mardi 8 novembre 2011

Anarchie in ze yucca

On ne contrôle pas la propagation des symboles. Le photographe Alberto Korda n'aurait probablement pas imaginé, le jour où il shoota un Che qui se demandait ce qu'il foutait sur cette estrade et s'est barré 30 secondes après, que l'image allait orner des chambres et des t-shirts de gosses de riches. L'astrophysicien Fred Hoyle, en inventant par dérision le mot Big Bang pour décrire une théorie cosmologique qui lui déplaisait, a du être estomaqué de le voir repris partout, pour conforter l'image qu'imposait la théorie en question.

Et puis il y a Alan Moore et David Lloyd. Chez eux, la créature a échappé à tout contrôle. Ils avaient repris un masque issu du folklore et de l'histoire biflandaise pour en faire l'emblème d'un anarchiste en guerre à mort contre le système et en avaient fait une bande dessinée vite devenue un classique (toujours en vente dans les bonnes librairies, pour encore sept semaines au moins, dans une très excellente traduction due à une espèce de métèque barbu au vrai nom imprononçable, et qui se dissimule du coup sous un pseudonyme patronymique aux consonances est-européennes marquées).


"Moi ? Je suis le roi du Vingtième Siècle… Le Croquemitaine… Le Vilain…
La honte de la famille."

Ce symbole était resté cher au cœur des lecteurs, attaché au décalage porteur de sens entre cette face souriante et ses actions démesurées, monstrueuses et destructrices.

Et puis, des années après, Hollywood en fit un film. Film pas déplaisant, d'ailleurs, mais qui reposait quand même sur un sérieux glissement idéologique. Le mystérieux V y devenait un héraut de la liberté, et non plus de l'anarchisme. Pire encore, l'image de l'homme solitaire en bute contre un état devenu machine à uniformiser était parasitée par celle de foules entières se rebellant en reprenant à leur compte le masque de l'opposant. La lutte contre un système normatif ne trouvait comme arme qu'une autre normalisation. Un peu glaçant quand même.

Et bien entendu, c'est cette dernière version qui s'est durablement gravée dans la tête du grand public. On peut gager que, sur tous les manifestants "indignés" qui défient le système dans le monde entier en arborant le masque de V, pas un sur cinquante n'a lu la BD de Moore et Lloyd. J'irais même jusqu'à dire que ceux qui l'ont lue hésiteraient à porter le masque, de peur d'en dévaluer l'icône. Mais c'est trop tard, l'icône a échappé à ses créateurs et, passée au filtre du cinéma, a changé de sens, de valeur, de portée. J'imagine que, dans sa cave enfumée, Alan Moore doit se rouler par terre en poussant des ricanements déments et hystériques (j'aimerais d'ailleurs savoir à quoi ça ressemble, un ricanement dément et hystérique de Moore, sans doute au rire du Géant Vert, dans les pubs, mais samplé et passé en basse vitesse et en boucle par les Neubauten).

C'est souvent le destin des icônes, d'ailleurs. Qu'étaient Jésus, Bouddha, le Roi Arthur ou d'Artagnan, avant que d'autres, des gens parfois nés des siècles plus tard, en fassent des symboles ? Que signifiaient réellement l'ankh, le triskele ou la croix gammée dans leur contexte, avant que d'autres époques ne s'en emparent ? Que ce soit comme auteur de BD ou comme magicien, Alan Moore a beaucoup travaillé sur les symboles et leurs variations de sens.

L'usage de ce masque est une trahison de l'œuvre de Moore. Plus curieusement, c'en est aussi une illustration. Plus un paradoxe est ironique, plus goûtu il est... Même si ce goût en est curieusement acidulé.

7 commentaires:

  1. Je pense que la traduction de cette série est très mauvaise et trahie complètement l'esprit du film.

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien, ce billet est fort pertinent et son titre est assez bien trouvé. Joli coup.

    RépondreSupprimer
  3. Tout ce qui peut faire chier le système est bon à prendre.

    RépondreSupprimer
  4. comme c'est le masque **du film**, quand tu en achètes un, tu finances la Warner, qui touche les droits dessus.

    RépondreSupprimer
  5. Si on veut pas donner d'argent à la Warner, on peut aussi se faire son masque en papier. J'ai vu passer l'adresse du fichier à imprimer/découper/coller ces jours-ci mais je la retrouve plus...

    Et à part ça, pourquoi en vente "pour encore sept semaines au moins" ? Rapport à Panini/DC/Vertigo/Urban Comics/réédition du bouquin/tout ça ?

    RépondreSupprimer
  6. voilà. le 31 décembre, les libraires ne pourront plus en recommander.

    et je ne pense pas que ce bouquin soit dans la première salve d'Urban.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis passé en librairie ce matin en me disant "Tiens, si j'allais acheter V Pour Vendetta pendant qu'il est encore dispo ?"
    J'ai vite déchanté quand j'ai vu que c'était une édition hardcover à 30 €. Argh !
    Bon ben ce sera pour plus tard. Ou en VO à la moitié du prix. :(

    Mais qu'est-ce qui leur a pris chez Panini de faire un bouquin un peu luxueux comme ça ? Une édition brochée à 15 €, c'était pas possible ?

    RépondreSupprimer