jeudi 6 octobre 2011

Violation du secret de la correspondance privée

De temps en temps, ça me prend comme ça, je fais du tri dans mes mails. Faut dire que comme je suis laxiste et que je ne fais le tri que quand ça me prend, c'est à dire pas souvent, que j'ai le même compte depuis des lustres, et qu'avec les collègues du Trad Pack, on a une mailing list secrète qui permet de parler boutique, pluie et beau temps et autres sujets indispensables, la boite mail, elle a démesurément enflé.

J'ai pété les 30.000 mails dernièrement. Ça prend un temps fou à charger, du coup, cette connerie. Donc du coup, je trie. J'en ai viré au moins 70 depuis hier. En fait, j'en ai probablement viré plus, mais il en est encore arrivé plein dans l'intervalle. C'est un peu danaïdesque, cette affaire.

Et bien sûr, en mettant le nez dans tout ce bordel, je tombe sur des considérations intéressantes émises par des collègues, comme le mystérieux J.W. que je ne nommerai pas pour respecter son anonymat, vu que comme il écrivait les aventures de Mickey, dans le temps, il a quand même un standing à tenir. Mais gâcher ces perles de sagesse, ce serait mal. Il faut balancer ça à la postérité pour que ça se retrouve dans un dictionnaire de citations de l'an 2000 2100 dont nos gouvernants du futur se serviront pour émailler leurs discours en se donnait l'air vaguement intelligents.

Bref.


"Moi je dis qu'on en a *pas fait assez* pour la *baiser*, cette salope
de Mère Nature. En fait il aurait fallu la faire *jouir* un bon coup,
et les problèmes de pollution nanani, ce serait réglé.

Putain, on est en 2010, et on a ni la voiture volante, ni l'esclave
sexuelle robote remboursée par la sécurité sociale, ni l'éradication
définitive de l'hiver. A la place on a les montres à écran de la Force
G, mais sans bracelet, et des jeux vidéos qui nous font danser comme
des cons.

On s'est plantés quelque part, là maintenant c'est sûr. Reste à savoir
exactement où, pour mettre toutes nos ressources (et donc, tous
mourir, mais c'est un détail) dans la recherche pour siphonner
l'énergie de tout l'univers et créer une machine à remonter le temps
pour changer le moment où ça a coincé.

Bon, je pense que je vais présenter ma candidature à la présidence du
monde sur ce programme. Qui me suit ?"



Voilà. Il fallait effectivement que ces choses soient dites.

Ah, et puis j'ai retrouvé ça, aussi, on parlait de petit dèj' et de clope du matin :




"Le croissant le matin, je peux pas. Faut se lever, aller parler à des
gens, dès le matin... pfff...

Alors c'est galettes de riz soufflé Biorg.

Avec du pâté. Non, je déconne."





Et sinon, dans la série on a les amis qu'on mérite, Boston Justice m'a envoyé ça hier :


1 commentaire:

Geoffrey a dit…

Tu as un faux air de Steve Jobs sur ce dessin ^^