dimanche 27 mars 2011

Mixe, c'est l'année

Ah, reçu hier dans ma boiboite le premier exemplaire sorti de presse (et non façonné, donc, ce qui en fait un objet assez rigolo) de Mythe et Super-héros, cette ébouriffante somme érudite sur nos illustrés préférés (enfin, elle m'ébourifferait si j'avais encore du cheveu).

L'image de la bête

Bien entendu, j'ouvre le truc, et je tombe sur une faute de style assez épouvantable (un bouquin qui "présente une présentation", affreux). C'est toujours comme ça. Ça m'avait fait pareil sur Central Zéro (une lettre qui avait sauté et qui faisait que le maléfique ecclésiarque se mettait à parler petit nègre à un instant crucial) et sur la trad de V for Vendetta (une transition de bulle pas élégamment gérée). Y a une couille dans un de mes bouquins, il faut que je tombe dessus en ouvrant au hasard le premier exemplaire qui me tombe dans les pattes. Une éditrice que je connais m'avait confié ne plus ouvrir d'emblée les colis contenant les premiers exemplaires, parce que ça lui faisait pareil. Elle préfère attendre deux ou trois jours, maintenant, pour ne plus se bousiller l'estomac.

Bref, j'ai le bouquin, et ce détail mis à part, ça fait quand même bien plaisir, parce qu'il m'aura donné du mal, l'animal. La maquette est chouette, la repro est bien, le livre est cool.

Bon, sinon, j'ai été m'acheter un jean sur le marché, en revenant d'aller faire mon devoir civique autant qu'anti-marinesque. J'ai trouvé une bonne affaire, pile à ma taille (même la longueur, c'est Noël), à franchement pas cher. Un détail aurait dû me mettre la puce à l'oreille : il était de marque Nixon.

Inutile de dire qu'à peine rentré chez moi, Tricky Dick le jean m'a trahi : le rivet d'un des boutons a sauté*. Heureusement, le marché n'est pas loin, j'ai pu aller l'échanger. Sauf que le bon monsieur n'avait pas d'autre jean Nixon. Il m'a donc donné à la place un jean Dalec. Du coup, je viens de passer vingt minutes à vérifier que la mention "exterminate" ne figure nulle part sur les étiquettes. On ne sait jamais.





*Et c'est pas parce que j'ai grossi, tas de bâtards ricanants, c'est juste parce qu'il était en mauvais plastique !

9 commentaires:

  1. Le jean que tu chines
    etait fait en Chine,
    cousu a la machine
    par une gamine chin-
    oise...Ta bonne mine

    Autrement toutes mes felicitations pour ton bouquin Alex!

    RépondreSupprimer
  2. Justement, le rapprochement avec la Chine, c'était déjà l'œuvre de Nixon.

    Tout se recoupe !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai une théorie par rapport à ta découverte d'erreur dès la première ouverture d'un bouquin : en fait ce que tu fais est truffé de boulettes et d'horreurs, donc quelle que soit la page que tu ouvres en premier...

    RépondreSupprimer
  4. uriel ?

    deux mots :

    "petite"

    et

    "pute".


    voilà, c'était le commentaire constructif de la soirée.

    RépondreSupprimer
  5. C'est comme un tour de magie ?

    RépondreSupprimer
  6. Un fabriquant de jeans me confiait que dès qu'il en essayait un, paf, il tombait sur un mauvais rivet...
    ça n'arrive qu'aux autres... ^^

    RépondreSupprimer
  7. Pour pas se tromper faut prendre un jean Grey.

    RépondreSupprimer
  8. La découverte de la coquille, c'est un des grands mystères de l'univers, mais c'est aussi une de ses lois les plus infrangibles. Perso, j'en viens à ne plus ouvrir les bouquins quand je les reçois, parce que c'est la seule solution possible.

    Et l'expérience m'a appris que les éditeurs qui disent: Bah! on corrigera ça dans la prochaine édition oublient toujours, quand arrive l'heure de la nouvelle édition.

    (Et le mot de validation au moment de poster ce message, c'était bungl. On ne m'ôtera pas de l'idée qu'il doit y avoir un algorithme sournois là-dessous.)

    RépondreSupprimer