lundi 3 septembre 2012

Télescopage de concepts...


Gozzilla, c'est le fils caché de Godzilla et d'un Gorilla ? Diffilcile de déterminer s'il tient plutôt de la maman ou du papa, alors. Mais en tout cas, il a l'air d'avoir la libido de King Kong.

Quand les Japonais avait sorti King Kong contre Godzilla, en tout cas, on ignorait que ça s'était terminé par une réconciliation sur l'oreiller.

Dans le reste de mon actualité, j'ai rendu une nouvelle ce matin, qu'on m'avait demandée pour une anthologie. J'ignore si elle sera retenue dans le final cut, mais ça faisait longtemps que je ne m'étais pas livré à ce genre d'exercice. Pourtant très plaisant. Je vous en reparlerai bientôt, je pense.

3 commentaires:

Jean-Paul Jennequin a dit…

Selon la légende, Godzilla (Gojira en nippon) aurait été inspiré par les mots "gorilla" (gorille) et "kujira" (baleine). Donc la filiation avec King Kong serait avérée.

Quant au sexe de Godzi… Dans les années 1960, il avait un rejeton nommé Minira (très mignon, évidemment). Quelqu'un doit bien savoir comment il l'a fait. Jérôme Wicky, tu peux nous éclairer ?

JayWicky a dit…

Eh bien en prenant Son of Godzilla/Gojira no Musuko comme seule source de renseignements, rien n'indique que le petit soit effectivement l'enfant de Godzi. C'est au départ un œuf énorme surgi d'on ne sait où, Minilla en sort, est aussitôt attaqué par des mantes religieuses géantes (ce qui est courant), est sauvé par Godzilla et lui colle aux basques. Godzilla est un peu réticent au début, mais finit par adopter le marmot.

Il y a un autre bébé Godzilla dans les films de la période Heisei, avec un autre nom, mais je n'ai aucun souvenir de ses origines. Je sais juste que dans le dernier film de cette période, Godzilla meurt en explosant et le jeune Godzilla est irradié, devient aussi baraqué que papa et prend le relais.

On peut très bien imaginer (si, si, on le peut) que la ponte par throat-gagging inversé, pratique très prisée chez les habitants de la planète Namek, soit également à la mode chez les godzilloïdes.

JayWicky a dit…

Blague à part, pour en revenir à "Gozzilla", je ne serais pas étonné du tout, vu la provenance transalpine du document, qu'il soit le fruit des amours d'un gorille et du célèbre scénariste Carmelo Gozzo, qui entre deux scripts pour Disney a écrit quelques-uns des Elvifrance les plus joyeusement sadico-porno-gores (la fameuse "Série verte").