mercredi 28 octobre 2009

ça va trop loin

C'est vrai, quoi, cette mode des sextoys à toutes les sauces, ça ne peut que mal finir.

7 commentaires:

  1. Merde... Le mot "Pautauberge" m'excite. C'est grave, docteur ?

    RépondreSupprimer
  2. Tu es un grand malade, mon wickounet. Le pire, c'est que je sais que t'arriveras à le recaser un jour où l'autre, quelque part.

    RépondreSupprimer
  3. Faut dire que, comme titre d'une nouvelle ou d'un roman steampunk, La Solution Pautauberge, ça fait tout de suite phosphorer.

    RépondreSupprimer
  4. Damned, on ne peut pas foutre d'images en commentaires. tant pis. j'avais trouvé une étiquette de la solution Pautauberge.

    En tout cas, voilà le fin mot de l'histoire :

    "Créé à Paris en 1887, le Laboratoire Pautauberge portait le nom de son créateur et de l'inventeur de la solution Pautauberge. Le Laboratoire s'installe en 1905 à Courbevoie.

    La solution Pautauberge était un chlorhydro-phosphate de Chaux créosolé mis au point pour le traitement des affections pulmonaires sans irriter les voies digestives. Il existait également des capsules de créosole, des dragées expectorantes et calmantes et une eau Fortunia contre les pertes blanches, ce qui nous a valu de jolies images publicitaires."

    RépondreSupprimer
  5. Et merdre, on ne peut pas non plus éditer les commentaires. c'est chiant ces blogs.

    Toujours est-il que la notion de "collection de la solution Pautauberge" me turlupinait un peu. En fait, c'était comme le chocolat Poulain, il y avait des cartes à collectionner. On trouve sur le net des fables de La Fontaine, par exemple. J'ignore de quelle série sort ce Godzi-sextoy, par contre. Sans doute d'un truc sur la Grosse Bertha, allez savoir.

    RépondreSupprimer
  6. La solution Pautauberge et l'eau Fortunia. Difficile de faire plus délicieusement Belle Epoque. (La description des vertus de ces deux produits casse un peu les pattes au charme, mais pas de façon irréparable.)

    RépondreSupprimer
  7. Les manuels de médecine de l'époque sont une lecture assez fendarde, en général.

    RépondreSupprimer