mardi 23 septembre 2014

Je suis vraiment trop con...

... Parce que je vais profiter de cet espace pour faire de la pub pour un site commercial sans demander un centime en échange. C'est couillon, quand même. J'ai rien compris à l'économie, visiblement.

Mais bon, le site en question, c'est Doctor Whisky, un truc qui vend des babiole inutiles (t-shirts imprimés, mugs, briquets) et dont je soupçonne fortement Warren Ellis d'être le créateur et l'animateur (si vous ne savez pas qui est Warren Ellis, je ne vous parle plus tant que vous ne vous serez pas mis à jour. Allez lire Planetary, ou Ocean, ou Orbiter, ou Fell, ou Artères Souterraines).

Le fait que je sois un admirateur de longue date du bonhomme justifie-t-il que j'aille faire la pub de son site d'e-commerce ?

Oui, si l'on en juge par ce qu'il vend :


Ce Mug me conviendrait parfaitement, par exemple (hormis sa taille, standard pour un mug à café, et donc trop étriquée pour moi : mon pot à café de travail, celui qui m'accompagne dans ma routine quotidienne d'écriture et de traduction doit faire deux fois ce volume, faut ce qu'il faut).


Et le briquet... D'accord, j'ai arrêté de fumer. Mais le message de celui-ci est primordial. Ce n'est pas un briquet électronique qui vous donne l'heure et la météo, juste un engin à faire du feu (le feu qui demeure, on l'oublie trop souvent, la base de toute technologie humaine ou peu s'en faut) (le feu est tellement vital : sans lui, on ne pourrait pas torréfier convenablement les grains de café, par exemple) (quoi ?) (regardez-moi sur un autre ton, c'est vrai ce que je dis !). Et le message est d'actualité, à une époque où même une montre doit être un mouchard hyper connecté. En ce qui me concerne, le futur s'est terminé quand IBM a diffusé ce spot publicitaire, à l'aube des années 2000, dans lequel un acteur de Star Trek expliquait que si l'on n'avait pas de voitures volantes en l'an 2000, c'est uniquement parce que nous disposions à présent de solutions de e-commerce qui étaient vachement mieux.

L'ironie de tout ceci m'arrache parfois un sourire goguenard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire