jeudi 22 mai 2014

Better than Godard

Bon, voilà que Jean-Luc Godard traite Quentin Tarantino de "faquin" devant les caméras.

Après, moi je m'en fous un peu, il peut le traiter de ce qu'il veut. J'aime bien Tarantino, mais après tout, ce sont des polémiques entre faiseurs d'images qui bougent, ça me concerne moyen. Et puis si ça se trouve, Tarantino le mérite un peu quand même. à la limite, on me demanderait, je leur prêterais des clubs de golf pour qu'ils en discutent entre eux sur un ring devant les caméras du monde entier et ça aurait le mérite de nous faire rire un peu (parce que sinon, moi, le Festival des Carnes, c'est comme Roland-Garros ou la Coupe du Monde, je ne suis pas vraiment le déroulé des évènements).

Mais là, d'un coup, je vois des articles. Enfin un article sur le blog par ailleurs excellent des correcteurs du monde. Un article qui s'esbaudit de voir le vieux marabout helvétique des pellicules ressusciter un terme aussi désuet et perdu de vue que "faquin".

Bigre.

Les lecteurs attentifs auront pourtant remarqué qu'il y a quelques années, j'avais déjà remis "faquin" au goût du jour dans la traduction de Battlehymn.

Quel suiveur, ce Godard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire