samedi 14 avril 2018

Point d'étape

Bon, mon prochain roman est terminé, en tout cas son premier jet. Parce que la deuxième phase, celle de la relecture et des corrections, elle ne fait que commencer. Alors on émonde, on taille, on rajoute, on réécrit. Et on remercie les ami.e.s qui se prêtent au jeu de la chasse à la coquille et à la phrase bancale, qui me commentent la structure, qui me disent si les buildups/payoffs marchent ou pas, etc.

Du gros boulot. Et en parallèle, bien sûr, j'ai attaqué le bouquin suivant, qui est prévu pour le nouveau label Les Saisons de l'Etrange. Ça va être une histoire d'enquêteur paranormal, avec un twist rigolo, je ne vous en dis pas plus.

Mais all work and no play make Niko a dull boy, c'est bien connu. Et donc, la semaine passée, j'ai passé le week-end à tester des jeux de société. Le Conan de chez Monolith, que je n'avais pas eu l'occasion d'essayer jusqu'alors, mais qui fut facile à maîtriser puisqu'il utilise le même système que leur Batman (dont le financement est bouclé). Mais j'ai aussi pu tester divers autres trucs, dont Blood Rage, dont le mécanisme m'avait semblé imbitable au départ, et qui en fait est assez génial. Le concept : des vikings envahissent une île magique dans le but de se couvrir de gloire, et les manières de récupérer de la gloire sont variées, y compris en perdant glorieusement des batailles. Retournements de situation garantis, encore plus brutaux que dans Game of Thrones. Je me suis fait défoncer, mais on s'est bien marrés. Je recommande le bazar.

Et un autre jeu qui m'a épaté, c'est La Flamme Rouge, un jeu de courses cyclistes, avec un mécanisme hyper simple, mais qui autorise de grandes subtilités tactiques. Vraiment une très belle surprise. Le système gère brillamment la fatigue graduelle des coureurs, les montées et les descentes, les effets de peloton, les échappées, mais de façon très fluide, et il est très équilibré. Pareil, je recommande vivement.

edit (emarcel) : passé l'après-midi de dimanche à jouer à Conan avec mes mômes. on s'est éclatés.

Aucun commentaire: