mardi 16 septembre 2014

Ils sont beaux, mes nobos, ils sont frais !

En faisant le tri dans la boite "spam" de mon logiciel de mail (oui, faut vérifier de temps en temps que le truc ne mette pas à la benne des vrais mails de vrais gens), je suis tombé sur une pub pour "bonobo jeans". Je ne sais pas si c'est une marque de futals ou juste la boutique qui les vend, mais le concept m'interpelle.

Parce que quand on crée une marque de fringues et qu'on se place sous le patronage d'un totem animal, on essaie de trouver un truc cool. Même pour des fringues nazes (rappelez-vous les bottes Aigle). On va être dans le Puma, le Barracuda, le Faucon, ou au pire, dans le Coq quand on veut être cocardier.

Mais le Bonobo ? Fichtre, bigre et palsambleu ! Ou bien, soudain, le Bonobo est devenu cool en soi (alors c'est probablement un truc de hipsters), ou bien c'est un message un peu subliminal pour se donner un genre, vu que le Bonobo règle ses conflits sociaux en essayant d'enculer ses voisins. Vous noterez au passage que l'espèce humaine ne s'est pas très éloigné de ce principe : Monsieur Gattaz est très bonobo, sur le fond.

(après, les malfaisants sont pas forcément habillés en jean)

Aucun commentaire: