lundi 13 juillet 2015

C'est mon dernier bal

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais dans le Bal des Vampires, de Polanski, les vampires ils étaient un peu usagés. Ça sentait bien la vieille fin de race décadente, un ancien régime (régime hématophage, ça va de soi) qui se serait survécu dans la poussière, la naphtaline et une nuit éternelle.

Et puis, les Bal des Vampires, c'est comme tout. Il fallait bien que quelqu'un en fasse un jour une comédie musicale à grand spectacle. Et donc, les affiches sont placardées dans tout Paris.

Et comme tout œuvre portée de la sorte, elle doit s'adapter à son nouveau public. Et donc, à la place de nos dégénérés ridés et poussiéreux, nous avons de quoi ravir la génération Twillight : l'affiche représente clairement une Bela et un Edouard. Et pour gratter aussi du côté des lectrices de mangas shojo, le Edouard local a une coupe de cheveux à la Lucius Malefoy, cette coupe aux cheveux très longs et lisses pour laquelle le terme technique est justement "coupe de vampire pédé dans un manga pour jeunes filles" (mais "coupe à la Lucius Malefoy", c'est plus court.

Après, je ne suis pas complètement persuadé qu'il soit tout à fait pertinent de rameuter un public jeune et féminin à un truc signé Polansky, à la base, mais je suis probablement mauvaise langue.









Et sinon, le mot du jour, c'est "électrocufier". Ce qui signifier "tromper son/sa partenaire à l'aide d'un amant marchant sur piles".

Aucun commentaire: