mardi 31 décembre 2013

Kazowie !

Quand j'ai appris que Schumacher était dans le coma, j'ai cru à une vengeance de Batman.





Et en fait, non.






Sinon, 2013 s'achève tranquillement. à l'année prochaine, donc !

dimanche 29 décembre 2013

Du popcorn dans les hauts-parleurs !

Si tout va bien, je passe dans l'émission Pop-corn, sur le Mouv, demain lundi 30 janvier, à partir de 18 heures (enfin, l'émission commence à 18 heures, mais l'interview commence plutôt à 18h30, si j'ai tout bien compris).

Donc voilà, profitez de ces quelques instants où à nouveau, votre Nikolavitch préféré sera un service public.




Et sinon, deux citations pour se coucher moins bêtes le dimanche :

"La connerie, c'est la décontraction de l'intelligence." (Serge Gainsbourg)

"Faut pas confondre décontracté et avachi, connard." (Nadine de Rotschild) (authenticité de la citation non contractuelle. nous sommes sur Internet, après tout)

vendredi 27 décembre 2013

J'ai perdu la tête, depuis que j'ai vu...

Sacrilège ! On a coupé la tête de la statue de Lénine dans la petite ville de Kotovsk, en Ukraine :


Elle a été trouvée, seule et abandonnée de tous, dans une allée du parc.


Mais force est de reconnaitre que c'est un peu comme la Vénus de Milo, les morceaux manquants donnent à la statue un certain cachet. Il y a là-dedans, maintenant, comme une espèce d'énergie potentielle, un appel muet. C'est beau, je trouve.

mardi 24 décembre 2013

Soudan caustique

On annonce des découvertes de charniers au Sud Soudan. Ce n'est pas forcément une surprise complète, vu que ça cartonnait pas mal dans le secteur depuis bien des années (du temps où l'on parlait d'événements du Darfour). Et là je me pose la question : quand le pays a arraché son indépendance, il n'y a eu personne pour l'accompagner, cette indépendance ? Pas d'observateurs de l'ONU ou de l'Union Africaine ? On les a laissés se démerder ?

Paix sur Terre, parait-il, mais les hommes de bonne volonté avaient congé.

samedi 21 décembre 2013

vendredi 20 décembre 2013

Encore plus dur à épeler que le chat de Schröd… Schrüde… Schreude… Enfin vous voyez de qui je veux dire

J'hallucine. Je cherchais sur Youtube la séquence de la fusée* dans Koyaanisqatsi** :




Et je viens de découvrir qu'à l'instar de Never Gonna Give You Up, ou des séquences de La Chute, la musique écrite par Philip Glass pour ce film a été l'objet de moult parodies plus ou moins inspirées.

Je ne sais même pas pourquoi je continue à m'étonner des choses***.



*Oui, je bosse sur Cosmonautes, là.

**j'ai pas de mérite, là, je viens de revérifier l'orthographe

***En dehors du fait que le premier devoir du philosophe, c'est l'étonnement. Mais je ne suis pas philosophe, j'ai pas le brushing qu'il faut****.

****Promis, demain, j'arrête les notes en bas de page.

jeudi 19 décembre 2013

Bien mieux que la Bit'Lit, la Brit'Lib !

Tiens, la British Library vient d'ouvrir un Flickr avec plein d'images libres de droits, tirés de vieux bouquins. Alors j'ai jamais été trop fan de Flickr, je trouve que c'est le bordel, ces images balancées au petit bonheur la chance sans classement d'aucune sorte, mais là, je dois dire que je kiffe sérieusement le genre de vieilleries qu'ils balancent par paquets de 12.

Y a des merveilles dans ce genre-là, par exemple :


Ou bien ça :



Forcément, je ne peux que me régaler.

mercredi 18 décembre 2013

Kant, on n'a que l'amour

C'est rigolo, c'est quand on est le plus débordé que tout conspire à vous faire perdre le plus de temps. Genre quand vous passez vos journées dans un bureau exigu à taper du texte au kilomètre, et que soudain, paf, le radiateur électrique dudit bureau passe de vie à trépas, comme ça, sans prévenir. Alors que ça pèle grave dehors. Et que du coup, ça se met à peler grave dedans aussi.

Taper du texte au kilomètre quand on a les doigts gourds et qu'il bise et vente dans ma mansarde, ce n'est pas facile. Et donc l'on doit s'arracher à son clavier pour tenter de ranimer le défunt radiateur. On y arrive brièvement, puis il faut se rendre à l'évidence : le radiateur est dans l'état du perroquet de John Cleese. Il faut donc le remplacer, c'est à dire arrêter de chier du texte, trouver un plan bagnole, aller en racheter un et l'installer.

Oh, par les temps qui courent, on pourrait aussi commander sur internet le bidule, attendre la livraison, puis attendre qu'un artisan compétent vienne le brancher. Mais primo, ça prend du temps (et du temps, quand la température du bureau se fait polaire et qu'on a des délais à tenir, on n'en a pas) et ça coûte des ronds (et des ronds, si l'on explose par trop les délais de l'éditeur, on n'en aura vite plus).

C'est là qu'entre en jeu le concept de l'Unscheissirung.

Il provient d'un philosophe allemand qui, alors que ses admirateurs béats lui demandaient de leur expliquer le sens de la vie et comment devenir riche et célèbre, leur a répondu un lapidaire, mais resté célèbre "Unscheissiren Sie ihnen." C'est puissant. Ça me colle des frissons à chaque fois. J'ai presque une demi-molle rien qu'à le taper. C'est ça qu'il y a de bien, avec les philosophes allemands. Ils manient de purs concepts que la langue française a du mal à exprimer avec autant de force, c'est pour ça qu'il faut les lire dans le texte. Et que les universitaires français lisaient même les philosophes danois en version allemande. Si, si, je vous jure.

Bref, suivant le sagace conseil de ce grand philosophe, j'ai pratiqué l'Unsheissirung. J'ai trouvé le plan bagnole, acheté le bidule, je l'ai installé (en m'y reprenant à trois fois parce que le poids du truc a arraché le mur), et après plusieurs bordées de jurons en au moins quatre ou cinq langues (y compris le Cthulhu) mon bureau est douillet, cosy, praticable. Merci, philosophe allemand.

Dernièrement, j'ai aussi traversé tout Paris en trimballant plusieurs kilos de sauce chinoise au piment extra forte. Parce que. J'ai pas à me justifier, il y a des raisons rationnelles à ça qui ne vous regardent pas. C'était pour rendre service, en plus. Et je l'ai fait en ayant peur, dans le métro, que les bousculades fassent tout péter, Salaire de la Peur style. J'aurais eu l'air malin, avec ma barbe, à essayer d'expliquer que non, ce n'était pas un attentat d'Al-Qaeda, mais la faute aux Chinois. On ne m'aurait probablement pas cru.

Enfin bref, tout ça pour dire qu'en fait, je serai samedi matin de 10 à 11 dans l'émission le Pitch, sur Le Mouv. Je sais, ça n'a aucun rapport avec ce qui précède, ni d'ailleurs avec le titre. Mais je m'en fous, c'est MON blog, ici.

samedi 14 décembre 2013

Flyby of the titans

Tiens, je viens d'apprendre que la NASA avait commencé à cartographier Titan, et à nommer les mers d'hydrocarbures*. La question que je me pose, c'est : quand le gaz de schiste** sera épuisé, combien de temps faudra-t-il aux compagnies pétrolières pour nous trouver un moyen d'aller exploiter Titan ?







* Et non pas d'hydrates de carbone, comme on le voit trop souvent dans des dépêches mal traduites. Ce qu'on appelle hydrates de carbone, ce sont des sucres. Et un titan en sucre, à mon avis, c'est encore moins solide qu'un colosse aux pieds d'argile.

** Schiste happens, comme on dit en Anglais.

vendredi 13 décembre 2013

Rappel festival du ouiquende

Je vous rappelle que demain et dimanche, les 14 et 15 décembre, donc, je serai en dédicace au festival de Marines, dans le Val d'Oise, à la salle Pompidou, boulevard Gambetta. J'y animerai aussi un petit atelier le samedi après-midi à l'Espace Loisirs et Culture.

jeudi 12 décembre 2013

On verrait des avions dans les couloirs du métro et le Joker en Cage à Médrano

Dans mon rêve de cette nuit, j'allais voir un film. Et selon cette porosité particulière des rêves, la frontière entre ma réalité onirique et celle du film que je regardais était ténue, et le passage entre les deux se faisait de façon fluide, encore plus que dans Last Action Hero. Mais au lieu d'avoir un Schwarzennator qui ignore qui a buté Mozart, mais promet de se pencher sur le dossier, on avait Nicolas Cage. Déjà, rêver de Nicolas Cage, c'est dur. Mais en plus, le Nico, il jouait le Joker, et là, ça meurtrissait mon petit cœur déjà pas mal racorni et qui n'a donc pas besoin de ça.

Donc, Cage en Joker (et non pas l'inverse). C'était dur, oui. Surtout quand je me suis retrouvé embarqué dans le récit, à essayer d'empêcher une voiture piégée d'exploser. Moi qui suis un vrai tocard en mécanique, me confier ce genre d'opérations de déminage, ça relève de la malveillance pure : d'ailleurs, la bagnole a fini par péter.

Et c'est là que c'est devenu affreux. Parce que Jokeras Cage, sa tête a pris feu. Et qu'il s'est métamorphosé alors en Ghost-Joker tout de cuir vêtu. Une catastrophe. Il a commencé à terroriser les badauds qui s'étaient massés sur le parking de supermarché où avait eu lieu l'explosion.

Devant une telle vision apocalyptique, je ne pouvais faire qu'une chose.

Je suis sorti du film et de la salle de cinéma, en maudissant les producteurs.

Mais en sortant, je me suis retrouvé sur le parking, où le Ghost-Joker continuait ses exactions.

Alors je me suis réveillé.

Je comprends pas, j'ai même pas mangé de trucs à la béchamel, hier soir. J'ai mangé léger ! Si même mes précautions basiques ne suffisent plus à me protéger de telles visions, je me remets au Fluff, moi, c'est décidé.

mardi 10 décembre 2013

Chez Guevara, ouvert pendant les Fêtes

Ah, les marchés de Noël… Alors que j'étais en vadrouille pour faire le plein de diverses bricoles (lessive, beurre, lasagnes non surtaxées, etc.) je suis passé devant des stands de marché de Noël. C'est difficile d'y échapper, il en fleurit de partout. Souvent avec les mêmes stands d'une année sur l'autre, d'ailleurs : j'ai entre autres reconnu le bidule à défriser les cheveux que ma fille numéro 2, aux cheveux pourtant raides, avait réussi à se faire refourguer l'an passé, et dont elle est très contente (je crois que je ne comprendrai jamais totalement les filles).

Et puis il y avait l'inévitable stand de t-shirts imprimés qui essaient d'avoir l'air cool.

Ça marche toujours, les t-shirts imprimés. Un slogan rigolo, ou une image complètement iconique, ou les deux, et hop, carton assuré, ça coûte rien à produire, ça se vend cher, la culbute direct. Les images iconiques qui marchent à un moment donné sont généralement instructives, d'ailleurs, elles en disent long sur le Zeitgeist.

Et dans le tas, bien entendu, l'idéboulonnable* Ernesto, dans ce célèbre portrait photographié par Korda, et mis à toutes les sauces depuis près d'un demi-siècle. Et, sous le portrait, marqué en gros : "Che Guevara".

Et là, ça me heurte. Non que j'aie quoi que ce soit contre ce brave homme de toute façon défunt depuis bien longtemps. D'accord, il était communiste, mais il y a prescription, quand même. Ce qui me gêne, c'est qu'on a là une des images les plus iconiques de la seconde moitié du Vingtième Siècle. Le truc méga reconnaissable, aussi représentatif de son temps que le portrait de Marilyn par Warhol. Y a pas besoin de mettre le nom en-dessous ! C'est redondant ! Même les illettrés connaissent cette photo, de toute façon. Alors ceux qui savent lire...

Ouais, c'est un peu gênant, ce truc. Déjà, le gamin qui porte un t-shirt du Che, on est toujours un peu gêné pour lui. On se dit "ouais, le trip révolutionnaire romantique, bien sûr que c'est de son âge, c'est même presque mignon, et puis c'est ça ou un t-shirt Jean-Jacques Goldman, alors à tout prendre..." Mais bon, le fait de mettre le nom en dessous, là ça fait carrément "le p'tit con qui nous explique la blague". Et là, c'est vraiment lourdingue, bien plus que de mettre "hasta siempre" ou une citation du grand homme (ma préférée : "un bout de fil de fer entortillé remplace avantageusement et efficacement une vis", mais curieusement, on ne la voit jamais sur des t-shirt, celle-la).

Alors que pour le t-shirt Bob Marley, juste à côté, je dis rien. Mais c'est juste que le portrait dessiné était tellement foiré qu'on aurait dit le vieux clodo auquel je donnais de temps en temps une pièce quand j'attendais le train d'une heure et quart du matin à La Défense, quand j'étais jeune. S'il n'y avait pas eu "Bob Marley" marqué dessous, je n'aurais jamais deviné que c'était lui.

Je note qu'on fait des t-shirt du Che, mais pas des slips.
Y a peut-être un marché à conquérir, là.


*Alors que Lénine s'est encore fait déboulonner pas plus tard que l'autre jour en Ukraine. Je savais même pas qu'il restait des statues de Lénine dans le pays avant qu'ils ne déboulonnent celle-là.

lundi 9 décembre 2013

Cheval dire à ma mère

Je repensais à un truc, là, à propos de l'équitaxe sur les canassons...

Ça veut dire que le prix des lasagnes va augmenter, alors ?

dimanche 8 décembre 2013

What's next

Prochains ateliers, conférences et dédicaces.

Le week-end prochain, les 14 et 15 décembre, donc, je serai en dédicace au festival de Marines, dans le Val d'Oise, à la salle Pompidou, boulevard Gambetta. J'y animerai aussi un petit atelier le samedi à l'Espace Loisirs et Culture.

J'ai aussi les horaires définitifs de mes conférences au festival d'Angoulème :
La conférence La représentation du Moyen-Âge en bandes dessinées sera donnée deux fois, le jeudi 30 janvier à 14 heures, et le samedi 1er février à 19h30. J'animerai aussi un débat sur l'avenir des super-héros, avec normalement Jean-Marc Lainé, Xavier Lancel et Xavier Fournier.

Le reste du temps, je devrais être en dédicaces au stand des éditions La Cafetière, comme tous les ans.