vendredi 26 juin 2015

Contagion ?

J'apprends avec indignation que Courtney Love est très fâchée : en descendant à Roissy, elle a galéré pour aller à Paris à cause de la grève des taxis.

Et je suis indigné que personne n'ai eu la présence d'esprit de lui indiquer la station de RER. Qui n'était même pas en grève, pour une fois.

Pff, ces veuves de rockeurs morts, faut tout leur expliquer. Y a pas que la cervelle de Kurt qui ait morflé, j'ai l'impression.

mercredi 24 juin 2015

à Cthulhu, l'automatisme reconnaissant

Ah, la reconnaissance automatique des formes reste une espèce de Saint Graal et de quadrature du cercle de l'informatique. Ça a fait un max de progrès, hein, c'est clair : la preuve, c'est que votre téléphone sait repérer la gueule de la personne la plus au centre du cadre pour faire la mise au point dessus et que les systèmes de reconnaissance de caractère savent numériser un texte en y laissant un peu moins de fautes que dans une copie du Bac. Et puis la NSA et autres officines de Big Brothers de Prisunic savent reconnaître un visage dans une foule grâce à la biométrie. Sans trop se planter. Ou presque pas. Ou c'était il y a longtemps. Ou il sentait pas bon. Enfin…

Mais ce n'est pas suffisant. L'avenir, alors qu'on nous prépare la voiture automatisée et le robot guichetier des Allocs plus poli que la grosse dame qui regarde l'horloge et qui raisonne déjà de toutes façons en termes de cases, ainsi que le Terminator et autres joyeusetés, ça implique un système de reconnaissance des formes vachement plus fin. Et mine de rien, c'est très compliqué à faire faire intelligemment à une puce de silicium (alors que n'importe quel mammifère, même plus plus inférieur, genre portier de boîte de nuit, y arrive très bien avec un cerveau organique de troisième catégorie), et donc tout un paquet de chercheurs bossent dessus. Notamment chez Gougle, parce que Gougle est à la pointe des avancées sur les voitures automatiques, et aussi sur les moteurs de recherche intelligents qui essaient d'analyser la photo pour éviter qu'une recherche du genre "Fromage de Hollande" donne un président à table.

Et donc, il passent tout plein d'images à la moulinette d'un système qui les décompose en éléments fondamentaux, puis tente de recomposer ces éléments pour voir s'ils se raccordent entre eux. C'est pas encore complètement au point, mais ça a des effets rigolos. Par exemple, le système trouve des formes rigolotes dans les nuages, comme n'importe quel gamin allongé dans l'herbe, dans le parc, un beau mercredi de juin, sans savoir que quelques années plus tard, il aura trop de boulot et trop de créanciers au cul pour s'en aller flâner et mater les nuages par en dessous, comme on regarde sous les jupes, mais je m'égare.

Et puis plutôt que des photos, l'un de ces chercheurs a donné des tableaux à mouliner au logiciel. Et là, il en est sorti des trucs marrants. Car la machine a tenté d'analyser les grands coups de pinceau, les aspérités, et de leur donner un sens. Sens qui jusqu'alors était caché, et ça a donné ça :



Et d'un coup on pige pourquoi ce tableau est si terrifiant. La nuit est un monstre fait d'yeux, et tout ce qui s'ensuit.

mardi 23 juin 2015

J.O. le taxi, c'est la vie

Ah, ça se congratule parce que Paris s'est à nouveau porté candidat à l'organisation des Jeux Olympiques.

Bon, on a le temps de voir venir, ce sont ceux de 2024. Mais quand même, je râle. Parce que je suis à peu près totalement contre. Nous sommes à un moment où l'on a enfin pris officiellement conscience du fait que la FIFA était une énorme saloperie corrompue. Il a fallu le temps. C'est fou comme les élites de nos pays et du monde ont l'air de ne jamais voir des trucs aussi visible et évidents que ça. C'est comme quand on a découvert que Lance Armstrong était dopé, genre. Et que peut-être bien que tout le cyclisme avec. Ça a été des concerts de "nooooon, vous croyez ?" Ah, ils jouent bien la comédie, tous.

Et donc, ils font semblant de ne pas voir que le CIO est une saloperie du même acabit, probablement tout aussi corrompue, avec en prime un mental de pit-bull nazi défenseur de sa marque déposée qui les met quasiment à rang égal avec la Fondation Hergé dans le genre maniaquerie procédurière (et lucrative, c'est ça le pire).

le CIO, c'est comme la FIFA, la négation ambulante de toutes les valeurs du sport, avec pourtant le côté hypocrite qui consiste à se retrancher derrière ces mêmes valeurs dès qu'on est critiqué. Un peu comme si des religions d'amour provoquaient des massacres, quoi. Genre. Pour situer. Ou comme si des gouvernements de Gauche faisaient des politiques ultralibérales, mais la main sur le cœur et tout. Le genre de trucs aberrants, dont on se dit que ça ne peut pas exister.

Et puis pour obtenir le truc, on sait comment ça se passe. Soit Paris se la joue à la loyale, en respectant les règles. Et là, on peut arrêter tout de suite, on économisera plein de fric et d'énergie en les utilisant pour faire autre chose. Soit Paris se donne les moyens d'emporter la décision. Et bon, franchement, je sais bien que c'est la corruption qui fait tourner le monde, mais ça m'emmerde un peu quand même. Surtout, renoncer à toute probité et à tout respect de soi juste pour le plaisir de se faire traiter comme un valet par les petits nazis du CIO, je ne vois pas l'intérêt.

Bref.

En plus, si ça se fait, Paris ça va être l'enfer sur Terre pendant tout l'été et on pourra plus trouver un endroit où se poser pour prendre un café à un prix décent. Non, sérieux, essayez plutôt d'organiser ça dans des pays où je ne vais pas, les gars.

vendredi 12 juin 2015

Coucou

Fichtre, bigre et mille tonnerres. Trois semaines sans War-zoner. Y plein de raisons à ça : un énorme boulot (en retard) à finir, plein de contrariétés à tous les niveaux, une vraie fatigue...

Et peut-être pas grand-chose à dire non plus. La Fifa, je m'en fous, même si ça dé-blatter un max. Tout au plus, je rigole quand je vois de gens prendre des postures effarouchées sur le ton du "quoi ? de la corruption dans le foot ? Oh noooon !" en faisant mine de découvrir que c'était un milieu plus pourri qu'une cargaison de bidoche laissée trois mois en plein soleil ou qu'un parti politique de calibre moyen.

En attendant, le Château des Etoiles (de mon estimable camarade Alex Alice) suit son petit bonhomme de chemin avec le numéro 5 de la Gazette (dans lequel je prodigue à nouveau un peu de rédactionnel à façon) :