mercredi 30 décembre 2015

Hannibal relecteur

Je suis à fond dans la dernière ligne droite des relectures de mon roman.

Et j'en chie. Des homards.

Faut dire que je me suis mis tout seul dans un vilain traquenard : après avoir envoyé mon premier jet à l'éditeur, j'ai commencé à le remanier. Et quand mon éditeur m'a renvoyé mon texte décoquillé et mis en forme... Il a fallu que je reparte de son fichier pour les corrections finales. Sauf que j'avais fait plein de corrections, une foultitude de corrections, une montagne de corrections et d'ajouts... Dans mon propre document. Résultat, faut que je reporte tout ça dans le doc de l'éditeur, qui sinon va me faire les gros yeux et il aura bien raison. Mais comment cannibaliser mon doc sans cochonner le sien ?

Heureusement, j'ai découvert la fonction de comparaison des versions de Word. Je connaissais pas. D'autant que je n'utilise plus Word depuis des années, vu qu'il s'agit de ce genre de logiciel tentaculaire dont invariablement chaque mise à jour fait regretter la précédente. Mais là, pas possible d'y couper. Donc Word, comparaison des version, liste de différences entre les deux fichiers, et à moi de picorer dedans pour opérer mes ajouts sur le doc final sans saloper les corrections de l'éditeur.

J'ai les yeux qui saignent.

L'année finit bien, encore.

1 commentaire:

  1. Courage ! Les derniers mètres sont les plus durs ( comme je disais à mon ex dans un autre contexte qui ne vous regarde pas bande de petits canailloux ! ).

    RépondreSupprimer