lundi 30 juillet 2012

Ça se passe comme ça chez Flush

Tiens, j’ai enfin vu Souris City (Flushed Away), un long métrage coproduit par Dreamworks et le studio Aardman. On reconnaît dans le look des bestioles la patte Peter Lord (Wallace et Gromit et Chicken Run ), et c’est épatant de voir à quel point c’est ultra Brit dans l’esprit.

Le héros (dont la voix en VO, c’est Hugh Jackman, notons d’ailleurs que quand il fouille une caisse de costumes de Barbie/Ken pour s’habiller, il tombe sur un costume de Wolverine, et pas n’importe lequel : le vrai, l’original, le jaune bleu et noir avec les triangles sur les côtés) est un rat domestique vivant chez une famille de Londres, avec sa cage, sa roue et ses croquettes. Alors que la famille est en vacances et qu’il fait mumuse avec les Barbie de la fille (et on se rend compte qu’il est salement dingue, ça fait penser aux scènes des mannequins dans Je suis une légende version Will Smith), son logis est envahi par une espèce de rat punk, surgi des égouts, fan de foot, buveur de bière, roteur et crasseux.

Suite à une tentative de s’en débarrasser qui tourne mal, il se retrouve propulsé dans le petit monde merveilleux des égouts, où les rats ont édifié une véritable ville faite en déchets divers. Mais un crapaud mafieux a un plan pour tuer tous les rats : c’est bientôt la finale de la coupe du monde de foot, et l’angleterre est de la partie. En manipulant les vannes des égouts, le crapaud peut noyer la ville des rats : il suffit d’attendre la mi-temps et d’ouvrir le volet qui protège la ville : alors, le coup de chasse d’eau donné par tous les buveurs de bière qui attendaient la mi-temps pour aller pisser va surcharger le réseau. La ville sera noyée sous un déluge de pipi de supporters.

Notre héros doit combattre le crapaud, et surtout son cousin français, LE Frog (voix VO par Jean Reno, forcément), qui commande un bataillon de froggies ninjas, dont un mime. Il sera aidé par une nana qui pilote un bateau dans les égouts, avec histoire d’amour contrariée à la clé.

D’un bout à l’autre, c’est génialement taré comme seuls les anglais savent le faire : ça boxe dans la même catégorie que Robbie le renne, Chicken Run ou que le Mystère du Lapin Garou.

J’avais loupé ça à la sortie, et je me demande comment j’ai fait. Je suis fan instantané.

Bon, il parait que le film a été un bide monumental, ce qui est proprement scandaleux. Je vous recommande vivement d'aller y jeter un œil.


Bon, je vais me remettre au boulot, j'ai Apocalypses (une brève histoire de la fin des temps) à finir pour ce soir dernier carat. Et il y a plein de notules à ajouter, plein de boulons à resserrer, plein de conneries à dire. Quand ce sera fini, je pourrai remiser ma toge, mon gong et mon œil halluciné, hahaha ! "gong"

Aucun commentaire: