mercredi 19 juin 2013

Plus bas que la bête

J'étais tenté de vous parler de la pluie et du beau temps, mais justement, le côté beau temps relève en ce moment du rêve inaccessible. Entre les orages qui crackaboument de partout, la nuit en plein jour, les grêlons gros comme des noisettes, le tout cédant brutalement la place à un soleil moite qui vous cuit dans une touffeur tropicale, je ne sors que contraint et forcé (pour acheter du beurre*, par exemple, très important).

Du coup, me voilà de nouveau claquemuré dans mon bureau/bunker, guettant craintivement les colères du ciel tout en tentant d'avancer dans mon travail (voilà que je glisse en sous-marin des références à Gilbert Bécaud dans des comics, moi. ça va décidément pas dans ma tête) sauf qu'en allant chercher le beurre, j'ai croisé la route de...

En fait, il y avait de la pâte à tartiner aux spéculoos. J'avais réussi à décrocher de cette saloperie. Mais là, en butte au surmenage et aux intempéries, j'ai craqué. J'en ai repris un pot. Et un pot de beurre de cacahuète en prime. Je…

Il me reste du pain. J'ai fait des crêpes.

Gnnn...

Résister...

Je...

Excusez-moi quelques instants. Je reviens.










* Juste pour les tartines, hein. J'aime beaucoup Marlon Brando, mais là, ce n'est pas le propos du truc. En plus c'était du demi-sel.

Aucun commentaire: