lundi 28 mai 2018

Sinistres ministres

J'ai vu passer des "bonnes feuilles" du bouquin d'une de nos ministres (ou secrétaire d'état, je ne sais plus et je m'en fous, en fait, vu la vacuité globale de ses interventions, elle pourrait aussi bien être présentatrice de talk show), qui le sort genre là. Et, alors qu'un mouvement social des auteurs commence à se structurer,  avec les #PayeTonAuteur et autres Etats Généraux du Livre, ce genre d'opération publicitaire d'un ministre pose question. Au pluriel, en fait. Ça pose questions, oui.

Déjà, où trouver le temps d'écrire, avec un emploi du temps de ministre ? La réponse est simple, on se fait négrer, la plupart du temps (y a des exceptions : Villepin, quels que soient ses défauts par ailleurs, essaie trop d'être Chateaubriand ou rien pour recourir à de tels expédients). Y a pas que les ministres, d'ailleurs : Hollande, qui a pourtant pas mal de temps libre, s'est fait négrer par un éditocrate usagé tout dernièrement. Du coup, la pensée de l'homme ou de la femme politique est quand même filtrée. Bon, c'est vrai aussi pour les discours, hein, ça fait un bail qu'ils ne les écrivent plus non plus, tous autant qu'ils sont. Mais c'est intéressant de savoir que ces esprits supposément brillants, l'élite de la nation, quand même, a recours à ce subterfuge littéraire qui est aussi celui des autobiographies de starlettes de téléréalité. C'est à se demander si ça se rejoint pas quelque part, tout ça, entre le paraître qui dispense de l'être, le néant et tout ce qui s'ensuit. Ne posons pas cette question-là, en fait, ce serait déjà y répondre.

Mais après tout, pourquoi pas ? Ils ont bien le droit, si ça leur chante, de commettre ou faire commettre ces ouvrages nuls mais hélas pas non avenus (oui, parce qu'à la lecture des bonnes feuilles, on voit que si ça volait encore un poil moins haut, ça faucherait les pissenlits par la racine) (ou alors c'est de la pensée complexe et j'ai vraiment pas le niveau). N'importe qui a le droit de faire un bouquin, dans notre pays, et c'est aussi la grandeur du système.

Le problème, c'est que sur ce genre d'opérations, les avances et les pourcentages ne sont pas les mêmes que pour les vrais auteurs. Les premières correspondent en général à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires (dont on SAIT qu'ils ne seront finalement pas écoulés) et les seconds sont généralement d'une fois et demie à deux fois ce qui est normalement pratiqué (voire plus : j'ai vu des chiffres de 20%, ce qui est plus de trois fois ceux d'une autrice jeunesse de base).

Bien entendu, le pognon mis dans ce genre d'opération, c'est autant de pas disponible pour les vrais auteurs qui font de vrais bouquins. D'autant que, quand on voit les chiffres des ventes à un an (donc après les retours d'invendus) on voit mal comment les éditeurs rentrent dans leurs frais sur ce genre de trucs (le bouquin de Fillon s'était bien planté, l'an passé, et il me semble que Boutin s'était assez copieusement ramassée aussi). Dans ce cas, les montants délirants des avances sur droit s'apparentent à de la donation politique. Mais même ça, après tout… Faudrait un jour calculer combien de centimes sur votre shampooing l'Oréal ou combien d'euros sur votre pneu Michelin terminent dans une poche d'élu, après tout. Le système des avances sur droit non justifiées a au moins le mérite d'être un peu plus transparent.

Le vrai problème, c'est que pour justifier tout ça, il faut que le bouquin atteigne les librairies. Et là apparait la pratique de l'office sauvage. C'est à dire livrer d'office de grandes quantités à des libraires qui n'ont rien demandé. Comme les libraires ne payent pas tout de suite, ils acceptent en général les cartons, et essaient de vendre des exemplaires, quitte à renvoyer les invendus dès l'expiration délai légal de trois mois pour pas se faire avoir au niveau trésorerie. Là où ça pose souci, c'est que ces masses considérables de papier vide et creux vont se retrouver en piles sur les étals, prenant la place de bouquins d'auteurs normaux, qui ont déjà du mal à exister par les temps qui courent. Et que cette manutention absurde, 90% du truc étant retourné à l'éditeur d'origine, ce sont autant de temps et d'efforts à fournir par le libraire au lieu de conseiller des choses intéressante et de faire vivre la littérature. Et croyez-moi, les libraires aimeraient mieux faire vivre leur boutique plutôt que de pelleter du fumier.

Alors j'en connais qui ont pris le pli : quand il y a ce genre d'opération, ils n'ouvrent même pas les cartons et les retournent tels quels dès qu'ils le peuvent. Mais quand on voit ce gaspillage organisé pour faire mousser des médiocrités, on se dit que les problématiques d'écologie, de décroissance, de responsabilité environnementale ou tout simplement de qualité de la parole ne seront pas défendues par le gouvernement cette année encore.

Aucun commentaire: