dimanche 30 septembre 2012

Hoc est corpus delicti (ou, en VO : "the butler did it")

Aux infos, ils parlaient du procès du majordome du Pape. Ce qui permet de se plaindre, une fois encore, du fait qu'il n'y a plus de petit personnel : de Ben Sixtine à mamie Liliane, les grands de ce monde se font balancer par leurs larbins (et il me semble que ça avait déjà été le cas pour Lady Di). On ne peut plus faire confiance à personne, si on ne peut plus mener nos petites saloperies en paix sans que le maitre d'hôtel ne s'en offusque, ne se sente pousser une conscience ou pire, se dise que les journaux assureraient vachement mieux sa retraite bien méritée que le patron légitime.

Et donc, le majordome de Sa Sainteté papy Joseph passe devant les juges du Vatican. Et c'est là que ça devient intéressant. Les infos ont affirmé que la chose était exceptionnelle de par la gravité des charges. Vu que le reste du temps, le tribunal vatican n'a à statuer que sur des affaires de petite délinquance.

Et là, pouf. Je me dis "tiens ?". Petite délinquance au Vatican, c'est quoi ? Dans la mesure où la population locale se monte à 832 personnes, essentiellement des curetons ou des gardes suisses, à quoi peut donc bien ressembler la petite délinquance ? La dernière fois que j'ai vérifié, l'endroit manquait de zozos à casquette qui brûlent les voitures et piquent les scooters (quoique dernièrement, la tendance semble s'être inversée à Paris : on pique les chiens et on brûle les scooters, c'est bien de varier les plaisirs). Le pickpocket égaré chipe peut-être un portefeuille ou deux dans les replis d'une soutane, mais si ça se trouve, une bonne partie des curetons a fait vœu de pauvreté. Alors que reste-t-il dans le domaine de la petite délinquance ? Incitation au dopage (on se souvient de Jean-Popaul II, conservé dans l'EPO avec des techniques que même Lance Armstrong lui envierait) ? Trafic d'hosties de contrebande, forcément détaxées (mais quel est le régime de taxation locale de l'hostie, d'ailleurs ?) ? Tripotage d'enfants de chœur en bande organisée (mais je croyais que c'était dépénalisé, ça, au Vatican) ? Simonie ? Conduite de messe en état d'ivresse ? Port de soutane non réglementaire ? Hérésie mineure ?

Fichtre, bigre, et diantre. Voilà qui mériterait une enquête approfondie. Si ça se trouve, le Vatican est un gros foyer de petite délinquance, encore pire que Sarcelles.

1 commentaire:

Stéph a dit…

Moi ce qui m'étonne c'est qu'il y ait des condamnations dictées par un tribunal au Vatican. Et le pardon alors, c'est pour les protestants ?

Je pensais qu'aller à confess' suffisait. Quelques Pater en pénitence et basta.