mercredi 7 décembre 2011

Mais... Mrs. Robinson, c'était un hommage à Vendredi ?*

Le phénomène cinématographico-superslipesque du moment, c'est Super. Je peux pas en parler, je ne sais pas si c'est vraiment super ou pas, vu que j'ai pas encore vu. Mais ce principe du type qui s'arme d'une clé à molettes pour combattre le crime m'interpellait, quelque part…

Jusqu'a ce que je voie la gueule de la clé à molette :


C'est juste moi, ou le designer/accessoiriste qui a pondu cet engin n'a jamais vu une clé à molette de sa vie, et a fortiori n'en a jamais utilisée une ? Parce qu'au vu du machin, bien malin celui qui arrivera à l'ouvrir en tournant le bitoniot. Elle a de la gueule, sa titine, mais elle ne peut juste pas marcher. à moins de s'en servir exclusivement pour taper sur la tronches des méchants (d'accord, c'est le concept du film, mais quand même).


Comparez les deux binious, vous verrez.








*Oui, je sais, le titre d'aujourd'hui n'a rien à voir avec le contenu de ce post. Et vous savez quoi ? Je m'en fous complètement.

4 commentaires:

Oliver Castle a dit…

Super, tu peux y aller les yeux fermés (enfin, sauf pour mater le film, hein) ! http://ocastle.wordpress.com/2011/10/04/super/

abelthorne a dit…

Mais elle m'a l'air tout à fait fonctionnelle, cette clé à molette. Je ne vois pas où est le problème ?

Nikolavitch a dit…

La partie avec le pas de vis étant solidaire du manche, je vois pas comment elle peut coulisser, personnellement.

abelthorne a dit…

Je me dis que ça vient de la photo qui donne l'impression qu'il est solidaire mais ça doit être un point de vue mal foutu. J'ai l'impression qu'il y a un morceau de tôle qui court le long du pas de vis et on a l'impression qu'il en fait partie. alors que non.