samedi 6 août 2011

Si la cantatrice est chauve, c'est parce qu'elle avait chopé le rôle dans Star Trek, le film

Photobucket
On fait plus des vaisseaux comme ceux de Chris Foss
Le futur, c'était quand même mieux avant


J'ai toujours été un grand amateur de space opera, ce n'est pas pour rien que mon premier album en grand format et en couleurs, Central Zéro, relevait de ce genre précis. Depuis tout petit, au point de dévorer des juveniles d'auteur de SF comme Asimov ou Henlein, dont je ne découvris qu'un peu plus tard le reste de la production, quand je fus en âge de chiper des J'Ai Lu SF sur l'étagère de mon grand-frère, puis de mettre en coupe réglée les rayonnages de la bibliothèque municipale pour dévorer en masse Van Vogt et les autres.

Par la suite, en terme de SF, je suis un peu passé à autre chose, aux grandes fresques philosophiques d'Herbert, aux univers déglingués de Dick, aux charges politiques de Spinrad, aux cyber et steam punkeries diverses… Le space op' était relégué aux lectures de vacances, de préférence du bon gros space op' vintage, j'ai parlé ici-même de la Légion de l'Espace de Jack Williamson. Après, je suis à la ramasse en ce qui concerne le matériel plus récent. Les deux space op' les moins vintage que j'aie pu lire, c'est le Hypérion de Dan Simmons et ses suites, très agréable (même si je ne suis pas dupe de son côté copier/coller, mais il résume pas mal le genre, en fait), et après, le Nova de Samuel Delany, très beau, très fin, mais qui date de 1977, quand même. Je ne suis pas certain que les Ender d'Orson Scott Card entrent tout à fait dans cette catégorie, pour leur part.

Le genre a parait-il connu une résurgence, ces derniers années, avec ce qu'on a appelé le nu-space-op (d'autres dénominations existent, mais celle-ci fait bien geek), avec entre autre des étoiles montantes comme Peter Hamilton (j'ai complètement fait l'impasse sur David Brin, je ne sais pas si j'ai tort ou pas). Depuis longtemps, j'envisage de m'y mettre, mais en ce qui concerne Hamilton, ça a l'air tellement touffu et copieux que je ne sais pas par quel bout le prendre. Et le reste, je ne connais que de nom, genre Alastair Reynolds et tout ça.

Je vous mets donc à contribution, chers lecteurs et néanmoins amis (à moins que ce ne soit l'inverse. ou le contraire. bref). Que me conseillez-vous de récent dans le genre (à part la Saga des Sept Soleils de Kevin J. en personne, le premier qui me propose ça, c'est au couteau à huitres que je me le fais). Quelles sont vos pistes de lectures, qu'est-ce qui a fait exploser votre cosmos intérieur, qu'est-ce qui vous a fait vibrer à la frontière de l'infini et, au mépris du danger, avancer vers l'inconnu ?

13 commentaires:

Oliver Castle a dit…

J'ai tenté un Hamilton (pas Edmond, l'autre dont tu parles) ; j'ai même pas réussi à finir le premier tome tellement c'était aussi intéressant qu'une nouille dans un évier (enfin, un plat de nouilles dans un évier, parce que c'est effectivement touffu et nettement moins bien géré que Martin et son trône)... T'as la suite préquellisante de Dune par ce monsieur Kevin dont tu parlais aussi ; mais c'est de la bouse cosmique, donc... On m'a dit du bien de Reynolds mais j'ai pas lu personnellement. Par contre, j'envisage de lire les romans dérivés de l'univers de Mass Effect, parce que pour le coup, l'univers décrit dans les jeux est vraiment cool !

Nan, mais tu sais quoi ? En attendant qu'un éditeur s'intéresse à mon roman, tu ferais mieux de rester dans le passé et les valeurs sûres ^^

Nikolavitch a dit…

C'est clair qu'Edmond Hamilton (j'en ai déjà parlé ici) je suis grave fan.

Mass Effect, il parait que le jeu est une tuerie et l'univers cool. mais les romans sont-ils lisibles si on ne connait pas le jeu ?

Oliver Castle a dit…

Je sais pas... Je te dirais quand j'aurais lu...

Odrade a dit…

Ben relis Dune.
...
...
...

Ou tout Greg Bear.
Sinon, en livres plein de créatures exotiques : Ansen Dibell (Kantmorie). Ou alors M.K. Wren avec the Phoenix Legacy(traduits en français ?),

Et puis ça te fera un peu lire des auteurs féminins, aussi.


O.

Nikolavitch a dit…

De Greg Bear, j'avais lu Eternité et Eon, il y a bien longtemps. j'avais bien aimé. mais ce n'était pas du space opera à proprement parler.

en auteuses féminines, je me suis refait une cure d'Ursula Le Guin, dernièrement.

Odrade a dit…

Ah Le Guin, c'est BIEN. Terremer. Mais effectivent pas très SpaceOpéra. Alors lance-toi dans la série des Maîtres de la Nuit de Tanith Lee si tu veux continuer dans les auteuses. Le Cycle des Scarabae, bien glauque. De nouveau, je ne sais pas si ça a été traduit en français...

Mais le Phoenix Legacy, c'est du SpaceOpéra bien rutilant, tragique et glorieux ;o).


O.

Odrade a dit…

Pour Greg Bear, tu as raison. Trop hard science pour être de l'opéra... ;o)


O.

Oliver Castle a dit…

Ah sinon, ça a tout de même 25 ans, mais Santiago de Resnick était cool avec son mélange western ! Un poil évident pour les intelligences pures, mais divertissant.

Zaïtchick a dit…

Lu il y a 20 ans, mais bon : Volte-face de C.j. Cherryh en J'ai lu.
Très sympa.

Odrade a dit…

Hum C.J. Cherryh, je la voyais finalement comme la Barbara Cartland de la sf...


O.

Nikolavitch a dit…

Très franchement, les Caroline Chérie... Pardon, Carolyn Cherryh que j'ai lus n'étaient pas désagréables. Pas fous d'inventivité, mais hautement lisibles, avec de bonnes idées, c'était sympa. (bon, par contre, j'ai pas suivi la saga globale, j'en ai juste picoré deux ou trois, quoi)

Phil Val a dit…

Salut,

Chris Foss , Van Vogt, la collection J'ai Lu SF, n'en dit pas plus tu es des "nôtres" ! (ou alors j'suis un des vôtres ou des tiens, bref..) :)

Alors ,

David Brin : c'est GO ! Marée Stellaire et Elévation (deux tomes)(qui sont situés dans le même "univers"). un concept plutôt original et bien développé. Je recommande sans reservé. Un troisième opus clôt la série (en plusieurs tomes). Je ne me souviens plus du titre car c'etait un peu moins bon (un peu délayé à mon goût) à lire si tu as aimé les deux premiers.

Peter Hamilton : "polygraphe" fou , le gars doit soit avoir une palanquée de "nègres" soit une vitesse de frappe supersonique et le style de vie de Balzac quand il avait des dettes à régler.
De l'imagination à revendre mais ses bouquins auraient gagné à être "réduits à feux doux" d'un tiers. à lire éventuellement, car ça se lit très bien, efficace et distrayant.

Ian M. Bainks : toujours du space op "récent", mais là j'avoue que je suis un peu dubitatif. Je le mentionne car il est très connu. Ses bouquins(qui peuvent se lire indépendamment) sont à mon sens assez inégaux. Là aussi, imagination ample et concept séduisant, j'ai beaucoup plus de mal avec la psychologie des personnage et les intrigues j'avoue que il y a en a un qui m'est tombé des mains.

Charles Stross : un relatif nouveau venu, "Accelerando" (qu'on peut télécharger légalement gratos!) quelle claque ! j'ai lu aussi Saturn's Children et Iron Sunrise (connait pas leur titre en français car je les ai lus en anglais). excellent tous deux avec un bémol sur les dénouements, un peu "anticlimax" mais rien de rédhibitoire, tant la "balade" est jubilatoire. Je recommande.

Le meilleur pour la fin : Vernor Vinge. N'a pas beaucoup écrit, pas très connu, mais je placerais "A Fire Upon The Deep" (un feu sur l'Abîme) parmi les meilleurs bouquins de SF que j'aie lus. Cohérence de l'Univers, résonance solidité de l'intrigue, richesse et originalité des thèmes, personnages bien campé. Du souffle, des péripéties. Ca perd peut être un peu à la traduction mais c'est un pur bonheur.

Je recommande vivement ce bouquin.

Voilà, bonne lecture !!

Nikolavitch a dit…

Ian Banks, est-ce que c'est encore du Space Opera, à ce stade ? C'est un de ces cas de "y en a aussi, mais pas que", j'ai l'impression.