jeudi 18 septembre 2014

Hey Mickey

Coïncidence du calendrier ou volonté délibérée des directeurs de programmes, les chaînes ciné profitent de la sortie de Sin City 2* pour nous passer des vieux films avec Mickey Rourke. Et en fait, faut savoir que c'est le même mec. Parce que le Mickey Rourke que j'ai revu ces jours-ci dans Angel Heart et dans l'Année du Dragon, on ne risque pas de le confondre avec celui de Sin City, des Expendables, de Iron Man 2 ou du Wrestler.

C'est quand même effrayant une telle dégradation physique. Même notre Dipardiou national ou les Bogda Brothers font moins peur. Faut dire qu'ils partaient de moins loin. Parce que le Mickey, quand il était jeune, il avait vraiment un côté beau gosse. On a peine à le croire aujourd'hui, mais c'était un peu le George Clooney de sa génération (alors que Djodj What Else, quand il était jeune, c'était pas ça. je vous enjoins de regarder L'Attaque des Tomates Tueuses 2 pour vous en convaincre).

Bref. Je l'aime bien, Mickey Rourke, même maintenant. Il arrive à faire quelque chose de son physique actuel (et je me dis qu'il pourrait jouer dans une suite de Barfly, aussi, ça pourrait être intéressant) mais j'ai toujours un petit pincement au cœur quand même. Ça reste un peu triste, quoi.


*Et à cause de Sin City 2, et de l'interview de Jim Lainé à ce sujet, il a fallu que je me coltine non pas une fois, mais deux le 20 heures de TF1, ce qui ne m'était pas arrivé depuis... Ça se compte en décennies, je crois. Et le présentateur du 20 heures, c'est une hallucination vivante, ce mec. Il a un charisme à faire Premier Ministre, un snobisme à faire critique parisien de BD sur un site confidentiel et une vivacité à faire passer Doc Gyneco pour Michael Bay. Bref. C'est ta faute, Jim, je t'en veux terriblement.

Aucun commentaire: