Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2019

Bateleur 3

Bon, pas le temps de vous égayer de considérations fumeuses. Alors je vous remets une petite nouvelle, la suite des aventures du Bateleur :

La voix du sabre

Le soir tombait sur l’esplanade de Beaubourg. En ordre dispersé, les premiers nuiteux commençaient à s’égayer aux alentours. Gays se rendant à l’une ou l’autre boîte du Marais, fêtards cherchant un bistrot branché, touristes perdus dans un Paris By Night en forme de labyrinthe insensé…

Le Bateleur regardait la foule se réunir et se répandre dans un savant désordre qui devait à la fois tout et rien au hasard. Il avait arrêté de jongler pour la journée car il ne se sentait pas d’humeur à affronter cette masse qui devenait plus compacte à mesure que l’heure passait.

- En panne d’inspiration ?

- Non Kevin. Je regardais juste la foule. C’est comme un nuage qui prend des formes au gré du vent. De temps en temps, on croit y voir un schéma, une image, et puis l’instant d’après tout disparaît et une autre image apparaît à la place. Ou n…

Même pas mort

Bon, je suis pas beaucoup actif sur ce blog, en ce moment. Essentiellement parce que je suis très actif ailleurs et que, du coup, y a des trucs qui passent à l'as.

Je fais une pause dans mes diverses fébrilités pour faire un petit point quand même.




Trois Coracles Cinglaient vers le Couchant est désormais entre les mains d'un pouvoir bien plus considérable que le mien : celui de l'imprimeur. Concrètement, ça veut dire que tout ce que je n'aurai pas corrigé sera désormais gravé dans le marbre. Et donc que j'entre dans une de ces phases anxieuses où je me demande pourquoi je m'inflige ça, putain. Et ces abîmes d'angoisse dureront jusqu'au 4 avril, date de sortie officielle du bouquin (ou un peu avant, vu qu'en général je reçois au moins un exemplaire de contrôle dans les semaines qui précèdent, voire un carton entier) (auquel je ne touche pas pendant quelques jours, d'ailleurs, pris d'une terreur superstitieuse : quand je me précipite, j'ouv…