mardi 13 septembre 2011

Je voudrais changer les couleurs du temps

Je ne sais pas si vous avez remarqué ce tic agaçant des émissions de télé, quand elles font une rétrospective sur la vie de quelqu'un : les photos d'enfance qu'elles présentent en banc-titre, elles les mettent en noir et blanc. Je veux dire, même quand ils vous parlent de la jeunesse d'une chanteuse quelconque née en 82 ou 89, les photos à l'âge de cinq ans, ce sera du noir et blanc. Quand bien même c'était typique le genre de photo qu'on faisait en couleurs à l'époque.

Mais la télé, de nos jours, aime bien jouer sur une corde nostalgique. Mais la télé est un média de masse, alors elle ne peut pas jouer sur la nostalgie de l'odeur du savon à barbe rare qu'employait le grand-père, ou le goût précis des pains de semoule de l'arrière-grand tante au bled. Non, la nostalgie doit être préemballée, calibrée et dûment étiquetée. D'où la bascule en noir et blanc, pour faire style "y a longtemps, une époque révolue, le bonheur de l'enfance", c'est de la sémiotique au petit pied, de la manipulation à 30 centimes d'euros, mais ça marche.

C'est la séquence "émotion nostalgie, sortez vos mouchoirs". Les télés adorent ça. Alors forcément, je déteste. Je trouve ça artificiel, faux-cul et en plus daté. Ce sont les cadres de ces télés, qui avaient des photos de leur enfance en noir et blanc. Même les miennes, aussi jaunies soient-elles (les émulsions des années 70 vieillissent très bizarrement, je trouve) elles étaient quasiment toutes en couleur. C'est un codage temporel qui est obsolète, mais qui perdure uniquement par une étrange forme d'inertie.

C'est comme ces annonces "vivez le match en direct". Si "vivre", c'était rester devant sa radio ou sa télé, ça se saurait.

5 commentaires:

Edmond Tourriol a dit…

Avant d'être un medium de masse, la télé est un medium *audiovisuel*. Donc le goût des madeleines ou l'odeur du savon, c'est pas fait pour passer par là.

Par ailleurs, le code "N/B = vieux" est souvent employé ailleurs, notamment en BD, mais ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre.

Un code, une fois qu'il est universellement accepté, intègre le langage. Maintenant, peu importe que les photos n/b ou sépia n'aient plus de raison d'être. C'est comme les sonneries de téléphone portable qui font "dring" : c'est un code identifé, accepté et efficace. Pourquoi s'en passer ? Juste pour faire moderne ? Allons, même toi, tu ne renoncerais pas à quelque chose juste pour faire moderne.

Nikolavitch a dit…

ce que je veux dire, c'est que là, le code est inutile : quand tu fais le coup avec une vedette qui a même pas un quart de siècle d'âge, ses photos de crèche, elles ne sont pas "anciennes". donc les convertir en noir et blanc, c'est surcoder inutilement une information.

Zaïtchick a dit…

Guy Béard...
Pourquoi ?
Pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ????????????

Nikolavitch a dit…

**avec la voix d'une bouteille d'Orangina**


PARCE QUEEEEEEEEEE !

Odrade a dit…

Béart, ignart !


O.