samedi 27 décembre 2014

Décodage

Je ne sais pas si vous savez, mais la SNCF emploie un langage codé. Par exemple, "incident grave de personne", ça signifie que quelqu'un est passé sous un train et s'est retrouvé étalé sur 50 mètres de rail (ou 300 mètres, quand c'est sous un tgv).

Mais quand le composteur grandes lignes vous dit "tournez votre billet" en refusant de le dépuceler, ça ne sert à rien de le retourner, et d'essayer les trois autres possibilités. "Tournez votre billet", ça signifie en vrai "veuillez infliger au composteur une manchette sèche, du tranchant de la main, sur le côté droit". Et après, ça remarche. Bon, le traducteur en moi remarque que la formule initiale, si elle manque de précision, a le mérite de la concision.

Bon, j'étais à la gare pour m'absenter quelques jours, et pour faire subir à mon régime un sort déhèsquèsque (en  d'autres termes, "fuck the regime"*) et taper dans la charcutaille, la foigraille, la picolaille et autres spécialités de la fin d'année. D'ailleurs, au passages, joyeuses fêtes à tous, amis lecteurs. (et même lecteurs pas amis. j'ai le vin gai, je suis en mode paix sur terre aux hommes de bonne volonté et je vous aime tous) (non, pas de façon déhèsquesque non plus, je suis pas recuit à ce point). Bref, j'en ai profité pour passer chez un petit producteur faire provision de gelée de fleur de sureau, et ça tue grave, ça. J'en trouve nulle part par chez moi, et c'est pourtant une belle invention, je dirais même une des grandes conquêtes de l'esprit humain. Je vais m'en refaire une tartine, tiens, pour la peine.

Allez, bonnes fêtes à tous !!!!



* On peut donner à cette expression un sens politique, aussi, mais je laisse ça sous votre responsabilité. Je suis de trop bonne humeur, là, j'ai pas le couteau entre les dents, je m'en sers pour tartiner le foie gras. Le terme technique "déhèsquèsque", c'est mon cadeau de Noël à la langue française, tiens.

Aucun commentaire: