jeudi 5 juin 2014

Le commencement de la fin

C'est cyclique, ces tubes que tout le monde fredonne, que tout le monde reprend, que tout le monde a entendu et que tout le monde sait identifier. Il y a des chansons comme ça qui atteignent une sorte de masse critique, tous les quelques temps.

Et puis vient le moment où pouf, la vague retombe. Où le truc se ringardise d'un coup, et où l'on passe à autre chose.

Je crois qu'on est pas loin d'y arriver pour Happy, le tube de Pharrell Williams, lauréat 2014 du prix Jamiroquai du jeune chanteur à chapeau qui incarne la coolitude décalée juste ce qu'il faut*. Y a des signes qui ne trompent pas : on l'entend comme bande-son dans des pubs pour bagnoles, et des entreprises commencent à le mettre en musique d'attente quand on téléphone comme les premières Quatre Saisons de Vivaldi venues. Du coup, le truc va lasser, et en plus les gens vont peut-être finir par se rendre compte que les paroles n'ont aucun sens.

Dans très peu de temps, tout le monde trouvera le morceau insupportable, c'est une certitude quasi mathématique. Le morceau connaîtra une longue éclipse. Et puis ce sera par nostalgie que ça reviendra, quand sortiront les compilations "générations années 2010", à côté de Harlem Shake et de Gangnam Style et tout le bazar, et que les groupes à la mode du futur commenceront à le reprendre comme un standard.




*PJJCCQICDJQF, pour faire court.

5 commentaires:

  1. Si j'avais eu un doute (que je n'ai pas ceci dit) sur la validité de l'idée que j'ai eu il y a déjà pas mal de temps de ne plus regarder la télé, ni écouter la radio, en lisant un billet comme celui que tu postes ici je suis conforté dans mon idée.
    J'éprouve un petit extase à savoir (maintenant) que j'ignore qui est Pharrell Williams ; le monde est fou.

    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Sauf que tu as forcément entendu sa chanson ici ou là, elle sature l'atmosphère. ou tu as entendu le truc qu'il avait chanté avec les Daft Punk, et dont les paroles ne voulaient pas dire grand-chose non plus.

    Mais tel un Monsieur Jourdain des temps modernes tu écoutais du Pharrell Williams sans le savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par la force des choses je ne peux pas dire si j'ai oui ou non entendu sa chanson, mais ce que je peux dire c'est que je n'ai pas écouté, ni entendu de musique autre que celle que je voulais écouter depuis très longtemps.

      Je ne me rappelle pas être allé dans un endroit où l'on diffuse de la musique, je ne téléphone presque jamais, je ne regarde aucune publicité (pour reprendre les exemples que tu cites).

      Ceci dit je ne peux être affirmatif : comment dire que je ne connais pas ce que je ne connais pas. [-_ô]

      Supprimer
    2. Rien que d'aller faire les courses, de nos jours, je suis exposé à plein de trucs. et le fait d'avoir quand même quelques ados à la maison, ça m'oblige à suivre un peu...

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas cette chanson. Je suis allé regarder le clip sur youtyoube. C'est pas mal. Je comprends néanmoins que ça puisse lasser à la longue.

    Quand tu écris "les gens vont peut-être finir par se rendre compte que les paroles n'ont aucun sens", je te trouve très optimiste sur la capacité des Français à comprendre l'anglais. Passé le titre ("Happy"), l'immense majorité de nos compatriotes est larguée, je pense.

    RépondreSupprimer