Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2019

Sources

Tiens, j'ai de temps en temps des questions sur les sources auxquelles j'ai puisé en écrivant Trois Coracles.

C'est une bonne question, parce que ces sources sont très diverses, que c'est un peu un foutoir, à l'image de ma façon de travailler de toute éternité.

On pourrait croire que j'ai tapé dans l'arthurien classique, dans Mallory et Chrétien. Alors bien sûr que je les avais en tête, mais justement, ce sont les auteurs auxquels j'ai évité de me référer pendant tout le processus, pour ne pas me "polluer". Pour ce qui est des sources médiévales, j'ai essayer de me cantonner autant que possible au premier millénaire (même si du coup ma Calibourne est légèrement anachronique).

En sources "directes", j'ai tapé dans les chroniques saxonnes, qui donnent des détails divers (et contradictoires) sur Vortigern/Gordiern, Ambrosius, Uther et quelques autres. Tout a été écrit bien après les événements que je décris, mais ça permet de fa…

Se faire appeler Arthur

J'ai eu (j'ai peut-être encore) une assez longue séquence lovecraftienne, au cours de laquelle j'ai écrit sur le sujet (une nouvelle, un roman, des articles, une BD, peut-être un prochain bouquin), traduit sur le sujet (des comics, la grosse bio de Joshi, un volume de Clark Ashton Smith) et été appelé à m'exprimer régulièrement sur Cthulhu et consorts.

On peut en dater le début de 2013 et de ma traduction de Neonomicon, ou un peu plus tard de la rédaction d'Eschatôn. Bien entendu, les germes en remontent plus loin, mon article sur les rêves chez HPL en témoignait déjà du temps du vieux forum Superpouvoir. Depuis ma première lecture de l'Appel de Cthulhu vers 1987, je tourne autour du sujet.

Là, depuis deux ans, je suis entré de plain pied dans une séquence celtico-arthurienne. Mon roman Trois Coracles Cinglaient vers le Couchant en témoigne, bien entendu. Mais en termes de traductions de comics, j'ai eu à faire Unholy Grail, chez Snorgleux (une relecture da…

Promos

Bon, des fois, on parle de moi, des fois, je viens me montrer, bref, on va faire un petit point de ma présence ailleurs que dans ces colonnes :

Déjà deux critiques pour Trois Coracles :

Celle de Stéphanie Chaptal (dont le bouquin sur Takahata est en vente depuis début avril, foncez l'acheter)

Celle de Thomas Spok (dont vous pensez bien que le Uter Pandragon m'avait donné des sueurs froides à sa sortie l'an passé, alors que je finissais mon propre manuscrit)

Sinon, je suis passé la semaine passée dans la Salle 101, excellente émission de radio au demeurant, à l'occasion de la soirée au Nuage Vert. Le débat était consacré à Lovecraft, en présence d'une partie de l'équipe ayant œuvré à traduire Je Suis Providence, la monumentale biographie d'HPL.

Et sinon, mes comparses de Bruce Lit m'ont demandé de répondre à une question cruciale concernant Garth Ennis.

Voilà voilà, quand vous aurez lu et écouté tout ça, vous pourrez reprendre une activité normale.

Gnaaaah !

Cette nuit, j'ai rêvé qu'une de mes histoires passait en feuilleton dans un grand quotidien.

Et que ce quotidien, c'était L'Equipe.

Ils avaient oublié de m'en envoyer un, je faisais tous les marchands de journaux du coin (de mon ancien coin, d'ailleurs, où je ne vis plus depuis plus d'un quart de siècle, c'est marrant comme les rêves vous renvoient dans le passé) pour voir s'il ne leur restait pas quelque part le numéro de la veille.

Je me sentais sale d'une force…

Starmania

Dans mon rêve de cette nuit, on me demandait un coup de main. J'acceptais, par gentillesse, sans savoir en quoi ça allait consister.

On m'a collé sur une scène, devant une partition, en me demandant de chanter. J'ai bafouillé, rappelant que ça devait faire 30 ans que je n'avais pas tenté de déchiffrer un de ces machins, et qu'il n'en était pas question, mais les gens insistaient.

Je crois que ce qui me mettait le plus mal à l'aise, ce n'était pas la perspective de chanter en public (et pourtant, sur une échelle allant de zéro à une batterie de cuisine, je dois avoir le bouton sur 11), mais celle de participer à une comédie musicale avec Oliver Reed. Ça, ça me faisait vraiment flipper.

Je tentais de m'enfuir par divers moyens, mais vous savez ce que c'est, les salles de concert : les coulisses sont un terrible dédale.

Quand le réveil a sonné, j'étais en train d'asséner de violents coups de coude dans la tête d'un de mes poursuivants, …

En quel nom ?

L'autre jour, j'évoquais mes recettes plus ou moins foireuses pour trouver des titres à mes histoires.

Aujourd'hui, je vais vous expliquer comment j'ai trouvé certains noms de personnages.

Dans Trois Coracles, sorti tout récemment (plug de pub : il est chez votre libraire, foncez l'acheter / il n'est pas chez votre libraire, changez de libraire ou demandez au vôtre de le commander), certains personnages avaient un nom prédéterminé : Uther (quoique j'aie hésité à y préférer la forme galloise Ythir), Ambrosius ou Coel ont existé, ou existent dans les sources. Pareil pour Gordiern, même si son nom dans le livre est un bricolage, une synthèse à partir des formes britonniques (je ne voulais pas employer la forme saxonne Vortigern, pour diverses raisons).

Pour les autres personnages, j'ai tapé dans les lexiques de noms en langue bretonne, comme Braith (dont le nom évoque, dans sa langue, la tache de naissance qui lui macule le visage), Gwen (la blancheur anno…

Dernière minute

L'info vient de tomber, je suis en dédicace chez Gibert Jeunes de la Place Saint Michel à Paris, vendredi soir 12 avril à 18 h, au rayon SF/BD (au sous-sol).

Agenda

Bon, Trois Coracles Cinglaient vers le Couchant est en librairie depuis ce matin (ou on va dire ce midi : j'ai été libraire, je sais que déballer les cartons est une sacrée tannée). Donc n'hésitez pas à aller chercher votre exemplaire chez votre libraire préféré (ou chez tout autre libraire dûment doté de ce nouvel opus).

Si vous êtes habitué de ces colonnes, vous savez de quoi ça parle : la véritable histoire d'Uther Pendraig, chef des Bretons.

Il va y avoir pas mal de séances de dédicaces au mois de mai, et ce un peu partout. Parfois à l'occasion de dédicaces organisées, mais aussi dans le cadre d'une tournée consacrée à l'épais Je suis Providence, la bio de Lovecraft par S.T. Joshi, à la traduction de laquelle j'ai participé. Du coup, j'essaie de faire en sorte que les libraires concernés aient mon bouquin au moment où je passe. Cette tournée commence demain (le 5 avril) à la librairie Decitre de Chambéry. Et se poursuit mardi 9 au Nuage Vert, rue Mo…