mercredi 21 octobre 2015

Le retour du futur

Ah, il serait temps, si je puis dire. C'est officiel, nous sommes dans le futur puisqu'on est le 21 octobre 2015.


Franchement, ça tombe bien parce que le présent, j'en avais un peu ma claque, à force.

Et le court-termisme de tout le monde, ces derniers temps, il ne faisait qu'amplifier cette sensation désagréable de présent, je ne sais pas si ça vous fait ça aussi. Quand on écoute ceux qui devraient penser large, avoir le regard rivé sur les lendemains, préparer l'évolution et tout, on voit que leur horizon s'arrête à 2017. Et qu'il sera toujours temps à ce moment-là de passer à la suite.

Dans le boulot (tous les boulots), c'est pire. C'est tout, toujours plus vite, toujours plus tôt, et sinon ça devient tout de suite obsolète comme l'iPhone 4 que les gens faisaient la queue pour l'avoir avant les autres. Bon, les voitures volantes, c'est bon, on en a fait notre deuil, puisqu'on sait depuis l'an 2000 et les pubs IBM nous expliquant qu'elles avaient été remplacées par des solutions d'e-commerce plus faciles, plus rapides et plus séduisantes. Ce qui nous évitait de nous les foutre au cul, et c'est pas plus mal parce que c'est gros, quand même, sinon, une voiture volante.

Donc ça y est. Le futur est là. Le Futur, avec un grand F.

J'ai regardé dehors, le ciel est pareil qu'avant, mais c'est peut-être une illusion d'optique, comme souvent dans ces cas-là. Et puis qu'à cela ne tienne. L'important, c'est d'y être.

J'en ai bouffé, du présent. Et quand je parlais du Futur, on me traitait de pas réaliste, en me disant qu'il valait mieux que je pense à mon avenir et que je le prépare de pied ferme. Et tout ça, ben du coup, c'est du passé. Et c'est mieux comme ça.

3 commentaires:

Tonton Rag a dit…

On voit dans ce film le caractère redoutablement efficace de la propagande état$-unienne$, propagande qui, comme un gaz toxique répandu par les terroristes qu'ils sont, ne peut pas ne pas être respirée : qui sont les méchants dans ce film ? Les terroristes libyens. Amusement inoffensif ? Outil scénaristique sans conséquence ? Non. Par le caractère répété, sur des décennies, de la propagande anti-libyenne, on a amolli les esprits. Quand les états-unis et leurs supplétifs français ont agressé (illégalement, car ils outrepassaient leur mandat) la Libye, la majorité de la population occidentale a approuvé (même des commentaires sur ce blog approuvait). Le résultat : le peuple libyen soumis par les amis d'un cinéaste nettement moins talentueux que Kusturica à la charia et les richesses du territoire livrées à l'occident. On a éliminé un chef indépendant de l'occident pour mettre en place des pouvoirs se combattant les uns les autres mais ne pouvant menacer l’hégémonie de l'OTAN. Retour vers le futur n'est pas responsable mais c'est l'un de ces innombrables complices sans lesquels les assassins véritables ne pourraient rien...

Alex Nikolavitch a dit…

Mais le gouvernement Libyen, à l'époque, avait une conception bien à lui de la circulation aérienne et de l'aviation civile. Je dis ça comme ça. Et comme disait l'oncle Vladimir, "les faits sont têtus".

Tonton Rag a dit…

Il semblerait que les libyens aient fait tomber un ou deux avions occidentaux pleins de civils ? Est-ce à cela que tu fais allusions ? Mais les américains n'ont-ils pas fait tomber un avion iranien rempli de civils à coup de missile ? ET le vol MH 17, que le gouvernement ukrainien envoi délibérément survoler une zone de combat ? Si c'était les russes qui étaient responsables et pas le gouvernement issu du putsch soutenu par des nazi ukrainiens et de l'argent américain, les media pourraient avancer d'autres preuves que des dialogues tirés de réseaux sociaux, à commencer par les dialogues des pilotes (boites noires intactes donc disponibles depuis plus d'un an) et les données des radars (les russes l'ont fait). Alors la conception de l'aviation civile de l'OTAN ...