lundi 12 octobre 2015

"Brûlant dans les flammes ardentes d'Orques"

Dans mon rêve de cette nuit, j'étais ligué avec Gandalf et Saroumane pour combattre une invasion d'orques. Pas ceux du Mordor, les types verdâtres et dégueux, non. Les autres. Genre sauvez Willy, les baleines* maquillées en pandas. Ces orques-là.

Comme souvent, en rêve, ça n'avait aucun sens. Les orques infestaient un lac de montagne, et via des rivières souterraines, s'étaient répandus dans tous les plans d'eau des alentours. Les magiciens m'avaient demandé de servir d'appât, et donc je cavalais au bord de l'eau, poursuivi par un banc d'énormes cétacés (et je ne sais pas quelle taille ça fait en vrai, une dent d'orque, mais en rêve c'était balaise, à faire se chier sous lui un tyrannosaure de calibre moyen). Je m'enfonçais toujours plus profondément dans la montagne, à l'intérieur de la forteresse secrète parcourue de canaux, attirant à ma suite toujours plus des bestiaux en furie.

Puis j'entendis une voix majestueuse se réverbérer dans les voutes (celle de Jean Piat ou de Michel le Royer, je ne sais pas pourquoi, mais dans mon rêve, Gandalf et Saroumane étaient en VF) me disant que je pouvais arrêter de cavaler, que les bestiaux étaient dans le bassin idoine. Je m'adossai à une colonne pour reprendre mon souffle, et puis je suis allé m'enfermer dans les chiottes, parce que toute l'installation était couturée de voies d'eau, et que ça grouillait de partout, avec des claquements de dents chaque fois que je m'approchais trop.

Et dans les chiottes, l'eau de la cuvette s'est mise à bouillonner, comme si quelque chose remontait par le tuyau.

J'ai rabattu le couvercle, j'ai mis le pied dessus, parce qu'on ne sais jamais, et puis je me suis réveillé.




C'est qu'ils ont pas l'air commodes, ces cons-là


*Oui, je sais, techniquement, l'orque ou épaulard commun est plutôt de la famille du dauphin. Faites pas chier dès le matin, d'accord ? J'ai mal dormi et je suis pas d'humeur.

Aucun commentaire: