Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2013

Burton, le retour !

Hop ! Ça sort le trois juillet, et c'est coécrit par Christian Clot et moi-même, et dessiné par l'excellent Lionel Marty !

Dans notre grande série "la cuisine vaudou à travers les âges"

Aujourd'hui, comment découper une pizza maléfique sans se faire gauler par les esprits pas forcément très malins.






J'aimerais par contre qu'on m'explique comment quelqu'un a pu arriver ici en tapant "électrocuté au fil à vaches" dans Google.

L'univers impitoyaaaaaaa-ha-bleu !

J'étais en train de vérifier deux trois infos sur la bibliographie d'A.E. Van Vogt, pour des raisons assez obscures que j'ai déjà oubliés, quand j'ai été interrompu par un mail m'annonçant une fracassante nouvelle. Non, pas l'éviction de Frigide Barjot de son appart (je déteste cette bonne femme : elle n'a aucun sens de l'orthographe, elle ne sait même pas comment s'écrit son propre nom, c'est désobligeant. Ça s'écrit Bargeot, chez moi, parce que ça permet de construire dessus le substantif "bargeotage", un élément clé de mon vocabulaire), qui est pourtant une nouvelle intéressante, parce que personne encore n'a réussi à m'expliquer comment elle paye 34.000 euros de loyer en déclarant 36.000 euros de revenus. Et en arguant de "faibles revenus" en prime. Y a des trucs qui m'échappent. Ou alors ils mangent des nouilles sans beurre matin, midi et soir.

Non, le mail de mon confrère parlait du retour de Dallas*. Et…

Longtemps, je me suis couché débonnaire

Non, en fait, ce dont je voulais parler n'avait aucun rapport avec le titre.

Ceux qui m'ont entendu dernièrement en conférence ont peut-être remarqué que je n'étais pas très enthousiasmé par les comics mainstream publiés ces temps-ci. Beaucoup de séries semblent se chercher et ne pas se trouver, beaucoup de personnages ont été réinventés sans qu'on sache trop pourquoi et sans que ça débouche sur quelque chose, mais le résultat est là : ça fait des années que je ne lis plus ce qui sort en Fantastic Four, par exemple, dégouté par ce qu'en avait fait Mark Millar. Je me suis remis à Daredevil que depuis l'arrivée de Mark Waid (dont j'avais par contre détesté le Doctor Strange). Je redécouvre le run d'Invincible Iron Man de Matt Fraction, que j'avais zappé et dont on m'avait dit beaucoup de mal, mais que je trouve en fait vachement bien (plein de bonnes idées techno/SF, comme Stark qui traite son cerveau un peu comme un disque dur, ou ses adversaires…

Plus bas que la bête

J'étais tenté de vous parler de la pluie et du beau temps, mais justement, le côté beau temps relève en ce moment du rêve inaccessible. Entre les orages qui crackaboument de partout, la nuit en plein jour, les grêlons gros comme des noisettes, le tout cédant brutalement la place à un soleil moite qui vous cuit dans une touffeur tropicale, je ne sors que contraint et forcé (pour acheter du beurre*, par exemple, très important).

Du coup, me voilà de nouveau claquemuré dans mon bureau/bunker, guettant craintivement les colères du ciel tout en tentant d'avancer dans mon travail (voilà que je glisse en sous-marin des références à Gilbert Bécaud dans des comics, moi. ça va décidément pas dans ma tête) sauf qu'en allant chercher le beurre, j'ai croisé la route de...

En fait, il y avait de la pâte à tartiner aux spéculoos. J'avais réussi à décrocher de cette saloperie. Mais là, en butte au surmenage et aux intempéries, j'ai craqué. J'en ai repris un pot. Et un pot …

Vers l'infini et au-delà, camarades !

Décidément, j'ai toujours trouvé ça trop cool, la vie de héros de l'espace :
(C'est vrai, quoi : le scaphandre de la dame est vraiment trop bien)
Mais je m'aperçois que ça faisait longtemps que je ne vous avais pas balancé une bonne giclée de Soviet-art. Et je viens de découvrir que le Soviet-art qui bouge, ça le fait aussi :



Les super-héros étaient parmi nous

Me voilà rentré de Bussy Saint George où, à l'invitation de la médiathèque de l'Europe, j'ai donné une causerie  sur le thème des super-héros.

Bon, là, j'ai fait mon Fidel Castro et j'ai complètement débordé sur l'horaire*, et il a fallu que j'abrège le passage pourtant passionnant sur la symbolique des origines dans les comics de super-héros.

Cette fois-ci, le rétroprojecteur marchait magnifiquement, ce qui m'a permis de faire découvrir au public des images accablantes de Superboy collant des mandales à des singes géants, ou d'Adam West juché sur un éléphant (ce dernier cliché me permettait de démontrer que les super-héros sont capables de survivre à absolument tout. La preuve : Batman a survécu à Adam West).

Puis j'ai dédicacé une poignée de mes bouquins, pris l'apéro avec les autres auteurs présent et les bibliothécaires, puis foncé à Paris pour retrouver mes filles et la correspondante anglaise de l'une d'entre elles pour leur fa…

Cette fois il vont trop loin

Je suis très inquiet depuis que j'ai appris la nouvelle.

C'est une sorte de renversement de paradigme, un saut quantique dans l'inconnu. Presque une révolution conceptuelle.

Une entreprise d'agroalimentaire serait en train de mettre au point un chocolat qui ne fond qu'à partir de quarante degrés Celsius. Et comme souvent dans ce genre de cas, ça partait d'une bonne intention.

L'idée, c'est que le chocolat ne fonde plus au soleil. La vieille marotte du "fond dans la bouche, pas dans la main"*. Sauf qu'à quarante degrés, ça ne fondra pas dans la bouche non plus, faut pas rêver. Donc, nous allons découvrir le délicat plaisir de se péter les dents sur le chocolat en toute saison.

Et là je dis non.

La recherche scientifique, le progrès, tout ça, je veux bien.

Mais là il vont trop loin !!!!!!!!









*Oui, ça permet de raconter des blagues sur l'éjaculation précoce, aussi. J'adore les slogans publicitaires, pour ça. C'est trop facile de les…

Rappel conférence samedi 15

Samedi 15 juin, je donnerai une conférence intitulée Les Super-héros sont parmi nous, à la Médiathèque de l'Europe, à Bussy St-George. Ce sera suivi d'une séance de dédicaces.

Comme vous vous en doutez, il y sera fortement question de super-slips et autres personnages apparentés.

Le programme :


Presse, l'inquiétude

Désagréablement surpris par certains titres de journaux concernant la plus récente affaire de médicaments.

"Furosémide, l'inquiétude", ou "Retrait du Furosémide". Je conçois qu'un titre se doive d'être court, accrocheur et efficace. Mais parfois, à trop simplifier le message, on en arrive à dire des conneries, voire à sous-entendre des trucs totalement faux, au risque de faire plus de dégâts que l'affaire elle-même.

Et c'est le cas ici.

Parce que ce pauvre Furosémide n'y est pour rien. Et qu'il n'est pas retiré.

Mais bon, pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, un petit résumé des faits :

On s'est aperçu dernièrement que, sur deux lots de Furosémide Teva 40 milligrammes (c'est le générique d'un vieux médicament appelé Lasilix), des comprimés avaient été remplacés par des comprimés de Zopiclone.

Le Furosémide est un diurétique utilisé pour traiter l'hypertention artérielle, la Zopiclone est un puissant somnifère (…

Corrélation

Tiens, je me pose une question :

Avec la mort de Virgin, que les fabriquant de musique et de films (et Nono Monte-et-Bourre, qu'on n'a pas beaucoup entendu sur ce dossier) ont laissé crever sans s'en soucier, verra-t-on le téléchargement illégal augmenter ?

Parce que moins de disponibilité des œuvres, cela peut rendre tentantes certaines facilités, non ?

Ce serait pas mal de sortir les courbes et les statistiques pour voir si c'est corrélé, tout ça. Je dirais même que ça pourrait être édifiant.

La fin de Virgin, ça pose un problème de lieu où se procurer la culture.

Parce qu'en ce qui me concerne, la Fnac ça fait longtemps que je ne pouvais plus y mettre les pieds, entre les vendeurs structurellement incompétents à force d'être baladés de rayons en rayon, l'approvisionnement erratique et la place prise par les mixeurs au détriment des livres.

Vente de polos tragique : un mort

Du fait d'une panne de courant due aux orages qui m'a paralysé une partie non négligeable de la journée d'hier, je n'avais pas trop suivi l'actualité.

La fée électricité enfin revenue, j'ai pu découvrir ce qui s'était passé ces derniers jours dans notre beau pays.

Et j'avoue avoir du mal à complètement assimiler un concept comme celui de la vente privée de polos pour extrémistes. Parce que c'est ça la clé du fait divers dont tout le monde parle. Le fait qu'il y ait eu des fachos d'un côté et des anars antifafs de l'autre n'est qu'anecdotique*, à ce stade (bon, sauf pour le type qui s'est fait repasser, on est bien d'accord). Le point qui me chiffonne, c'est que les deux bords se présentent comme des genres de rebelles, étant chacun à sa façon contestataire du consensus républicain. Et que ces deux bords, rebelles et ennemis, se retrouvent dans une vente privée de fringues, le truc bourge par excellence, déjà ça me fai…

Ce soir....

Je n'avais rien de particulier à dire (si : je suis débordé de taf, et rien de fonctionne correctement depuis trois jours, que ce soient les transports, les ascenseurs, les gaufriers* ou tout simplement mon cerveau, mais en fait, je crois que je m'en fous, à force).

Alors à la place, juste une image qui fait rêver :











*Le gaufrier a du coup subi un sort funeste, et a été avantageusement remplacé par un moule à gaufres en silicone qui marche très bien.

Traduc Schön !

Tiens, ça fait quelques temps que je n'ai pas fait le point sur les traductions qui sortent, signées de ma main (et du truc vaseux qui me sert de tête en ce moment).

En librairie chez Delcourt, il y a The Darkness Tome 5 - Seconde Chance, avec le retour de Jackie Estacado. Il était pas vraiment mort. Enfin si, mais il s'en fout. Alors il revient.

Il y a aussi Rising Stars Tome 3, enfin la fin de cette série (on l'attend en VF depuis quoi... une petite dizaine d'années ?).

Pour les kids, Star Wars - The Clone Wars Tome 3 - La Planète des fauves, des aventures jedaïesques dans toute la galaxie.

Et en presse, chez Delcourt toujours, il y a le magazine The Clone Wars, et un vieil épisode dans le Star Wars Comics Magazine.

Chez Panini, on a The Boys, Tome 18, et on approche sérieusement de la fin (y a déjà un grand ménage qui se fait dans cet épisode), et on a aussi Hit Girl, un épisode qui fait la liaison entre les deux séries de Kick-Ass. Et ça castagne sévère là-aussi.

S…

Back from the talk

J'étais arrivé hyper préparé pour ma conférence. Ayant mesuré les raisons de mes soucis de cet hiver, j'avais complètement abandonné le principe du plan sur papier, décidant de m'en remettre exclusivement à une iconographie hyper structurée (l'autre raison de mes soucis, c'était que je n'avais pas dormi la nuit précédente. Mais comme je suis grièvement sujet au trac, j'ai pas plus dormi cette fois-ci, sans plus avoir l'excuse des copains et des verres de bière). Donc, j'avais sur moi 116 images, mises dans le bon ordre, permettant d'évoquer 100 ans d'histoire des comics, avec des auteurs, des personnages et des concepts clés. Plus Superboy distribuant des mornifles à des gorilles démesurés et Adam West juché sur un éléphant. Les images me servaient d'aide-mémoire, de guides, de moyen de rythmer la conférence, et d'illustrer certains points qui méritent d'être vus (le lettrage, par exemple, ou le travail des couleurs).

Et bien ent…