passées (voir ci-dessus) et ceux des siècles glorieux de notre histoire (ci-dessous), on constate un phénomène extrêmement troublant :



Vous l'aurez noté : du temps de Delacroix, il y avait des nichons dans les manifs.

Et plus maintenant.

Et là, au risque de pass…

Quand on n'a pas de pétrole (et qu'on préfère avoir des idées)

Vous devez, vous aussi, avoir pas loin de chez vous une de ces grandes surfaces pour pauvres qui, dans un cadre assez morne proposent des produits de marques improbables et à bas prix, mis en tas dans le magasin, sans souci d'organiser un linéaire ni d'offrir une quelconque diversité : il y a une marque de raviolis, une marque de yaourts, etc. et des offres ponctuelles dont les catalogues distribués dans les boites aux lettres se font parfois l'écho, genre la plante verte géante en plastique à prix fracassé, le service d'assiettes à soupe en imitation faïence à prix imbattable, et le dérouleur à pécul au prix du rouleau de pécul. En général, le seul bouquin qu'on puisse y trouver est, selon les semaines, un album à colorier Bob l'Eponge ou un album photo d'une quelconque équipe de foot.

Il y a une de ces grandes surfaces dans ma ville, mais à l'autre extrémité, juste au bord du département. Traverser la rue devant cette grosse supérette, c'est change…

Le Point Traductions et autres Bouquins

Je m'en suis plaint à plusieurs reprises, j'ai trop de boulot. C'est effrayant comme ça s'accumule.

Au rayon traductions, j'ai livré le Tome 9 de l'Intégrale Spawn, une palanquée de Star Wars divers, un Witchblade, le tome 2 d'Irrécupérable, le tome 2 de Swamp Thing, et encore un The Boys plus un Mickey pour faire bonne mesure (si, si, vous verrez). Et j'ai encore une pile longue comme le bras, tapie sur un coin de mon bureau, qui me contemple d'un œil torve. Et j'ai le bras long. Ça fait peur. Plein de bonnes choses que vous trouverez bientôt chez vos libraires, en tout cas.

Au rayon scenarii, j'avance sur le tome 3 de Crusades, n'ayez aucune crainte. On a à peu près bouclé Fly me to the Moon, restent uniquement quelques détails techniques (complexes) pour qu'il sorte. Il est programmé pour avril prochain. Outre No Thanks, qui avance à son rythme, je viens de signer un autre contrat chez Glénat. Encore un peu tôt pour en parler, mais …

Solidarité !

On nous signale que Lady Gaga soutient le mouvement des lycéens (chez lesquels se recrute 98% de son public) en se mettant en grève à son tour : le concert prévu à Paris ce soir n'aura pas lieu. C'est bien, de voir des icônes pop se découvrir une conscience sociale. Et en plus, ça fait un peu des vacances aux esthètes. C'est toujours ça de pris.

Par ailleurs, ceux d'entre vous qui êtes motorisés aurez peut-être remarqué une pé... Non, on n'a pas le droit de dire pénurie, paraît-il, c'est faire le jeu de l'anti-France, ou pire, des forces antidémocratiques de la gauche archaïsante. Il faut dire "difficultés logistiques" ou "perception de rareté", ce qui est nettement plus classe. Heureusement, le gouvernement veille et va faire débloquer les dépôts de carburant avant les vacances (il faut de son point de vue impérativement que ce soit avant les vacances, histoire d'envoyer au vert au moins une partie des manifestants).

La War Zone est d…

Kohteliaisuus

La Finlande est un pays qui me fascine depuis bien longtemps. Et plus j'en apprends sur la Finlande et les Finnois, plus je suis admiratif. Les Finnois, c'est quand même le peuple qui s'est rendu à l'Union Soviétique au bout de 3 mois de conflit armé, mais seulement après avoir exterminé au fusil de chasse et au cocktail Molotov (qu'ils avaient inventé pour l'occasion, c'est dire) plus de la moitié d'une force d'invasion trois fois supérieure en nombre*. Notons qu'ils ne se sont rendu qu'au moment où ils se sont retrouvés à court de munitions pour les fusil, et à court d'essence pour les cocktails. Si la France et l'Angleterre avaient tenu leurs engagements envers la Finlande et fourni ne serait-ce qu'un appui logistique, le conflit aurait pu continuer et passer pour la Russie du statut de défaite beaucoup trop coûteuse à celui de déculottée magistrale.

Ce sont ces mêmes Finnois qui cette semaine, suite à un débat télévisé sur l&#…

Et merde...

J'avais une idée d'illus sympa, un petit détournement pour mettre ici et illustrer une vacherie sur notre Leader Minimo, histoire de tromper l'ennui que distille cette situation pré insurrectionnelle pataude et molle du chibre dans laquelle tente péniblement de se vautrer l'actualité.

Et donc, comme de juste en pareil cas, je m'en étais remis à gougueule pour trouver la base de mon détournement. Le truc fastoche, un peu potache, vite fait en prenant mon café. Sauf que gougueule est impitoyable et m'a mis sous le nez les oeuvres d'au moins deux type qui avaient exactement eu la même idée que moi. Les salauds. Notez que ça valide mon idée, d'une certaine façon. Mais quand même. C'est désobligeant. Ils auraient pu m'attendre. C'est un de ces cas que mon estimable et estimé collègue, le mystérieux J.W., appelle "plagiat par anticipation".


Bon, c'est plutôt pas mal fait, hein.

Mais ça m'agace.

Ave atque val

Je profitai d'avoir deux minutes pour trier des factures, les hiérarchiser, payer celles qui étaient urgentes depuis longtemps et réfléchir à ma capacité à régler celles qui ne l'étaient pas encore devenues (urgentes depuis longtemps. faut suivre, un peu).

Et dans le tas, entre la cantine des gosses*, les assurances diverses et autres factures électriques, il y avait la redevance de l'audiovisuel. Contrairement à nombre de mes contemporains, je ne rechigne pas habituellement à verser mon écot aux radios et télés publiques de mon pays. Si je ne suis pas un énorme consommateur de télévision, je mets par contre la radio à tout bout de champ, et assez souvent sur des stations publiques. Alors oui, payer la redevance, c'était jusqu'à il y a peu participer au salaire de Stéphane Guillon. Mais bon, il y a maintenant prescription, et de toute façon le fait d'être un humoriste pas drôle est un péché véniel de nos jours. L'entrevue de Bigard avec le Pape avait bien dé…

"La flemme de l'énergumène n'est qu'un dédale de simagrées" (Alain Bashung)

Avec tout ça, j'ai loupé la sortie de Crusades 2, le Tombeau d'Hermès. Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, c'est le deuxième opus de cette magistrale saga médiévalo conspirationniste que je co-écris avec Izu, et qui est artistement enluminée par Zhang Xiaoyu, parce qu'il n'y a pas que la fabrication des Iphone qui est confiée aux Chinois, et qu'en plus, Zhang assure le spectacle avec brio et puissance.

Ouais. J'ai loupé la date de la sortie. C'était avant-hier. Mais je m'en fous, le bouquin, je l'avais déjà. Bref, courez chez vos libraires. Si d'aventure vous allez le prendre au Gibert Joseph qui est en face de Cluny, sur le Boulevard St Michel, faites un détour par le sous-sol et allez montrer du doigt en riant le triste sire qui tient le rayon polar/SF. Le plus maigrichon des deux (ils sont deux) (et le moins maigrichon, je le connais moins, j'ai rien contre lui, il m'est même assez sympathique)(en plus, il doit travailler…

Real TV Power dans la place

Il parait que TF1 voit son audience s'éroder petit à petit. Certains, déjà , y applaudissent une victoire, certes tardive, de l'intelligence qui finit par se ressaisir. La théorie est séduisante, mais quand on voit ce que sont capables d'élire nos concitoyens, elle ne tient pas tout à fait la route.

Je crois que c'était Jack Warner qui disait qu'on n'avait jamais perdu d'argent à mépriser son public. TF1 n'en est pas encore à perdre de l'argent, l'adage a encore de beaux jours devant lui. Mais il va falloir se ressaisir, Monsieur TF1.

Et l'actualité récente m'a donné une idée pour ça (vous pourrez m'envoyer un chèque, Monsieur TF1) (un gros, de préférence, vu que la Redevance va pas tarder à tomber). Vous savez peut-être qu'en Hongrie, patrie de notre vénéré Leader Minimo, une boue toxique aux métaux lourds pollue bien des villages, et ne va pas tarder à se répandre dans le Danube, ce qui serait dommage, parce que le Beau Danube Ro…

Countdown to Hermes' gate !

Dans pile une semaine d'ici, le 13 octobre 2010, ruez-vous comme un seul homme (oui, même vous, mesdames, la langue française est ainsi faite, je n'y peux rien) chez vos libraires préférés pour vous emparer de Crusades : la Porte d'Hermès, tome 2 de vous savez quoi, signé Alex Nikolavitch, Izu et Zhang Xiaoyu.

Parce que bon, quand même, hein, vous achetez bien assez souvent les bouquins des autres, achetez un peu des miens aussi, de temps en temps, pour équilibrer.

Mise à l'amende

C'est beau. On condamne enfin Jérôme Kerviel à rembourser tout l'argent que ses positions hasardeuses ont fait perdre (enfin non, pardon, que la crise de panique de ses collègues a fait perdre) à son employeur, la Société Générale. 4 milliards d'euros et des nèfles (un bon paquet de nèfles). La morale et le kapital sont sauf. On peut applaudir et passer à autre chose.

Notons que le principe sur lequel il est condamné et la SG exonérée de toute responsabilité est diamétralement opposé à celui qui fonde l'action Hadopi. Kerviel est condamné pour avoir contourné les sécurités inexistantes de la banque. En Hadopi, ce n'est pas le téléchargement qui est condamnable, mais le fait que quelqu'un puisse se servir d'une connexion insuffisamment sécurisée pour télécharger, auquel cas c'est le titulaire de la connexion qui est tenu pour responsable. Les poids et les mesures, c'est comme les Sith, toujours ils vont par deux.

Ce qui est bien, en tout cas, c'est…

Good Bye Hitler

Oubliez les détournements de vidéo à base de Hitler en train de gueuler sur n'importe quoi, du rickrolling à l'Ipad en passant par la mort de Michael.

Le nouveau même internet est arrivé.



Et il a le mérite d'être citoyen, en plus.

Bon, moins de Hitler, mais on parle quand même bien d'une forme de totalitarisme. Elle est juste plus insidieuse et moins assumée.

Coincoins de tous les pays, unissez-vous !

ça se passerait presque de commentaire tellement c'est beau.

Mais d'un autre côté, ça me donne presque l'impression qu'Alan Moore avait raison, que tout ce qu'il avait dit était vrai. Oui, je parle bien du Alan Moore. Celui de From Hell, Watchmen et de V for Vendetta (toujours disponible dans une excellente traduction, d'ailleurs*) (je parle des bouquins, bien entendu, pas des films qui par une étrange coïncidence en partagent les titres). Oh, je sais que certains d'entre vous connaissent déjà cet hallucinant chef d'œuvre. Mais pour les autres, je crois qu'il faut que les gens sachent. Les gens ont le droit de savoir.




Oui, je sais. Arrêter la drogue. C'est dans mes bonnes résolutions de l'année prochaine.



*Notons au passage que le deuxième tome de ses Wildcats est en vente, aussi avec une excellente traduction.