lundi 8 février 2016

Considérations en vrac

Un général de la Légion a été arrêté l'autre jour dans une manif anti-immigrés menée à l'appel de Pegida, une officine d'extrême droite allemande. Bien entendu, tous les copains du général montent au créneau, dénonçant une arrestation arbitraire et politique. Rappelons néanmoins que les "partis de l'ordre" soutiennent souvent les factieux. Et qu'ils demanderaient directement la tête d'un militaire sortant de son devoir de réserve pour participer à des manifestations violentes et illégales à la demande d'un parti étranger, s'il n'était pas des leurs. Juste pour dire, hein, histoire que tout le monde joue selon les mêmes règles.

Bernard Arnaud a perdu une occasion de se taire en qualifiant les fonctionnaires de "faux emplois". Outre le fait qu'il doit être bien content d'avoir des policiers et des pompiers pour maintenir un peu sa sécurité (et celles des autres citoyens), des médecins et des infirmiers à l'hôpital (mais peut-être ne se mélange-t-il pas à la populace et va-t-il dans ces cliniques pour riches), rappelons qu'il a fait fortune dans l'industrie du luxe, et qu'il faudra alors qu'il m'explique, si pompiers, policiers et infirmiers ne participent pas selon lui à la richesse de la collectivité, à quoi servent les emplois qu'il génère lui. C'est vrai, quoi : à quoi servent concrètement Louis Vuitton, Berlutti ou les parfums Guerlain, si l'on va par là* ? Et la Samaritaine, qu'il a rachetée ? Ça a créé des emplois ? Je vois plus beaucoup de vendeuses dans la boutique, depuis quelques années. Pardon, dans cet espace vide et moche dont plus personne ne fait rien et dont je me demande s'il n'a pas tenté de le refourguer à des Qataris ou des gens comme ça. Et lui, du coup, à quoi sert-il ? La prime au connard se porte toujours aussi bien.

Et à ce propos, d'ailleurs, on annonce un chiffre de 70.000 bouquins vendus pour le dernier roman de Sarkozy. C'est pas mal. C'est 0,1 Marc Lévy, mais faut bien commencer quelque part (et puis je serais bien mal placé pour me moquer des tirages de qui que ce soit, en plus). Je dis roman, parce qu'il y a quand même pas mal de fiction dans le truc, pour ce que j'en ai lu. Ça me fait penser à ces bouquins de bobos qui font de l'autofiction et expliquent à quel point ils sont malheureux et incompris dans leurs intentions. Fais gaffe, mon Nico, tu files un mauvais coton, tu te boboïses à toute allure.

Bref, ça va comme un lundi.





*Je mets un peu à part son activité dans les cognacs. Faut bien qu'il fasse quelque chose de correct, des fois. C'est pas Bolloré non plus, ce type. M'sieur Bernard a au moins une qualité et pour le coup je participe occasionnellement à son chiffre d'affaires.

4 commentaires:

  1. Tu écris "histoire que chacun joue selon les mêmes règles"... Vaste programme. Le problème, c'est que les idées d’extrêmes droites, dans notre pays, font l'objet de deux poids et deux mesures. Sais tu que chaque année, la Biélorussie ou la Russie propose une motion à l'ONU pour condamner les célébrations néonazi (sont visés les états baltes, pronazi pendant la seconde guerre mondiale et qui célèbrent les héros de ce temps) ? Chaque année, la France s'abstient et les Etats-Unis votent contre, pour ne pas froisser des pays appartenant à l'OTAN. Alors, la condamnation de l'extrême droite par des antifa autoproclamés me fait rire. Philippe Devillier est un réel antifascistes, ce que ne sont pas la plus part des gens qui se déclarent de gauche ou d'extrême gauche. Je ne sais rien de ce général et je ne vais pas faire de recherche à son sujet car il est en retraite, son pouvoir est donc limité. Vals et Fabius soutiennent des gens eux-mêmes soutenus par des néo nazi, on n'entend pas les antifa (ni la droite)... Vals prépare l'état-d'urgence permanent et les réactions des syndicats et des partis (je n'entends pas Melenchon à ce sujet) sont extrêmement modéré. Vals veut détruire le code du travail comme aucun gouvernement ne l'a fait en France depuis qu'il existe (pas même Laval et Pétain) et les syndicats se focalisent sur des sujets secondaires ...
    L'extrême droite a gagné depuis longtemps en France. Elle a affiché le chiffon rouge Lepen, que tous le monde a regardé, et a avancée sans le dire.
    La France ne sera pas un pays démocratique tant qu'elle sera dans la construction européenne et dans l'OTAN. Se focaliser sur ce général, s'est se plaindre du manque d'amabilité d'un steewart sur le Titanic

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut parler d'un truc sans que tu dises qu'on "se focalise" ? le coup d'état permanent (pour citer un homme de gauche) pratiqué par Valls, je n'en parle jamais, peut-être ?
      Notons au passage que le général en question n'assume pas du tout son affaire. comme souvent avec les gens de ce genre. Jawad style, quoi.

      Supprimer
  2. j'essaye de ne plus employer le verbe "instrumentaliser" alors il semble que je tombe dans un autre travers récurrent... "se focalise" dis-tu ? Je vais faire attention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à une époque, c'était un marqueur assez net des trotskos et anciens trotskos, "instrumentaliser". et puis Xavier Bertrand l'a employé pour je ne sais plus quoi (ou alors c'était Fredo Lefebvre) et ça a instantanément ringardisé le truc.

      Supprimer